Noémie Lenoir, bad girl de charme du "Transporteur: Héritage"

L'actrice et mannequin Noémie Lenoir s’est confiée au Journal des Femmes sur son retour au cinéma dans "Le Transporteur : Héritage", en salles mercredi 9 septembre. Elle aborde aussi la maternité et ses projets à venir. Rencontre.

© EuropaCorp
Noémie Lenoir est Maïssa dans le "Transporteur : Héritage"              
© EuropaCorp

 

Le Journal des Femmes : Vous êtes sur tous les fronts, Noémie ?
Noémie Lenoir : J'ai une vie très chargée en ce moment : la promo pour le Transporteur : Héritage, la petite (Noémie a donné naissance à Tosca en août 2015, ndlr), le grand (son garçon Keylan âgé de 11 ans, ndlr), la maison, le boulot… Avec l'arrivée d'un bébé, il faut reprendre ses repères, mais je gère.

Moins d'un mois après l'accouchement, vous avez déjà retrouvé votre corps de rêve...
J’ai pris 22 kilos pendant la grossesse ! J’en ai déjà perdu 12 mais il m’en reste encore dix. D’ailleurs je peine en ce moment à essayer des robes pour un gala le 24 septembre et je ne fais pas de régime parce que j’allaite. J’ai donc hâte de reprendre le sport, je compte les jours... Mais un bébé c’est le bonheur donc on oublie vite les kilos en trop !

Comment vous êtes-vous retrouvée au casting du film Le Transporteur : Héritage ?
Luc Besson est venu me chercher (qui a écrit et produit le film ndlr), il a trouvé que j’étais apte à jouer ce rôle. Donc je l’ai rencontré puis j’ai passé une audition et me voilà. Deux mois après, j’ai commencé le tournage avec une super équipe. Cela faisait huit ans que  je n’avais pas tourné. Après Rush Hour (sorti en 2007 ndlr), je ne voulais plus faire de cinéma mais quand Luc Besson vous propose un projet, on peut difficilement dire non. Le film Le Transporteur : Héritage est un vrai blockbuster où l’on s’amuse, un vrai film d’action. Donc je n’ai vraiment pas regretté de repasser devant la caméra, c’était un super moment. Loan Chabanol (qui joue le premier rôle féminin ndlr) et Ed Skrein (héros du film ndlr) sont adorables, on s’est très bien entendu. J’ai tourné trois semaines seulement mais on était tous à Nice logés, dans le même hôtel. C’était bon enfant et appréciable après un tournage comme Rush Hour qui était plus strict, plus américain.

Ed Skrein endosse le rôle du Transporteur, après Jason Statham. La relève est-elle assurée ?
J’en suis convaincue ! J’ai eu la chance de travailler avec Ed Skrein et c’est quelqu’un de très simple, il a le cœur sur la main et avait toujours une attention pour tout le monde sur le plateau. En dehors du fait qu’il est bon acteur, c’est quelqu’un de très humain et c’est très agréable de travailler avec lui. Il brûle l’écran ! Les filles vont certainement apprécier.

Qui est Maïssa, le personnage que vous interprétez ?
Maïssa est une femme qui s’est retrouvée très jeune embrigadée dans la mafia russe et son jeune âge a fait qu’elle est tombée sous le charme du parrain, Arkady Karasov. Elle devient donc son bras droit, c’est une femme hautaine et déterminée. J’ai retrouvé quelques similitudes avec les personnages que j’ai pu interpréter auparavant, des personnages au fort caractère et puis c’est un peu ma personnalité aussi. C’est aussi la vision de Camille Delamarre (le réalisateur ndlr) qui sait nous diriger et nous guider. Mon personnage n’est pas un rôle de composition, je l’ai surtout fabriqué toute seule en allant puiser l’inspiration dans mes souvenirs, mes rencontres. Concernant les costumes, Luc Besson avait déjà tout prévu et étant mannequin, j’ai l’habitude de laisser faire la styliste qui  opté pour des robes Hervé Léger. C’est rare de voir des films d’action où les femmes tiennent des rôles de premier plan et c’est le cas dans Transporteur : Héritage. C’est aussi ce qui m’a plu,  un film "girl power" qui divertit et ça fait du bien !

Comment réagiriez-vous si votre petite fille embrasse elle aussi une carrière de mannequin ?
J’aime faire ce métier et je serai bien placée pour lui inculquer les bonnes valeurs pour ne pas faire les mêmes erreurs que moi. Mais c’est quand même un métier qui me fait peur et dont je connais les vices. Heureusement que mes parents étaient derrière moi mais parfois on s’égare.
Vous savez, le monde change tellement. Dans dix ans, le milieu du mannequinat sera encore différent, mais si elle est heureuse, c’est le principal.

Quels sont vos projets ?
J’ai envie de me concentrer sur ma carrière de model en surfant sur la vague des mannequins de ma génération qui reviennent sur le devant de la scène et puis me concentrer sur la musique qui me fait vibrer. C'est dans ces domaines que je suis douée. Oliver Stone ne m’a toujours pas appelé (rires) donc je vois mon rôle dans Le Transporteur : Héritage comme une sorte de révérence. J’ai 36 ans, je suis heureuse et on verra bien ce que l’avenir me réserve.
Je prends des cours de chant depuis trois ans maintenant, j’ai des projets et j’espère avoir l’occasion de vous en parler dans un avenir proche.

Vous avez connu un passage à vide il y a six ans, aujourd’hui vous semblez épanouie...
Oui, cela fait longtemps maintenant. J’aurai pu ne pas connaître ma fille, ni vivre les choses magnifiques qui m’arrivent aujourd’hui. C’est pour cela que j’ambitionne de créer une association pour venir en aide aux femmes qui sont en dépression. Depuis cinq ans, je vois un psychologue, ça m’a beaucoup aidé et désormais je croque la vie !

Vous êtes radieuse, quel est votre rapport à l’image ?
Je suis assez en retrait et j’essaie de rester humble. Je ne me regarde presque jamais dans les émissions télé parce que je suis très critique envers moi-même. Je ne lis pas non plus les commentaires sur Internet ou dans la presse me concernant. Si les gens m’aiment, moi aussi ! Les autres … 

Avez-vous des modèles féminins ?
J’en ai plein et plus je vieillis, plus ils s'additionnent. Julianne Moore, Meryl Streep, Carole Bouquet, ce sont des femmes fatales pour moi. Elles ont tellement de prestance et grâce à ces femmes, j’ai moins peur de vieillir. 

Le Transporteur : Héritage sort mercredi 9 septembre. L'interview de l'actrice Loan Chabanol qui interprète le rôle principal féminin dans le film arrive bientôt sur Le Journal des Femmes. D'ici là, bonne séance !