George W. Bush VS Sylvester Stallone : 70 ans, un combat

BATTLE - Le 6 juillet 2016, George W. Bush et Sylvester Stallone fêtent leur 70 ans. Outre leur âge, leur nationalité américaine, ils ont aussi en commun la guerre (l'un a incarné sur grand écran un vétéran du Viêt Nam, l'autre l'a déclarée à l'Irak pour des raisons obscures). Mais si les deux devaient entrer en conflit, lequel gagnerait ?

© SIPA ABACA

Si George W. Bush et Sylvester Stallone devaient s'affronter à mains nues, il y a de fortes chances pour que celui qui a incarné Rocky en sorte vainqueur. Pourtant, sans compter leur condition physique, l'un et l'autre auraient pu combattre à armes égales : tous deux soufflent leurs 70 bougies le 6 juillet 2016. Néanmoins, il y a d'autres terrains sur lesquels ils peuvent se défier... FIGHT !

Round 1 : bataille d'opinion (et cote de popularité)

Lors d'une interview donnée sur la MSNBC, George W. Bush s'est dit "satisfait" de son bilan présidentiel, après avoir passé huit ans dans le bureau ovale de la Maison-Blanche. Ce que ses concitoyens (qui ont sûrement oublié la guerre en Irak, l'ouverture de la base militaire de Guantanamo et ses tortures, ainsi que la crise économique) approuvent, au vu d'un sondage CNN/ORC publié le 3 juin 2015, indiquant que 52% des Américains ont une opinion favorable de l'ex-Président.

De son côté, Sylvester Stallone a joui d'une importante notoriété aux Etats-Unis. D'une part, grâce à son personnage de Rocky Balboa, ce boxeur parti de rien qui est soudainement devenu célèbre, d'autre part grâce à celui de John Rambo, un vétéran du Viêt Nam qui de retour, a osé défier la police. Ces rôles ont tous deux contribué à rendre fiers ses concitoyens : le premier en illustrant le mythe du "rêve américain", le second en mettant en exergue les soldats rentrés d'Indochine ainsi que la puissance de l'armée américaine, malgré sa défaite.

Résultat : Parce que Sylvester Stallone ne s'est pas lancé en politique comme son rival Arnold Schwarzenegger, il n'est pas possible de calculer au moyen d'un sondage sa cote de popularité et de la comparer à celle de Bush junior. Toutefois, son dernier film Creed : L'Héritage de Rocky Balboa, sorti fin 2015, a pris la troisième place au box-office américain et a récolté plus de 30 millions de dollars de recettes lors du premier week-end d'exploitation : il s'agit du meilleur démarrage de la saga Rocky. Conclusion ? Sylvester Stallone plaît toujours autant et remporte ce premier round.

 

Round 2 : nombre de morts

En réponse aux terribles attentats du 11 septembre 2001, George W. Bush a déclaré la "guerre contre le terrorisme" au Moyen-Orient. "Qui n'est pas avec nous est contre nous", avait-il intimé aux autres nations lors de son discours du 21 septembre 2001 devant le Congrès. Une récente étude britannique menée par plusieurs organisations internationales, indique en "estimation basse" 1,3 millions de civils tués de manière directe ou indirecte depuis les attaques du World Trade Center. Les chiffres pourraient même dépasser les "2 millions", à en croire le rapport.

"C'était pas ma guerre", regrettait John Rambo. Ce qui ne l'a pourtant pas empêché de tuer, en cumulé dans les 4 films de la saga, 539 personnes dont 318 par des armes à feu et 136 dues à des explosions, d'après la vidéo d'un internaute qui a recensé les morts.

Résultat : L'un, en déclarant la guerre, est indirectement à l'origine du décès de civils innocents, l'autre a tué des méchants (ce qui est bien) pour de faux. Cependant, ce second round étant calculé en nombre de morts,  George W. Bush est désigné haut la main vainqueur.

 

Round 3 : coups... de pinceau

Parmi les talents cachés hobbies de nos deux combattants, figure, étonnamment, la peinture. Une fois à la retraite, l'ex-chef des Etats-Unis s'y est adonné après la lecture de Painting as a Pastime de Winston Churchill. Ses œuvres ? Des autoportraits, des chats et des chiens sur fond bleu, mais aussi des portraits de dirigeants mondiaux, tels que Poutine, Sarkozy, Chirac, Tony Blair ou encore Angela Merkel, peints "dans un esprit d'amitié", comme il l'a déclaré dans une interview donnée à sa fille (!) Jenna Bush pour la NBC. Le tout, exposé en avril 2014 à la bibliothèque présidentielle de Dallas. La classe. 

Contrairement à son adversaire, Sylvester Stallone n'a pas attendu ses vieux jours pour faire des toiles ; entre deux tournages, l'acteur aux gros muscles jouait déjà du pinceau. En témoigne sa collection, exposée à Nice en mai 2015, baptisée Real love, paintings 1975 - 2015. Ce serait même un portrait qu'il a peint, Finding Rocky, qui lui aurait permis d'écrire le scénario de Rocky, alors qu'il ne trouvait pas d'inspiration. Son dada ? Des portraits des héros de ses deux films phares (donc de lui-même), du clair-obscur et beaucoup de rouge.

Résultat : Parce que nous vous brossons le tableau, mais ne nous prétendons pas critiques d'art, nous déclarons Britney Spears gagnante.

 

Even the greatest creations start from small seeds

Une vidéo publiée par Britney Spears (@britneyspears) le

 

Il y aurait pu avoir match nul, mais cote de popularité au top + zéro mort sur la conscience = SYLVESTER STALLONE VAINQUEUR. Et surtout : joyeux anniversaire !