Défilé GILES prêt-à-porter automne-hiver 2015-2016 : gothiques et botanique

Pour l’automne-hiver 2015-2016, Giles Deacon nous emmène en territoire sinistre, où romantisme, univers gothique et botanique se rencontrent. Compte-rendu de ce sombre défilé.

Défilé GILES prêt-à-porter automne-hiver 2015-2016 : gothiques et botanique
© Imaxtree.com

«J'ai passé beaucoup de temps au jardin botanique de Chelsea, qui a été créé en 1673 et qui était destiné à étudier les plantes du monde entier et leurs propriétés. [Ce lieu est] très paisible, très romantique, mais à certains moments de la nuit, il a aussi des aspects sinistres», a précisé Giles Deacon à l’AFP après avoir dévoilé son défilé. Ainsi, sur fond de jardin lugubre, les poupées gothiques tout droit sorties de l’époque Georgienne se succédaient sur le catwalk. Rouge à lèvres noir, collerettes et nœuds étaient de rigueur sur les pièces en majorité teintées de noir. Du côté des matières, on retrouve du néoprène, tissu contemporain tout en volume, mais aussi du velours, du cuir verni, du satin et même des plumes d’autruches par touches. Parmi les pièces fortes, on retiendra les diverses capes, les robes et jupes ultra-longues et la robe colorée ornée d’un nœud à la taille, portée par Aymeline Valade et plus surprenant, la robe imprimée en éventail entièrement plissée arborée par Anna Cleveland, qui est venue clôturer le défilé. Aussi, parce que le jardin botanique de Chelsea était le fil d’Ariane de la collection, on trouve en all over des motifs de champignons hallucinogènes, des ramifications de branches d’arbres nues et terrifiantes et des feuilles automnales sans vie. Voilà une collection qui pourrait faire pâlir un vampire d’envie !

Voir les défilés sur notre espace dédié

Voir les photos du défilé GILES

Défilé GILES prêt-à-porter automne-hiver 2015-2016 © Imaxtree.com