Leonardo DiCaprio peut-il sauver le monde ?

Avec son documentaire "Avant le déluge", Leonardo DiCaprio souhaite éveiller les consciences sur le réchauffement climatique. L'acteur active un signal d'alarme pour sauver la Terre. Super-héros, son meilleur rôle ?

© "Avant le Déluge" / National Geographic Channel

Des yeux bleus comme l'océan, une carrière lancée grâce à un iceberg et les plus belles plantes de la planète à son bras. Comment Leonardo DiCaprio aurait-il pu ne pas s'inquiéter de la sauvegarde de la Terre ? Après avoir été nommé messager de la paix pour le climat de l'ONU, l'acteur oscarisé entend rallier les gens à sa cause avec le documentaire Avant le déluge (diffusé sur National Geographic Channel le 30 octobre à 20h40), qu'il produit et dans lequel il se met en scène.

Comme Martine va à la plage, Léo marche en Antarctique

Pendant 1h30, le loup de Wall Street parcourt le monde. Comme Martine va à la plage et apprend la bicyclette, Leo marche en Antarctique et fait de l'hélico au-dessus de champs d'huile de palme. Le géant d'Hollywood est parti à la rencontre de scientifiques, de dirigeants internationaux, de populations en danger afin d'alerter sur la situation critique de notre Terre adorée. À le voir fouler la glace, donner à manger à des orang-outans et interviewer Barack Obama, une question s'impose : DiCaprio peut-il vraiment sauver le monde ?

DiCaprio est un homme généreux. Il suffit de lire sa fiche Wikipédia pour réaliser que le philanthrope cède une partie de sa fortune aux causes qui le touchent. Un million de dollars pour les victimes du séisme à Haïti, 2,2 millions pour les tigres du Népal, 7 millions pour la protection des océans... Sa générosité dépasse même son dada – l'environnement – quand il fait des dons pour les victimes de l'attentat de Nice ou qu'il offre un déjeuner en tête-à-tête à ceux qui soutiennent une association d'aide aux sans-abris en Ecosse. La bonté incarné, on vous dit. A tel point qu'en 2007 "il conduit une voiture électrique et équipe sa maison en panneaux solaires", toujours dixit Wikipédia. C'est dire !

 

Mais comme tout être humain, Leonardo a des failles. Depuis, le millionnaire est revenu au bon vieux 4x4 d'une marque de voiture de sports, comme il l'avoue dans Avant le déluge. Car DiCaprio a beau être plein de bonnes intentions et faire bien plus pour le climat que vous et votre tante Jacqueline-pro-du-compost, il n'est pas parfait.

Son empreinte carbone est plus élevée que la vôtre

Lui-même le dit dans son documentaire : son empreinte carbone est très certainement plus élevée que celle de la moyenne des Terriens. Hypocrite, notre héros californien ? Non, honnête. Tellement qu'il se laisse submerger par le pessimisme et balance dans sa production qu'à ses yeux, la cause est déjà perdue. Héros malgré tout, DiCaprio laisse entrevoir des pistes à emprunter pour tenter de redresser la barre avant que le navire ne coule pour de bon (vous l'avez, la métaphore Titanic ?).

C'est d'ailleurs là son principal atout pour sauver le monde. Se soucier, donner de sa personne (depuis 20 ans tout de même) et jouer de son image pour intéresser les gens à un sujet scientifiquement épineux. Parce qu'avouez, vous avez plus envie d'enfourcher votre vélo quand Leonardo DiCaprio vous le demande que lorsque José Bové vous l'intime.

Verdict : on y croit, Leonardo DiCaprio peut sauver le monde (et les vertébrés en voie de disparition). Du moins, il participe activement à la mise en lumière des problématiques climatiques, il agit à son niveau et c'est déjà énorme. S'il échoue, notre beau héros de 41 ans a déjà tout prévu : il s'est offert un ticket pour l'espace. Malin.


Avant le déluge, le 30 octobre à 20h40 sur National Geographic Channel.

Voir aussi :