Belle, militante et philanthrope, la rencontre

Pour la première fois à Paris, s'est tenu le 28 mai dernier le Global Gift Gala, un gala de charité présidé par Eva Longoria. L'occasion pour nous de poser quelques questions à la belle actrice et créatrice de la Fondation Eva Longoria qui a pour mission principale d'aider les enfants et les femmes de la communauté latino-américaine. Interview d'une femme précieuse et engagée.

Eva Longoria, présidente du premier Global Gift Gala
© DR
eva longoria
Eva Longoria, présidente du premier Global Gift Gala à Paris © DR

 

Chère Eva Longoria, nous admirons cette philanthropie dont vous faites preuve : qu'est-ce qui vous a amenée à être si investie dans les différentes causes que vous défendez ?
Tout d'abord, l'une des principales causes que j'ai toujours défendue est celle des enfants atteints du cancer, mais aussi essayer d'améliorer la vie des adolesecents et jeunes adultes ayant des troubles du développement. L'un des devoirs quand on devient un personnage public est d'être la voix de ceux qui en ont le plus besoin. J'ai eu la chance de grandir avec une sœur handicapée mentale, et cela m'a inspiré pour aider encore plus. Elle a été ma source d'inspiration, mon "héroïne", et ma motivation pour continuer dans tout ce que je fais.

Pouvez-vous nous parler de la Fondation Eva Longoria et nous expliquer en quoi consistent ses actions ?
La Fondation Eva Longoria a été créée en 2010, principalement pour - mais sans s'y limiter -, ces deux causes caritatives : les femmes dans la communauté latino-américaine et les enfants.
Sa mission est donc d'aider les femmes à se bâtir un avenir meilleur pour elles et leur famille, à travers l'éducation et l'entrepreneuriat.
Constat : les femmes jouent un rôle important dans la société, mais il existe encore un écart disproportionné tant au niveau éducatif qu'économique. Elles représentent deux-tiers des adultes analphabètes dans le monde. Dans les pays développés, seulement 63% des femmes ont accès à l'enseignement secondaire. Enfin, elles ne sont qu'un-tiers à être des salariées non-agricoles.
En dépit de ces statistiques décourageantes, nous sommes optimistes quant à l'avenir des femmes et des filles, en particulier des latinos-américaines. Travailleuses et dévouées à leur famille, elles sont l'une des plus grandes ressources au monde inexploitées.

En quoi cela se concrétise ?
Notre vision est de donner aux femmes et aux filles les outils dont elles ont besoin pour atteindre leur potentiel. La Fondation Eva Longoria met en place des programmes qui aident les filles à exceller à l'école et au collège. De plus, nous travaillons aussi pour fournir aux entrepreneuses des formations professionnelles, de mentoring, un capital et de l'opportunité. En investissant dans les femmes et les filles, nous espérons bâtir un avenir meilleur pour notre monde. Par ailleurs, La Fondation Eva Longoria permettra de sensibiliser les enfants de toutes origines ethniques et raciales qui souffrent de problèmes liés à la santé.

Etes-vous satisfaite de tout ce qui a déjà été mené depuis sa création en 2010 ?  
Oui bien sûr, je suis très satisfaite, mais ce n'est pas suffisant. Il y a encore énormément à faire pour aider nos communautés.

Un petit mot également sur "Eva's Heroes" ?
Eva's Heroes se porte très bien ! Nous avons tellement évolué au cours des six dernières années. Nous avons un programme pour après les cours, d'incroyables événements tous les mois et un programme d'enrichissement d'été.
Nos programmes permettent aux personnes qui nécessitent des besoins spéciaux le même type d'expériences que leurs pairs qui en jouissent normalement. Nous offrons un environnement où les participants se sentent accueillis et aimés, où ils peuvent grandir en tant qu'individu, que cela passe par aller au cinéma, danser, cuisiner, nager ou par d'autres choses qui les aideront à devenir plus autonomes et confiants. Je suis très fière du travail que nous avons accompli, et j'ai pour espoir que nous puissions continuer à faire cela dans d'autres communautés en dehors de San Antonio, au Texas.

Vous avez été plusieurs fois honorée pour vos actions caritatives, et entre autres été élue "Philanthrope de l'année" par The Hollywood Reporter : quelle satisfaction tirez-vous de tout cela ?
Je suis toujours très honorée par ces reconnaissances particulières et ne peux être que touchée que le public reconnaisse le travail philanthropique je peux faire. Mais le véritable accomplissement, la vraie satisfaction, vient de faire le travail lui-même.

La célébrité est-elle un réel atout pour mieux se faire entendre ? 
Je pense qu'être une célébrité joue un rôle, mais la passion dans ce en quoi vous croyez et ce que vous voulez changer dans le monde est plus forte.

Que signifie pour vous ce premier Global Gift Gala ? Quel est son but ?
Le Global Gift Gala présenté par Sheeva est spécial à bien des égards. Être capable de lancer cette initiative à Paris pour la première fois est incroyable ; j'aime et je respecte cette ville après avoir y passé quelques étés auparavant. Le Gala a été créé par MandA Events et sera un hommage à ceux qui contribuent à soutenir et favoriser la sensibilisation pour les enfants et l'autonomie des femmes à travers le monde. Cela bénéficiera à la Fondation Eva Longoria et à mon co-président Omar Sy, parrain de la Fondation CéKeDuBonheur. Le Gala aura également lieu à Marbella en Espagne et à Istanbul en Turquie pour faire bénéficier des fondations locales avec la Fondation Eva Longoria. Pour de plus amples renseignements : http://www.theglobalgiftgala.com/  

Vous qui êtes très active et occupée (actrice, égérie...), tout cet investissement pour le milieu caritatif doit aussi être un métier à plein temps : comment arrivez-vous à concilier tout cela ?
Pas du tout, 90% du travail que j'effectue est en fait philanthropique. Je suis heureuse d'avoir été bénie d'une étonnante carrière qui me permet de faire tout cela. S'il y a des enfants et des femmes dans le besoin, on trouve le temps et fait des efforts pour faire une différence dans leur vie.

Pouvez-vous nous faire part de vos projets pour cette année 2012 ?  
Maintenant que la série "Desperate Housewives" a pris fin, je vais pouvoir m'impliquer, en passant derrière la caméra cette fois, dans le programme "Ready for Love" (un programme de rencontres américain), en tant que productrice. Une émission innovante qui mettra en compétition plusieurs femmes et trois hommes qui souhaitent trouver l'âme sœur.
Je vais également participer à la production de quelques épisodes du programme "Devious Maids" à l'initiative de Marc Cherry, le créateur de "Desperate Housewives".
Outre ces projets, je vais aussi consacrer la plupart de mon temps libre à la campagne d'Obama. Tout comme aux communautés que je défends. L'objectif étant que les gens arrêtent de regarder la communauté latino-américaine comme autre qu'américaine. Elle est américaine, et a les mêmes préoccupations. L'aspect économique est le premier point, le second, l'éducation, puis la santé. La question de l'immigration n'arrive qu'après.

Une dernière chose, Eva, quel est votre secret pour rester l'une des plus belles femmes de la planète ?  
Faire ce que j'aime, m'entourer de ceux qui m'aiment vraiment (ma famille et mes amis proches) et être heureuse. Cela fait tout et c'est ce qui ressort je pense à travers moi.