Yannick Renier et Emma de Caunes, roi et reine des Châteaux de Sable

Les Châteaux de Sable signe le retour sur grand écran d'Emma de Caunes. Pour lui donner la réplique dans ce film d'Olivier Jahan, au cinéma le 1er avril, la comédienne a pu compter sur un acteur peu connu, mais au talent certain : Yannick Renier. Ensemble, les trentenaires campent un couple qui n'en est plus un, entre sentiments enfouis, reproches non dits et complicité évidente. Rencontre.

© La Belle Company

Les Châteaux de Sable, au cinéma le 1er avril, évoque la construction après l'effondrement. Eléonore, campée par une Emma de Caunes juste, au jeu subtil, tente de faire le deuil de son père décédé en vendant sa maison. Elle embarque avec elle son ex, Samuel, alors que leurs blessures de couple ne sont pas tout à fait refermées. Au grè de la météo bretonne, les anciens amants passent du soleil à la tempête, du rire aux larmes, de la bienveillance à la rancœur. Ils déterrent les griefs et enfouissent les souvenirs... A moins que ce ne soit l'inverse ?
Face à Emma de Caunes, un brun ténébreux et sensible, que l'on regrette de ne pas voir plus souvent à l'écran : Yannick Renier, digne demi-frère de Jérémie. Le duo à la beauté troublante nous retrouve dans un hôtel parisien. L'actrice et présentatrice est fidèle à elle-même. Look rock'n'roll, franchise, humour et regard observateur sont dégainés. Yannick Renier est aussi charmant que son personnage, drôle, raffiné et avec beaucoup d'esprit. On s'aperçoit rapidement que la Parisienne et le Belge sont restés complices : ils complètent les phrases de l'autre, sourient aux même moment, rient pour les mêmes raisons. Tête-à-tête (à trois) avec deux acteurs complémentaires et indispensables.

Yannick Renier et Emma de Caunes dans Les Châteaux de Sable © La Belle Company

Le Journal des Femmes : Le tournage a été rapide. Comment êtes-vous parvenus à construire une telle complicité en si peu de temps ?
Yannick Renier
: J'ai l'impression de n'avoir rien provoqué, rien cherché. Olivier [Jahan, le réalisateur, ndlr] nous a réunis et on a senti que le courant passait dès la première lecture ensemble. Bosser avec quelqu'un qui fait son travail avec beaucoup de sérieux et de sincérité, mais sans se prendre au sérieux, j'aime beaucoup ça.
Emma de Caunes : On a surtout un sens de l'humour un peu commun... Pouvoir mettre la distance nécessaire dans une histoire poignante, ça ouvre pas mal de portes.

Les Châteaux de Sable parle du mélange de sentiments, d'humeurs nuancées. Etes-vous du genre à voir tout noir ou tout blanc ?
Emma 
: Personne n'est tout noir ou tout blanc, on est faits de contradictions. Quand il y a des trop-pleins de drames, de tristesse ou de rancœur, il faut que ça sorte. Après la mort de son père, Eléonore est en mode montagne russes, mais elle picole, elle prend des cachets, ça n'aide pas à être d'humeur égale !
Yannick : C'est comme la météo bretonne : on passe d'un ciel gris plombé au soleil, à l'orage (Emma de Caunes sourit)... C'est la vie.

Eléonore et Samuel semblent souffrir de ne pas être ensemble, mais ont trop souffert de s'aimer...
Emma 
: Ils sont plus complémentaires qu'identiques, ça fait forcément des étincelles. Mais qu'est-ce qu'on veut au final ? Etre pépère et ne pas faire de vague ? Ca ne fait pas forcément écho à ma vie, mais dans un couple j'estime que c'est important de se remettre en question et d'être capable d'avancer.
Yannick : Une relation trop confortable ne peut pas nous porter très loin. Quand on rencontre l'âme sœur, il y a un inconfort dont on ne peut se passer. Il est douloureux, passionnant et exaltant…

Emma de Caunes © La Belle Company

La maternité tient une place importante dans leur couple. Emma, vous comprenez cette volonté d'être mère ?
Mon personnage dit une phrase à laquelle je crois beaucoup : "Il ne vient jamais le bon moment." Je suis le fruit de la première nuit d'amour de mes parents. Ma mère pensait ne jamais avoir d'enfant, elle a dit à mon père : "Je ne veux pas te mettre le grappin dessus, mais je croyais que ça ne m'arriverait pas donc je serais assez pour garder le bébé." Mon père a réfléchi, dit oui et me voilà : c'est la vie. On peut se séparer 6 mois ou 2 ans plus tard… Il y a des choses qui ne se programment pas. On ne peut pas toujours attendre d'être prêt, dans une situation bien sûre. Il faut se jeter à l'eau pour évoluer.

En parlant d'évolution, Eléonore avance dans son deuil grâce à un personnage tertiaire, improbable : l'agent immobilier.
Emma : Souvent dans les moments très graves, ce ne sont pas les proches qui vous font avancer, mais un chauffeur de taxi, de bus, quelqu'un que vous entendez dans la rue. Justement parce qu'il n'y a pas de proximité ou d'affect. Parfois, l'évolution se fait grâce à des gens très extérieurs à votre histoire : tout à coup, vous avez besoin d'un autre éclairage.
Yannick : Il paraît que les gens qui vivent des deuils très importants ou des maladies se séparent de proches et rencontrent de nouvelles personnes. Comme tu vis des choses indicibles, tu t'éloignes de personnes avec qui tu n'as plus la même sensibilité et te rapproches d'autres auxquelles tu ne pensais pas.

Emma, votre personnage s'est construit grâce au regard de son père. C'est pareil pour vous ?
Certainement pas ! C'est plutôt à cause de lui que je ne suis pas construite (rires) ! Si un de mes parents m'avait aidée à être la personne que je suis, ce serait ma mère. La relation père/fille est compliquée, il y a ce truc œdipien, il faut tuer le père. Je dirais que je me suis faite grâce à moi-même et mes expériences, les parents sont seulement là pour nous guider.

Portrait chinois : si vous étiez...

Une chanson :
Yannick Rock'n'roll Suicide de David Bowie.
Emma : On est vraiment connectés, je l'ai écoutée ce matin ! Moi ce serait The Great Escape de Patrick Watson, la chanson du film.

Une mauvaise manie :
Emma : Fumer.
Yannick : Découper des homards vivants.

Un gros mot :
Emma : Couillon des Alpes.
Yannick : Pute borgne.

Une odeur :
Emma : Le mimosa.
Yannick : La peau après une journée sur la plage, chauffée par le soleil, avec le sable, un peu de transpiration...

Un lieu :
Emma : Trouville (rires).
Yannick : Une forêt.

Un mantra :
Emma : "Ce qui ne te tue pas te rend plus fort."
Yannick : Une phrase qui m'énerve, c'est "le mieux est l'ennemi du bien", donc moi je serais : "Fais-le mal" !

Regardez la bande-annonce des Châteaux de Sable, au cinéma le 1er avril, avec Emma de Caunes et Yannick Renier :