Grand Corps Malade, Nolwenn Leroy, Elodie Frégé, ces artistes qui chantent Renaud

A l'occasion de la sortie de l'album hommage à Renaud, nous avons rencontré trois des artistes de cette collégiale.

Interview La Bande à Renaud : Grand Corps Malade, Nolwenn Leroy, Elodie Frégé
© Barbara d'Alessandri

Grand Corps Malade, Elodie Frégé et Nolwenn Leroy se sont retrouvé le temps d'un album pour rendre hommage à l'un des plus grands artistes français : Renaud. Accompagnés d'autres artistes tels que Raphaël, Disiz La Peste, Carla Bruni ou encore Jean-Louis Aubert, ils se livrent sur leur amour du chanteur qui manie si bien ce langage qui nous est si familier. Découvrez ce qu'est la Bande à Renaud. 

Qu'est-ce qui vous a séduit dans ce projet ?
Elodie Frégé : C'est la productrice du disque qui m'a appelée en me disant qu'il y avait un projet et que son initiateur, Renaud,  a tout de suite cité mon nom. Il avait une idée de chanson pour moi. Il a proposé " Il pleut ". J'ai réécouté cette chanson et j'ai dit oui ! Même si j'avais déjà dit oui bien avant de l'écouter. Renaud fait partie de mon éducation musicale. C'était impossible pour moi de refuser. Si je n'avais pas participé à ce projet, j'aurais sans doute déçu ma famille !
Grand Corps Malade : L'authenticité de cet hommage. J'ai été séduit par le fait que Renaud cautionne et participe à cet album. J'ai aussi accepté parce que je suis fan de Renaud depuis toujours.
Nolwenn Leroy : Quand on m'a parlé de cet album hommage, j'ai un peu laissé venir l'équipe. Comme il y avait déjà quelques projets dans ce style, je voulais vraiment savoir ce qu'il en était exactement. Mais j'ai appris que ce n'était pas la maison de disques qui me sollicitait mais Renaud en personne. Renaud qui est la base de cette idée et qui serait impliqué humainement et musicalement dans l'élaboration de cet album. Alors, forcément, ça change la donne ! J'étais très honorée qu'il pense à moi et qu'il souhaite que je fasse partie de cette " bande " et surtout que je chante "La balade nord-irlandaise ". Renaud et moi on se rejoint sur des thématiques comme la mer, l'océan, les bateaux, les marins. Mais aussi sur les sonorités celtes. Sur cet album, je lui rends hommage et je me suis sentie cohérente avec mon univers. C'était très naturel. 

Comment avez-vous découvert Renaud ?

E.F : On écoutait beaucoup Renaud à la maison. Quand j'étais enfant, ses disques passaient à la maison. Tout comme Brassens, Ferré, Brel. Mes parents nous ont éduqués assez tôt à la chanson à texte. Je me souviens des dimanches où l'on passait des vinyles de Renaud. On chantait souvent tous ensemble. Mon père jouait de la guitare. J'ai appris à en jouer également. Peut-être que je voulais faire comme Renaud qui se baladait toujours avec sa guitare... Je ne sais pas.
N.L : Renaud est quelqu'un qui m'a marquée visuellement. Je me souviens de sa silhouette à part, de son identité vocale incroyable, de ses yeux bleus extraordinaires, de son look. A l'époque, il était super beau gosse, mais je ne suis pas sûre du tout qu'il en avait conscience.  Et bien sûr, on l'écoutait beaucoup à la maison. J'ai été bercée par ses chansons.
G.C.M : D'aussi loin que je me souvienne, Renaud a toujours été là. On l'écoutait beaucoup à la maison. J'écoute Renaud depuis petit.  J'ai toujours aimé ses chansons et j'adorais qu'on les écoute à la maison. Je suis fan du personnage mais aussi et surtout de ces textes. 

Aviez-vous le trac d'interpréter une chanson de Renaud ?

E.F : Oui. Je doute en permanence. Quand je débute un nouveau projet je le fais de manière très intuitive. Parce que si je réfléchis, c'est raté d'avance. Quand j'ai commencé à chanter la chanson, j'avais la gorge un peu serrée parce que j'avais peur d'être submergée par mes émotions. Dans le texte, Renaud parle à sa fille de six ans à qui il demande de " pas s'casser ". Renaud m'a toujours émue. Et j'ai de la chance car il aime beaucoup ma voix et que ma version de " Il pleut " l'a touché. Mais j'ai réussi car sa chanson est un vrai chef-d'œuvre.
G.C.M : Bien sûr ! Ce n'est pas anodin d'interpréter ce genre de texte. J'ai voulu respecter son œuvre du mieux que je le pouvais mais tout en apportant ma patte avec une interprétation slamée. Et finalement, ces mots, son phrasé s'y prêtent à la perfection.
N.L : J'avais deux plus le trac que pour mon propre album. J'avais envie de bien faire, de le rendre heureux, qu'il aime ce qu'on lui propose. J'avais envie de lui faire plaisir surtout qu'il est à la base de ce projet. Je savais que tous les soirs, il écoutait ce qui avait été enregistré. Et je me demandais vraiment " Oh la la. Est-ce qu'il va aimer ? ". Il y a une petite pression quand même ! 

Depuis son dernier album en 2009, Renaud s'est écarté de la scène française. Cet hommage à travers "La Bande à Renaud" n'est-il pas une manière de lui dire "Tu nous manques" ?

E.F : C'est qu'il nous manque. Ce serait magique qu'il écrive de nouveau des chansons et qu'il ressorte un album.
N.L : C'est quelqu'un de tellement humble et de tellement en dehors du système. C'est un marginal d'une certaine manière. Il est passionné, à fleur de peau. C'est un artiste jusqu'au plus profond de son être. Aujourd'hui s'il est absent, c'est qu'il y a une raison. Quand on est artiste, il y a des périodes où on a envie de dire des choses à dire et parfois non.
G.C.M : Il manque évidemment. Peut-être que cet album va lui donner envie de revenir. 

Est-ce que Renaud vous inspire dans votre manière d'aborder la musique ?

G.C.M : Complètement !  C'est lui qui m'a insufflé le goût des jolis textes avec des mots d'argot. Je l'admire pour son phrasé, sa manière de dire ses sentiments avec des mots de tous les jours qu'il rend toujours plus beaux.
E.F : Je suis très attachée aux textes et à ma langue. D'ailleurs je déteste les gens qui intègrent des phrases en anglais au milieu du français déjà mal écrit ! (rires)
N.L : Comme j'écris moi-même mes textes, j'ai envie de toucher les gens comme il le fait. Mais il met la barre très haut c'est vrai. Il a une patte unique et en tant qu'auteur, j'étudie, j'observe ce qu'il a fait pour apprendre de lui. 

Quelle est le titre de Renaud que vous aimez le plus ?

E.F : Quand j'étais petite, j'adorais Mistral Gagnant évidemment. Mais j'aime par-dessus tout " C'est quand qu'on va où ? " interprétée par Carla Bruni sur l'album.
N.L : Mistral Gagnant qui est un grand classique. Elle a la force de ces chansons qui deviennent incontournables, qui font partie du patrimoine de la chanson française.  Qui sont aussi connues des plus jeunes aux plus anciennes générations. Renaud a écrit des chansons sur des thèmes universels comme la nostalgie, l'amour, l'enfance. Tout le monde se reconnait dans ses textes. Il a cette capacité à dire les choses comme on aimerait les dire. Un vrai poète des temps modernes qui a su imposer son style.  
G.C.M : Mistral Gagnant est un incontournable. J'aime beaucoup La Médaille que j'interprète sur l'album mais aussi " C'est quand qu'on va où ? " 

 

L'album "La Bande à Renaud " est disponible depuis le 9 juin dans les bacs. 

 
la bande ã  renaud
Grand Corps Malade, Nolwenn Leroy et Elodie Frégé. © Montage - Barbara d'alessandri