Mélanie Thierry et Benoît Magimel : "Il y a des films qui vous choisissent" "Les rôles vous choisissent parfois"

Linternaute.com : L'histoire du film est celle de la réalisatrice Diane Kurys. Cela a-t-il modifié votre façon d'appréhender vos personnages ?
Mélanie Thierry :
Au départ, j'ignorais que c'était son histoire. Et puis je ne pensais pas qu'elle me confierait le rôle de sa mère. Alors au début ça m'a un peu, pas angoissée, mais intimidée. J'avais tellement envie de faire bien, d'être proche de ce qu'elle avait en tête et d'essayer d'avoir un peu le reflet de sa mère que j'ai dû me mettre des barrières toute seule. Je me suis retrouvée un peu étriquée dans mon costume et je me suis dit : "Il faut vraiment que j'arrive à envoyer valser tout ça et que j'y mette ma vérité là-dedans. Que le personnage devienne évident pour tout le monde et qu'on y croit."
Benoît Magimel : C'est mieux parce que vous avez quelqu'un qui parle de ce qu'il connaît et peut vous nourrir. Il vous donne de la nourriture quand vous en avez besoin. Quand vous avez des moments de questionnement, elle sait y répondre. Et puis, il y a des souvenirs qui reviennent au fur et à mesure, une façon de parler, une façon de bouger. Il n'y a rien de mieux. C'est comme travailler avec des grands acteurs, c'est toujours mieux. Ce n'est pas intimidant, c'est mieux, ça vous porte, ça vous soulève. Et puis, les rôles vous choisissent parfois. Il n'y a pas de hasard.

Sommaire