Michèle Alliot-Marie

Biographie

Date de naissance 10/09/1946
Lieu de naissance Villeneuve-le-Roi
Pays France
Signe astrologique Vierge
En couple avec Patrick Ollier
Amis Christine Lagarde
Twitter https://twitter.com/MAlliotMarie

Michèle Alliot-Marie, l'audace politique

Première politique à enchaîner sans discontinuer quatre ministères régaliens, première femme ministre de la Défense, de l'Intérieur et des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie est une femme politique hors norme.

Michèle Alliot-Marie: l'indépendance de maman, la fibre politique de papa

Sa mère ne voulait pas qu'elle dépende d'un homme. Michèle Alliot-Marie se lance alors dans des études supérieures studieuses dans les universités parisiennes. Elle devient docteur en droit et en sciences politiques. C'est lors de sa formation qu'elle rencontre son futur époux Michel Alliot, professeur de droit. Le couple se marie en 1971 avant de divorcer en 1984. Depuis 1988, elle est la compagne de l'homme politique Patrick Ollier. Suivant les bons conseils de maman, c'est elle, la femme, qui sera ministre à plusieurs reprises. Si elle tient son indépendance de sa mère, sa fibre politique vient, elle, du père. Elle est la fille de l'ancien maire de Biarritz Bernard Marie. Michèle Alliot-Marie s'engage politiquement sur le terrain local, notamment à Biarritz auprès de son père (1989-1991). Elle jette ensuite son dévolu sur Saint-Jean-de-Luz où elle enchaînera, entre 1995 et 2012, les mandats de maire et de députée RPR puis UMP des Pyrénées-Atlantiques.

Michèle Alliot-Marie, ministre neuf ans, un record!

Chiraquienne, Michèle Alliot-Marie s'empare à la surprise générale de la présidence du RPR en 1999. Une première pour une femme politique européenne! En 2002, Jacques Chirac la nomme ministre de la Défense. Habituée des tailleurs stricts agrémentés d'un joli foulard ou d'un bijou dont elle aura griffonné les esquisses, elle sait s'adapter. Pas de jupe droite en cas de trajet en hélicoptère, comme en Afghanistan, pas de talons hauts pour aller voir les hommes basés en Côte d'Ivoire. Elancée, sûrement grâce à sa gymnastique matinale, son maquillage est toujours discret. En 2007, Nicolas Sarkozy la nomme au ministère de l'Intérieur. Deux ans plus tard, elle prend les rênes du ministère de la Justice, puis en 2010, ceux du ministère des Affaires étrangères. Alors que le printemps arabe éclot en Tunisie, début 2011, Michèle Alliot-Marie continue de soutenir le gouvernement Ben Ali. Le "Canard Enchaîné" dévoile que la ministre passe ses vacances en Tunisie, fin 2010, et qu'elle utilise le jet privé d'un certain Aziz Miled, un homme d'affaires proche de la famille présidentielle tunisienne. Le 27 février 2011, elle démissionne, après neuf ans au sein du gouvernement. Un record!

Michèle Alliot-Marie Également cité dans