Avec Leïla Bekhti et Nicolas Duvauchelle, c'est Maintenant ou Jamais

Leïla Bekhti et Nicolas Duvauchelle sont à l'affiche du film "Maintenant ou Jamais" de Serge Frydman, au cinéma le 3 septembre 2014 et projeté en avant-première au Festival du Film Francophone d'Angoulême. Le Journal des Femmes a rencontré les deux acteurs, qui affichent une complicité débordante.

Interview Leïla Bekhti et Nicolas Duvauchelle
© Mars Distribution

Dans Maintenant ou Jamais, Leïla Bekhti joue le rôle de Juliette, une mère de famille qui décide de braquer une banque pour assurer l'avenir de son foyer. Nicolas Duvauchelle, lui, joue le rôle de Manu, un bandit qui l'aidera dans cette entreprise. Les deux acteurs se livrent avec sincérité et humour sur tous les sujets, même l'amour... Confidences.

Le Journal des Femmes : Que seriez-vous prêts à faire pour votre famille ?
Leïla Bekhti : Beaucoup de choses.
Nicolas Duvauchelle : Pour mes filles, je serais prêt à beaucoup de choses. 

Braquer une banque ?
N.D : Ah oui, sans problème.
L.B : C'est vrai qu'on s'est tous posés cette question : que serions-nous-prêts à faire pour les gens qu'on aime ? Une chose est sûre, je les suivrai au bout du monde. J'ai besoin que mes proches soient heureux pour l'être.

A l'inverse, seriez-vous prêts à plaquer mari/femme et enfants pour le grand amour ?
N.D : C'est dur... Non, je ne pourrai pas quitter mes enfants. Jamais. Me séparer de la maman en revanche, oui. Quand l'amour te tombe dessus, ça te tombe dessus.
L.B. : Pour l'instant, je ne peux pas imaginer cela car je n'imagine pas ma vie sans lui. Et quand je vois à quel point j'aime mes neveux et ma nièce, je me demande comment je vais aimer mes enfants... En tout cas, je ne quitterai jamais mes enfants.
N.D : Tu ferais une bonne maman. 

Pensez-vous qu'il faille mentir pour préserver les gens qu'on aime ?
N.D : Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire. Ce n'est pas plus mal parfois.
L.B. : Cela dépend. J'aurais peut-être dit oui il y a quelques années, mais lorsque l'on grandit, on se rend compte qu'il vaut parfois mieux se taire. La preuve, Juliette préfère dire qu'elle met du temps pour trouver la maison parce que le baby-foot est trop grand plutôt que de dire à ses enfants "Maman va braquer une banque parce que Papa a perdu son emploi". C'est très dur pourtant de mentir et pour ma part, ça se voit sur mon visage. 

Leïla, Juliette est très obstinée, vous aussi ?
L.B : Oui et non. Par exemple mon premier casting était pour le film Sheitan et j'y suis allée dans l'idée de raconter à mes copines comment se déroulait un casting. Je ne m'attendais pas du tout à ce que ça marche et si ça n'avait pas marché, je pense que je n'aurais pas retenté ma chance. Je me serais dit que ce n'était pas fait pour moi. L'acting est un métier de désir, c'est pour ça qu'il est très violent : lorsque l'on vous propose un film, c'est magnifique, on vous propose de raconter une histoire que le réalisateur a imaginé. Lorsque l'on ne nous appelle pas, on se dit qu'on ne nous aime pas. Je ne pourrai jamais supplier un réalisateur : c'est comme l'amour, cela ne se quémande pas. Je baisse vite les bras lorsqu'il s'agit de moi, mais je serai prête à tout affronter pour les autres.

Nicolas, vous braquez une banque pour une femme dans le film. Seriez-vous prêts à le faire dans la vraie vie ?
N.D : Il faut dire que tomber sur Leïla, il y a pire ! (rires). Oui, c'est vraiment une déclaration d'amour sans dire je t'aime. C'est très beau.

Dans le film, Juliette tape "braquage de banque" sur Google. Quelle est la requête la plus étrange que vous ayez cherché ?  
N.D : Moi j'ai tapé "Leila Bekhti nue" la dernière fois (rires). Je rigole bien sûr.
L.B : Je tape tellement de choses ! Par exemple, lorsque je cherche des vêtements, je suis très précise, "chaussures jolies mais pas pointues" : je mets des phrases entières ! On trouve tout sur internet, c'est chouette ! Comme... braquer une banque.

La musique tient un rôle important dans le film. Quel style de musique affectionnez-vous le plus ?
L.B. : Je suis très éclectique ! En ce moment c'est Milky Chance, mais j'adore aussi le rap français, la variété française, les Rolling Stones... J'aime tout. On écoutait beaucoup de musique sur le tournage !
N.D : Moi aussi j'aime beaucoup de tout.
L.B : Tu aimes bien la salsa toi !
N.D : La Bachata ! J'aime bien la musique colombienne, la musique sud-américaine. Je suis très éclectique aussi.

 

 

Portrait Chinois :

Si vous étiez...
un animal :

L.B : Mon chien, que j'ai perdu. Je l'aimais tellement. Sinon, j'adore les guépards.
N.D. : Moi, je serais un puma ! Je trouve ça beau, ces gros chats. Il peut aussi bien faire des gros câlins que te découper avec ses pattes ! Et j'aime aussi beaucoup ses gros coussinets.

un film :
L. B : La Strada, avec Giulietta Masina. C'est l'un des premiers longs-métrages que j'ai vu. Il s'agit d'un film muet et je me souviens avoir dit à ma mère : "C'était super, la fille parlait avec ses yeux". Géraldine (Nakache, ndlr.) m'a offert pour mon anniversaire une photo numérotée de Giuletta Masina.
N.D : Les Ch'tits ? Non, moi ce serait Série Noire.

un livre :
N.D : Le Démon, d'Hubert Selby Jr. Un très beau livre, très noir, sur la nature humaine.
L.B : L'Astragale, d'Albertine Sarrazin. Je viens de finir de tourner le film et c'était une écrivain extraordinaire, tellement contemporaine.

un dicton, un proverbe :
N.D : "Maintenant ou jamais" !
L. B : "L'essentiel c'est de se relever".

mntoujamais
"Maintenant ou Jamais" © Mars Distribution