Beyoncé, esclavagiste ?

Beyoncé © Hahn Lionel/ABACA
Mode. Beyoncé a lancé sa marque de vêtements Ivy Park. Mais une ombre se profile au tableau : le Sun a dévoilé que la ligne vendue par le géant TopShop profitait d'ouvrières sri-lankaises sous-payées. Ces femmes ne seraient rémunérées que 5,50 euros de l'heure. Ça fait peu quand on sait qu'un legging imaginé par la diva est vendu aux alentours de 140 euros. Il est où le féminisme ?