Brigitte : dans le dressing d'Aurélie et Sylvie

À l'occasion de la sortie de l'album "Nues", Sylvie et Aurélie, les chanteuses ultra-lookées du groupe Brigitte, nous ont ouvert les portes de leur dressing. L'occasion de parler mode avec ces deux "vintage addicts". Interview.

Brigitte : dans le dressing d'Aurélie et Sylvie
© Shelby Duncan

Le Journal des Femmes : Quels sont pour vous les basiques d'un dressing féminin ? Les incontournables d'une garde-robe réussie ?
Aurélie Saada et Sylvie Hoarau : 
Déjà il faut réussir à savoir ce qui nous va bien. C'est le plus important avant de porter des basiques soi-disant adaptés à tous. Mais en règle générale, on est d'accord sur le fait qu'il est bien de posséder dans son armoire une petite robe noire en cuir (toujours efficace, malgré soi, quand on veut être jolie et sexy sans trop d'effort et qu'on n'a aucune idée de quoi enfiler), une belle combinaison, une robe à fleurs et enfin, une paire de bottes en cuir à talon.

Le Journal des Femmes : Quelles sont les pièces mode de votre dressing qui vous sont le plus chères ?
Aurélie Saada et Sylvie Hoarau : 
Pour commencer, évidemment, il y a toutes nos tenues de scène qui sont très symboliques et sentimentales à nos yeux.
Aurélie Saada : De manière globale, j'aime les beaux tissus, les imprimés, les couleurs, les vêtements des années 70, les inspirations orientales, les robes longues, les chapeaux, les bottes à longues tiges seventies (je passe ma vie à en chiner !), les bijoux qui font du bruit et leur accumulation : ça me rappelle mes grands-mères tunisiennes. Pour vous donner une idée de la mode que j'affectionne, mes icônes sont Marie Lavaux (prêtresse vaudou créole renommée de la Nouvelle-Orléans au XVIIIème siècle NDLR), l'actrice Sarah Bernhardt, l'artiste Frida Kahlo ou encore Lilith (démon féminin de la tradition juive NDLR).
Evidemment, il y a certaines pièces que j'affectionne plus particulièrement : un collier-pendentif qui me vient de ma maman mais aussi les kimonos et les déshabillés que je collectionne. Mais, en même temps, j'adore aussi l'idée que rien de tout ça n'est important, qu'il faut se détacher du matériel et qu'on peut toujours se réinventer différemment.
Dans ma garde-robe il n'y a quasiment que des choses anciennes dénichées dans des marchés aux puces ou au cours de mes voyages. C'est ma caverne d'Ali Baba qui sert autant au stylisme de Brigitte qu'à habiller mes copines à l'occasion. J'adore donner mes vêtements à mes copines et les admirer dedans, me rendre compte à quel point ils leur vont bien.

Dans le dressing d'Aurélie Saada de Brigitte © Aurélie Saad

Sylvie Hoarau : J'ai un petit bracelet en argent que j'adore. Je l'ai trouvé dans un fouillis de colliers, de bagues et de bracelets chez une de mes tantes. J'ai dû le faire réparer un jour et le bijoutier m'a dit qu'avec son feuillage et ses fleurs, il devait certainement être oriental. Je me demande toujours quelle histoire il a à raconter celui-là !
Il y a un chapeau également auquel je tiens particulièrement. C'est Aurélie qui me l'a offert pour mon anniversaire cette année. C'est la perfection : il est à la fois chic, beau et tout-terrain. Il peut être plié sans se déformer, du coup je peux même le mettre dans mon sac si je veux. Fini pour moi les chapeaux oubliés sur le siège arrière des voitures !
 

Le bracelet en argent et le chapeau fétiche de Sylvie Hoarau de Brigitte © Sylvie Hoarau

Quelle est la tenue que vous n'avez finalement pas du tout assumée de porter dans le passé ? Le plus gros fashion faux-pas que vous ayez pu faire ?
Aurélie Saada et Sylvie Hoarau : Sans hésitation, c'est l'une de nos tenues de scène qui nous a franchement marquées ! C'était sur le premier concert en Asie de notre seconde tournée. Il s'agissait de combinaisons blanches ultra moulantes dont on était TRÈS fières (en théorie en tout cas…). Au moment des répétitions, on s'est rendues compte à quel point elles n'étaient pas flatteuses au niveau de l'entre-jambes (beaucoup trop marquée...) mais aussi au niveau de chaque petite imperfection de notre silhouette : ça nous grossissait terriblement (le blanc ça ne pardonne vraiment pas…) ! Et quand en plus, durant cette même répèt' en conditions réelles, nos maris nous ont vu dedans sous les spots, ils étaient effarés et nous ont clairement dit que ce n'était pas possible. On était très déçues tout de même car, à la base, on avait beaucoup misé sur ces combi' qui reflétait, d'après nous, l'esprit de la tournée. Et puis, finalement, on a dû les porter juste deux fois tant on ne les assumait pas ! À chaque concert, sans vouloir se l'avouer l'une à l'autre, on se trouvait des excuses pour ne pas les porter : "Oh il fait vraiment trop chaud ce soir pour les combi', tu ne trouves pas ? On sera mieux dans les petites robes, non ?". 

© Shelby Duncan

Nues, le nouvel album de Brigitte sera disponible dès le 17 novembre 2017.

Voir aussi :