Il y a 35 ans, Georges Brassens nous quittait

Le 29 octobre 1981, il y a tout juste 35 ans, s'éteignait un monument de la chanson française. Retour en images sur des instants de vie de Georges Brassens, un artiste éternel.

C'est un homme aux multiples talents et au charme intemporel qui nous a quittés il y a maintenant 35 ans. Georges Brassens, sa moustache, sa guitare, sa pipe, mais aussi et surtout ses compositions inoubliables, qui restent dans les mémoires de chacun. Qui n'a jamais chantonné joyeusement Les Copains d'abord, entonné le refrain du Gorille ou été ému sur Chanson Pour l'Auvergnat ? Autant de chansons qui ont fait et feront à jamais la renommé d'un homme simple, passionné par l'écriture et la musique. 

Georges Brassens naît à Sète le 21 octobre 1921. Partagé entre un père athée endurci et une mère fervente catholique, il aspire très tôt à un bonheur simple. Ses plaisirs à lui sont de rire et sortir avec ses copains, mais aussi et surtout d'apprendre et de fredonner les milliers de chansons qu'il entend dans sa famille. L'école ? Ce n'est pas sa priorité. 

Georges Brassens compose ses premières chansons à 15 ans, fortement influencées par la mode du jazz-band, venue tout droit des Etats-Unis. Le swing est au cœur de chacune de ses créations. La même année, alors qu'il est en cours de français au collège, l'artiste découvre la poésie et se prend de passion pour les mots

Mais l'amour du jeune Georges Brassens pour la musique et la poésie ne le rendent pas discipliné pour autant et il enchaîne les petits délits. Ses parents décident de l'envoyer chez une tante à Paris, ville que le chanteur ne quittera plus. Il enchaîne pendant un temps quelques jobs, mais l'écriture devient vite la seule activité de Georges Brassens. Il mène une vie de bohème durant deux ans, écrit, lit, sort dans les bistrots du 14ème avec ses copains et publie son premier recueil de poèmes.   

En 1943, à 22 ans, il est envoyé en Allemagne pour le Service de Travail Obligatoire, imposé par les Nazis au gouvernement de Vichy. Il travaille dans la manufacture de moteurs d'avion de BMW, près de Berlin. A son retour à Paris, Brassens achète sa première guitare et s'entraîne à fredonner ses premières compositions, dont Le Gorille ou Les Croquants.                 

En 1947, Georges Brassens rencontre celle qui restera sa compagne jusqu'à ses derniers jours, Joha Heiman. Le couple n'aura pas d'enfants. 

Le succès arrive au début des années 1950, quand Brassens fait ses premières scènes, notamment aux Trois Baudets. Ses premiers 78 tours sortent chez Polydor. Les années Brassens commencent et le succès ne se démentira jamais : concerts à Bobino, à l'Olympia, tournées en Suisse, au Maroc, en Belgique... Le cinéma lui tend aussi les bras : en 1956 il joue et chante dans Porte des Lilas de René Clair, compose Les Copains d'abord pour le film Les Copains et le morceau Heureux qui comme Ulysse pour le film éponyme... 

Tout le monde s'arrache Georges Brassens qui est en train d'écrire sa légende et croule sous les récompenses. L'artiste reçoit notamment le Grand Prix de Poésie de l'Académie Française en 1967 et le Prix du Disque remis par Jacques Chirac en 1976.

Jusqu'à son dernier souffle, Georges Brassens continue de vivre pour la musique. Malgré ses graves problèmes de santé — il souffre de coliques néphrétiques depuis quarante ans —, il enchaîne les tournées et sort disques sur disques.
Le poète s'éteint le 29 octobre 1981 à Saint-Gely-du-Fesc dans l'Hérault, des suites d'un cancer. Il laisse derrière lui une oeuvre monumentale qui le fera vivre à jamais.