Amel Bent, la "lionne" de la scène française

Révélation de la Nouvelle Star en 2004, Amel Bent revient avec son cinquième album "Instinct". Nous l'avons rencontrée.

Interview avec Amel Bent, la lionne de la scène française

Propulsée sur le devant de la scène avec le tube Ma Philosophie, Amel Bent  est l'incarnation de cette nouvelle génération qui a grandi en écoutant du rap, de la chanson française, du R'n'B, de la pop et de la variété. Entretien avec une artiste engagée et combattante.

Le Journal des Femmes : Pourquoi avoir choisi d'appeler votre album Instinct ?
Amel Bent : J'aime quand le nom d'un album correspond à sa période de création. Comme tout le monde, j'ai mes hauts et mes bas, ce qui crée des disques assez représentatifs de ma vie. Or nous devons souvent faire confiance à notre instinct, d'où ce titre. Le morceau du même nom est composé avec un sample de guitare de DJ Franck E, qui a écrit pour Beyoncé, Kanye West... Les sonorités tribales rappellent une société de plus en plus individualiste, qui se perd. Cela suggère qu'il faudrait peut-être songer à retourner à un état primitif, quasi animal, afin de pouvoir s'en sortir. 

Vous fêtez vos dix ans de carrière cette année, est-ce difficile de rester présente sur la scène française ?
A.B. : Non, pas vraiment. Je suis actuellement en tournée et les salles sont pleines à craquer. Il s'agit  avant tout être en phase avec son temps et d'être honnête avec son public. 

Pourquoi reprendre Quand la musique est bonne de Jean-Jacques Goldman ?
A.B. : J'aime beaucoup cette chanson. J'ai voulu qu'elle soit sur l'album car je me suis énormément investie dans ce projet avec Soprano sur la compilation Génération Goldman 2. C'est stimulant de travailler sur un titre qui n'est pas forcément tiré de son registre habituel.

Comment s'est déroulée votre collaboration avec Neyo ?
A.B. : C'était très enrichissant. J'ai adoré travailler avec lui. Les Américains sont de véritables robots alors que les Français sont un peu à la traîne. C'était donc très productif, à tel point que nous avons composé le titre en trente minutes seulement ! Et puis, il a écrit pour les plus grandes stars comme Rihanna, Beyoncé, Whitney Houston... 

L'un des titres de l'album s'appelle La Lionne saigne. Vous identifiez-vous à cet animal ?
A.B. : Ce titre vient d'un dicton arabe que je trouve très juste : "Quand le lion saigne, les hyènes reprennent courage". Lorsque tout va bien, les personnes qui t'entourent sont tout sourire mais le jour où tu te blesses, on ne te rate pas. La lionne est un animal fort, c'est la reine des animaux : elle chasse, marche en meute... C'est un symbole que j'affectionne particulièrement. C'est une combattante et c'est ce que j'aspire à être. Personne ne s'attaque à une lionne, elle est condamnée à rester forte. 

Vous considérez-vous comme une femme engagée ?
A.B. : Je pense, oui. Je suis membre d'associations, je fais des voyages humanitaires... Je réfléchis beaucoup sur la place de la femme : le passage de l'adulescence à la femme. Naturellement, cela se retrouve au sein de mes textes.

Un conseil pour les femmes d'aujourd'hui ?
A.B. : J'adore le proverbe qui dit "je dois devenir qui je suis". Souvent, il est difficile à appliquer lorsque l'on est une femme, car nous grandissons avec des barrières supplémentaires. Il est plus compliqué pour nous d'être libres, de devenir nous-mêmes. C'est ce que je m'efforce de faire. 

amelbent
Amel Bent © Rise Up
amelbentinstincct
Instinct, le nouvel album d'Amel Bent © Rise Up