Jeremy Scott à Cannes : "On a encore besoin des créateurs pour vendre du rêve"

Jeremy Scott a dégainé son humour et son style pop pour la dernière campagne Magnum. A Cannes, le directeur artistique de Moschino nous a parlé mode et création. Interview rafraîchissante.

Jeremy Scott à Cannes : "On a encore besoin des créateurs pour vendre du rêve"
© Magnum

Directeur artistique de Moschino, Jeremy Scott laisse son empreinte pop, colorée et décalée sur tout ce qu'il touche. Dernier fait d'arme : une collaboration avec Magnum, pour qui il nous invite à "libérer la bête" avec Cara Delevingne. Dans un mini film, la belle descend une rue la gourmandise glacée en main et tombe sur des animaux en cartoons. Présent à Cannes pour le lancement de la campagne, le premier créateur à avoir son étoile sur Hollywood Boulevard a répondu à quelques questions... avant de s'envoler pour Los Angeles terminer son show resort. "La seule chose que je peux en dire, c'est qu'il aura un côté burlesque..." En attendant de le manger des yeux le 8 juin, interview Croisette avec le plus cool des stylistes.

En quoi une glace peut-elle être stylée ?
Jeremy Scott : Quand vous êtes portée par Cara Delevingne, vous êtes forcément stylée même si vous êtes une glace (rire) ! Magnum est une marque iconique. On reconnaît immédiatement la forme de sa glace, tout le monde en a déjà mangé. Mon job, c'est de communiquer. Normalement par les vêtements, les photos ou l'art. C'était fun de partager ma vision empreinte d'humour univers avec de nouvelles personnes.

Pourquoi Cara Delevingne ?
Elle représente la muse moderne. Elle est unique, entre force et vulnérabilité. Et puis comme sa carrière a pris un nouveau tournant, on ne travaille plus ensemble. C'était l'occasion de bosser avec une amie. Elle est belle sans être intimidante, sexy sans être vulgaire et intellectuelle tout en gardant son humour. Cara est un bon mélange de tout.

Vous avez mis votre art au service d'une glace. Quels autres objets voudriez-vous recréer ?
Je suis très ouvert. La créativité, c'est comme de l'eau. Je peux la verser dans un verre ou dans l'océan, ce sera toujours de la créativité. Une Smart, une glace, une poussette… J'aime m'approprier tout ce qui peut toucher les gens en dehors de la mode. M'imposer dans leur univers de différentes manières.

A travers le cinéma par exemple ?
J'adorerais ! C'était déjà cool de faire cette pub pour Magnum. J'aime inventer des personnages, alors les mettre en action, c'est génial. Il y a aussi une longévité qu'on n'a pas dans la mode. Je dis toujours à mes amis musiciens qu'il ont de la chance d'écrire des chansons que les gens vont fredonner pendant 20 ans. Ce que je crée dure quelques mois, puis le public doit de nouveau tomber amoureux.

Comment vous positionnez-vous par rapport à la fast fashion de Zara ou H&M ?
Je n'en fais pas partie d'un point de vue économique, parce que mes vêtements ne correspondent pas au prix de la grande distribution. Mais la mode a dû s'adapter au changement d'allure de notre monde. Les images sont transmises à une vitesse folle. Essayer d'aller à contre-courant me semble futile. J'essaie de faire avec, mais je crois que le désir de mode est toujours là. On a encore besoin des créateurs pour vendre du rêve, proposer leur vision, inspirer.

Jeremy Scott et Cara Delevingne à Cannes sur la plage Magnum © Magnum

Voir aussi :