Morganne Bello : rencontre avec une lionne en pleine renaissance avec Layone

Il y a des rencontres qui marquent profondément. La créatrice Morganne Bello en est une. Combattante, solaire, inspirante et indéniablement douée et passionnée, cette jeune femme nous a offert une belle leçon de vie et de style. Découvrez en interview son regard sur la mode, son parcours et sa nouvelle marque de bijoux Layone.

Morganne Bello : rencontre avec une lionne en pleine renaissance avec Layone
© Morganne Bello / Layone

Après 5 ans d'absence sur le "devant de la scène", la créatrice Morganne Bello revient pour notre plus grand plaisir avec une griffe de bijoux à tomber : Layone. Plus qu'une nouvelle marque, c'est une renaissance pour cette femme de caractère passionnée par les pierres qui, après avoir perdu sa marque fondée en 2004, après avoir affronté un divorce et s'être battue contre un cancer, revient plus créative et enthousiaste que jamais. Ce nouveau "bébé" est pour elle une manière de continuer coûte que coûte à faire partager sa fascination pour les belles pierres (précieuses et semi-précieuses) dont elle parle avec tant de ferveur et d'amour. Mais Layone c'est aussi un projet qui marque pour elle le début d'une nouvelle vie après la traversée de cette période sombre.
C'est donc dans son showroom, à l'occasion du lancement officiel de la première collection Layone, que nous avons eu la chance de rencontrer Morganne. Cette dernière s'est confiée sur sa carrière et sa vie, et nous a présenté cette toute nouvelle griffe de bijoux à la forme reconnaissable au premier coup d'œil, entre élégance et simplicité. Interview.

Quel est le profil de femme pour qui vous créez vos bijoux ? A quoi ressemble la femme Layone ?
"Une amoureuse des pierres, forcément. Je n'ai pas pour habitude de cloisonner. Elle est également forcément sensible. Pour le reste elle conserve une totale liberté dans sa manière d'être attachée à mes créations. Il y a une femme que j'adore : Maria Felix. Affirmée et libre la 'Dona'".

Y a-t-il un style vestimentaire préconisé pour porter des bijoux Layone ?
"Je créé depuis toujours des bijoux caméléon qui marquent l'élégance, en jogging comme en smoking, et qui supportent même d'être sur un ring (rire)".

Quelles autres marques portez-vous ? Quels sont vos créateurs bijoux fétiches ?
"Depuis toujours j'aime la performance technique du serti invisible de Van Cleef , le Serpent de  Bulgari, et les mélanges de couleurs de De Grisogono".

Vous ne travaillez plus depuis déjà quelques années pour la marque de bijou Morganne Bello qui vous a fait connaître et qui était un peu votre bébé. Comment faites-vous aujourd'hui pour vous différencier de vos anciennes créations et de la patte de la griffe Morganne Bello ? Réussissez-vous à vous en détacher ?
"Je suis Morganne Bello, je n'ai pas à sortir de moi-même. Mon style et ma patte m'appartiennent. Qu'ils n'aient pas su tenir la promesse de ma première marque m'attriste. C'est pour cela que j'ai décidé de poursuivre mon engagement à offrir aux femmes un luxe abordable."

Pour ou contre le mélange des bijoux or jaune, or blanc et or rose ?
"J'aime assez le mélange des couleurs d'or. C'est aussi l'occasion de donner une force supplémentaire à un style."

Quel est le plus gros fashion faux-pas, selon vous, en matière de bijoux ?
"S'offrir un bijou qui ne nous correspond pas et le porter uniquement parce que c'est la mode."

Expliquez-nous l'histoire du nom de votre nouvelle marque ? Pourquoi " Layone " ?
"Il m'a été très difficile, je ne vous le cache pas, de trouver un nom. J'avais mon univers, mon style, ma nouvelle ligne en tête, mais pas mon nom. Un matin, en lisant mon horoscope, (chose que je fais rarement) je lis que " le lion renaît toujours de ses cendres ". LAYONE s'est alors imposée comme une évidence. Mon énergie allait pouvoir se diffuser dans ma nouvelle savane colorée. J'ai pris mon crayon et j'ai dessiné ce nouveau nom."

Décrivez-nous cette nouvelle marque, ces nouveaux bijoux en seulement cinq adjectifs.
"Engagée (comme je l'ai toujours été), colorée, benveillante, distinguée, apaisante".

Quelle est votre tenue type du quotidien ? Votre "uniforme" de tous les jours ?
"J'aime les choses élégantes, confortables, efficaces, les couleurs flatteuses, et j'adore les smokings. Je suis ravie que la mode ait fait place à la basket qui me facilite mon quotidien dans la course qu'il m'impose, avec l'avantage en plus de soulager mon hernie discale (sourire). Je suis une collectionneuse de bottes depuis l'âge de 14 ans. C'est un objet que j'adore."

Quels sont vos cinq basics vestimentaires ?
Des baskets (avec un jean, un t-shirt et une veste de smoking), un smoking (avec des baskets ou des talons), une robe bohème, une robe en cuir, un jean (avec bottes et chemise), un chapeau (j'en porte très souvent).

Etes-vous plus robe ou pantalon ?
"Je suis tout, car j'ai un large spectre d'humeurs. Ce sont elles qui m'habillent au quotidien."

Et vous, quel genre de bijoux portez-vous et comment les portez-vous ?
"Je porte principalement mes collections. Les bijoux que je créé reflètent mes envies. J'aime les mélanges et les accumulations de formes et de couleurs."

Quelle est la tenue que vous n'avez finalement pas du tout assumé de porter dans le passé ? Le plus gros fashion faux-pas que vous ayez pu faire avec le recul ?
"Un escarpin à gros talon épais et à bout carré. Je les ai portées une fois mais la photo reste gravée en moi à jamais (rire)".

Si vous ne deviez retenir qu'une pièce de votre dressing, laquelle serait-elle ?
"Cette question est un vrai défi… je vais tenter d'y répondre. Mon smoking."

Enfin, vous avez traversé ces dernières années bon nombre d'épreuves très compliquées à surmonter et vous sortez aujourd'hui de tout ça avec le sourire et de beaux projets. Quelle est votre recette ? Avez-vous un message à lancer aux femmes qui, comme vous, doivent faire face à de gros coups durs et qui ont envie de baisser les bras ?
"D'abord savoir accepter les difficultés quelles qu'elles soient. Je vais vous faire une confidence, pendant mon cancer, avec un protocole très douloureux, j'ai pensé naturellement à Nelson Mandela. Je me suis dit que si cet homme avait enduré pendant tant d'années l'enfermement, sachant le surmonter, on avait forcément toutes les ressources en nous pour y parvenir également. Se sentir punie par la vie ne règlera rien, accepter les cycles, comprendre que rien n'est statique. Le meilleur conseil à donner est de bien rester ancrée dans la vie réelle, chaque seconde. Donnez-vous le droit de pleurer, mais ne baissez jamais les bras. Il faut savoir s'éloigner des personnes toxiques pour capter les énergies vitales. Vos deux meilleurs amis doivent être le temps et la solitude. Apprivoiser ces deux éléments protège votre sérénité et renforce votre courage."

© Morganne Bello