Mireille Mathieu : 70 balais, pas d'amant connu, 122 millions d'albums vendus, une coupe de cheveux [PHOTOS]

Un accent qui sent l'anchoïade, un look et une philosophie plus fourmi que cigale, et une coupe au bol immuable : Mireille Mathieu, risée des rockeurs, déjà larguée par les Yéyés (mais adulée par Chirac et Sarkozy) reste le symbole de la Variété française. Ce rossignol aux cheveux de jais fête ce 22 juillet, ses 70 printemps. Album d'une Demoiselle amoureuse de son public et, qui n'a jamais rien changé. Ni son style, ni sa coiffure ni son répertoire.

"Je sais que certains disent que je suis ringarde. Cela veut dire quoi exactement? Je suis là depuis 50 ans et le public m'est toujours fidèle. Est-ce mon public qui est ringard ? Cet amour est la plus belle des récompenses (...) Ma voix et mon histoire ont touché les gens. Je remercie Dieu pour ce don, ce conte de fées. Je suis très croyante. Je prie tous les jours", a déclaré à l'AFP Mireille Mathieu, 130 millions d'albums vendus, 55 millions de singles écoulés et 1200 chansons enregistrées au compteur.
"Mon enfance a été baignée par la musique, mon papa chan­tait tout le temps des airs d'opéra (...) Moi, je me rêvais en Cendrillon. Je me servais du balai comme d'un micro devant la glace", a confié la môme Mathieu à Gala.

Née le 22 juillet 1946 à Avignon, dans une famille de marbriers funé­raires. Dyslexique, déscolarisée très tôt pour trimer à l'usine, Mireille Mathieu est l'aînée d'une famille modeste de quatorze enfants élevés à la dure par Roger, tailleur de pierre et Marcelle, une Ch'tie au caractère bien trempé, qui à 93 ans, est encore de tous les concerts de sa célèbre fille. "Mon père nous inter­di­sait de nous maquiller, il jetait nos Rimmel qu'on allait récu­pé­rer en cachette dans la poubelle. A 14 ans, j'ai eu le droit de mettre une touche de fond de teint pour aller travailler à la manu­fac­ture d'en­ve­loppes. Ce que je mangeais ? Ma grand-mère ramas­sait des sacs de pissen­lits, excel­lents pour la santé", ajoute-t-elle au magazine people.
Le 28 juin 1964, Mireille Mathieu, 19 ans, un air insouciant et des yeux ébahis, remporte un concours de chant organisé par la Cité des Papes. Un mois plus tard, en décembre 1965, révélée par le télécrochet " Le jeu de la chance " de Télé Dimanche, elle chante pour la première fois sur la scène de l'Olympia, invitée du "Sacha Show" de Sacha Distel, avec l'Américaine Dionne Warwick en tête d'affiche. La "Demoiselle d'Avignon" ne cessera plus d'enchaîner les succès, conquérant les plus grandes scènes internationales jusqu'à devenir l'une des plus grandes voix tricolores : "Paris en colère", "Une Histoire d'amour", "Acropolis Adieu", "La Paloma adieu", "Mille Colombes"...

Habile, son manager Johnny Stark la pousse à enregistrer en anglais, en allemand, en russe, en chinois et même en japonais. Elle roule le "R" et cumule les duos (pas torrides) avec Tom Jones, Dean Martin, Paul Anka, Burt Bacharach ou Julio Iglesias. Star à Moscou, elle chante au Kremlin, reçoit la médaille de l'Ordre de l'Amitié pour sa contribution aux relations franco-russes dans le domaine de la culture, ainsi que celle "du courage et de la vaillance", récompense qui lui donne le droit de travailler sur des affaires sensibles du pays.

En 1989, la dispa­ri­tion de son mentor Johnny Stark la fait sombrer dans la dépres­sion. Grâce au soutien de sa famille et de sa soeur, Matite, qui vit avec la chan­teuse dans son hôtel parti­cu­lier de Neuilly-sur-Seine, Mireille Mathieu retrouve le sourire et le chemin des studios.

Un physique immuable, une gloire jamais démentie, Mireille Mathieu a confié au maga­zine Nous Deux les raisons de sa longé­vité : aucune chirur­gie esthé­tique. "Je mène une vie très saine qui exclut toute expo­si­tion au soleil et la consom­ma­tion d'alcool, explique-t-elle. On ne fume jamais en ma présence et je mange unique­ment bio (...) Regar­dez les maga­zines, ma coupe est aujourd'hui à la mode ! Il y a quelques années, j'avais fait une petite entorse à mon look habi­tuel en optant pour une coupe à la Louise Brooks. J'aimais bien mais le public, lui, n'appré­ciait pas. Alors, j'ai reculé, le public est roi!".
Y a-t-il un homme dans la vie de notre brune au teint d'albâtre ? "Ma vie privée est un jardin secret, mais oui, bien sûr j'en ai eu une. Heureusement, je peux la garder privée". Une femme amoureuse, alors ? Sûrement, mais sans descendance : "Je n'ai pas créé de famille, mais je la crée par mes fans qui m'entourent. C'est pas incompatible, ce n'est pas non plus un choix. Je voyage beaucoup, j'ai eu des neveux et nièces", a révélé Mireille Mathieu au micro de Figaro TV.

Une coupe monacale, une notoriété à toute épreuve et une intimité préservée, "Mimi" est un défi au temps et aux lois du showbiz ! Malheureusement, notre septuagénaire n'est pas à la fête, terrassée par la perte de sa mère Marcelle, sa première fan, qui a tiré sa révérence le 20 mars dernier. "Ma maman me manque beaucoup. Il y a des moments très difficiles et très tristes car je me trouve dans sa maison et tout me fait penser à elle. Parfois, je me sens assez désespérée. Ce n'est vraiment pas facile. Mon chagrin est immense ", regrettait fin mai l'orpheline à France Dimanche. Anéantie par la peine, Mireille Mathieu a renoncé à se produire en concert cet été et à la rentrée. Gageons que cet anniversaire et le soutien de son public lui mette du baume au cœur.