Jayne Mansfield, bimbo trash

En dépit de ses frasques alcoolisées, Jayne Mansfield était une femme cultivée. Victime de sa somptueuse et généreuse plastique, cette playmate devenue show-girl à Las Vegas valait certainement mieux que les rôles qui lui furent proposés. Elle parlait cinq langues, était pianiste et violoniste classique et affichait un QI de 163. Dans Jayne Mansfield 1967, Prix Femina 2011, Simon Liberati ressuscite l'actrice méconnue la plus photographiée au monde, danseuse nue morte à 34 ans, passagère broyée d'une Buick Electra. Au programme : "perruques-pouf, LSD 26, satanisme, chihuahuas, amants cogneurs, vie désaxée, mort à la James Dean, cinq enfants orphelins et saut de l'ange dans l'underground".
©  NANA PRODUCTIONS/SIPA