Jean-Vincent Placé, honteux et "alcoolique"

© PATRICK GELY/SIPA
Gueule de bois. "Je mesure bien la honte et l'indignité d'avoir été en état d'ébriété, d'avoir eu un comportement déplacé et inconvenant.", confie  Jean-Vincent Placé à Paris Match, où il fait son mea culpa. "Les trente-sept heures de garde à vue ont eu un mérite : j'ai enfin pris le temps de réfléchir. J'ai réalisé que, dans les derniers mois, j'avais bu excessivement en diverses circonstances. [...] C'est une maladie, l'alcoolisme.", ajoute l'ex-sénateur de l'Essonne, qui nie avoir proféré des insultes racistes, mais assure vouloir arrêter de boire.