Mademoiselle Agnès : "A Paris, on a envie d'être dans l'émotion de chaque défilé"

A l'issue du défilé Jean Paul Gaultier, nous avons rencontré la journaliste mode Mademoiselle Agnès qui nous donne sa vision de cette fashion week prêt-à-porter automne-hiver 2013-2014.

fashion week Paris : rencontre avec Mademoiselle Agnès
© SdP Karl Lagerfeld

Si vous deviez retenir une tendance de cette fashion week parisienne ?
Mademoiselle Agnès : "Ah non, on ne parle pas de tendance à Paris ! Les créateurs ont tous un univers qui leur est tellement  propre, qui leur appartient... Honnêtement, c'est trop difficile de parler de tendance. Après, quand on veut les chercher à l'issue de la semaine, on en trouve. On va remarquer qu'à chaque fois les vestes de tailleur sont ceinturées, il y a ce rouille un peu seventies que l'on a vu pas mal... Mais à Paris, on a plus envie d'être dans l'émotion de chaque défilé."

Avez-vous eu des coups de cœur pour certains défilés ?
"J'ai eu un énorme coup de cœur pour Prada mais je n'y étais pas (rires). J'ai  aussi adoré le défilé d'Haider Hakermann."

Face à la concurrence, Paris reste-t-elle une ville majeure de la fashion week ?
"Paris tient toujours la route. Il y a de l'énergie, des belles choses. C'est tout de même beaucoup moins "boring" que Milan même si c'était une belle saison. Fendi ou Prada ont offert de belles collections. A New York, c'est une autre énergie. Finalement, c'était New York le plus ennuyeux cette année par rapport à la créativité."

mlle agnãšs
Mlle Agnès, avec Sylivie Testud et Loïc Prigent à l'occasion de l'ouverture de la boutique Karl Lagerfeld à Paris © SdP Karl Lagerfeld

Sao Paulo, Berlin tentent d'imposer leur fashion week. Ce serait légitime pour vous de leur ouvrir le calendrier officiel ?
"C'est déjà compliqué pour les rédactrices et les acheteurs. Ca voudrait dire qu'on passerait deux mois sur les routes. Bon, en même temps si on veut faire un tour du monde, pourquoi pas ! Après il y a des fashion week partout. Mais on a déjà du mal à ce que Londres soit finalement considéré comme New York ou Paris, même s'ils travaillent en ce sens et que ça l'est de plus en plus. Non, ce serait vraiment injouable pour nous !"

 Et aussi : toute la fashion week