La dentelle de Calais-Caudry, entre tradition et savoir-faire français

A l'occasion du shooting photo de la nouvelle collection Cymbeline organisé à Caudry, la rédaction du Journal des Femmes a visité le Musée de la dentelle et les ateliers de fabrication pour découvrir cette matière noble, adulée des créateurs.

© Cécile Debise

Les plus grands créateurs de robes de mariée, de la haute couture ou du prêt-à-porter de luxe font appel au savoir-faire français pour réaliser les dentelles de leurs collections. C'est aussi à Caudry qu'a été fabriquée la dentelle de la robe de mariée d'Amal Alamuddin, l'épouse de Georges Clooney, ou encore celle portée par Kate Middleton lors de son mariage avec le Prince William en 2011. Et si Alexander McQueen s'est tourné vers les ateliers situés à Caudry pour la création de ce modèle princier, ce n'est pas pour rien ! A l'occasion du shooting de la collection 2017 de Cymbeline auquel le Journal des Femmes a assisté, le Musée de la Dentelle et les ateliers de fabrication André Laude nous ont ouvert leurs portes pour mieux comprendre les secrets de cette matière si raffinée et si précieuse, réputée à travers le monde. 

C'est au début des années 1840 que la dentelle fait son apparition à Caudry. Aujourd'hui, la ville compte six entreprises dentellières (André Laude, Sophie Hallette, Jean Bracq, Beauvillain Davoine, les Dentelles Merry et Solstiss), spécialisées dans le secteur de la haute couture et du prêt-à-porter de luxe, tandis que la dentelle de Calais est davantage tournée vers la lingerie ou la corseterie. Mais depuis quelques mois, la dentelle de Calais et celle de Caudry ne font qu'une, avec un nouveau label "Dentelle de Calais-Caudry", qui permet de certifier de la qualité de la matière, tissée en France sur métiers Leavers. Ces énormes machines, fabriquées en Angleterre à Nottingham, reproduisent à la perfection le mouvement d'une dentellière qui travaillerait au fuseau. "Elles permettent de tisser la dentelle, contrairement aux autres dentelles étrangères qui sont tricotées", explique André Laude. Et c'est justement ce qui fait la particularité de la dentelle de Calais-Caudry, tant recherchée pour sa qualité. La preuve, 80 % de la production de Caudry est exportée à l'international. De plus, "la technologie de ces métiers Leavers est telle qu'aucun ingénieur n'est parvenu à l'améliorer", nous confie le spécialiste. 

Les métiers Leavers, un savoir-faire traditionnel français © Cécile Debise

Quelles sont les étapes de la fabrication de la dentelle ?

Dessinateur, metteur en carte, pointeur, perceur de cartons, ourdisseur, bobineur, préparatrice, tulliste, extirpeuse, raccommodeuse, coloriste, effileuse, écailleuse, rebrodeuse... On ne s'imagine pas qu'il y a autant de métiers et de petites mains qui travaillent, de fil en aiguille, à la fabrication de la dentelle. Cette matière noble est avant tout un patrimoine transmis de génération en génération, dont les techniques et les gestes précis sont précieusement conservés au sein de ces entreprises familiales. Ainsi, pour réaliser une dentelle, il faut compter en moyenne 3 à 6 mois de fabrication. Voici les grandes étapes : 

  • La création. Tout part d'une esquisse dessinée sur calque. Le metteur en carte agrandit ce dessin pour permettre la réalisation technique du motif de la dentelle. Il fait figurer sur une carte les mouvements de fils qui seront codés et numérotés. A l'aide d'un stylet, le pointeur retranscrit sur ordinateur les coordonnées de chaque fil et de chaque mouvement qui permettra au "perceur de cartons" de traduire ce langage chiffré sur des plaques perforées. Elles seront alors placées sur le mécanisme jacquard du métier Leavers.
  • La préparation des fils. Le métier Leavers comporte plus de 10 000 fils de différentes matières, répartis sur des rouleaux situés à l'arrière de la machine. Entre 3 000 et 4 500 bobines contiennent des fils placés un à un dans des chariots, qui coulissent dans le métier Leavers, en fonction des numéros qui leur ont été attribués pour réaliser le modèle de la dentelle. Chaque fil à son propre rôle : les fils de chaîne situés sur les gros rouleaux permettent de réaliser le fond de la dentelle. Ceux situés sur les plus petits rouleaux, appelés "fils de guimpe", permettent quant à eux de réaliser le motif et les effets dégradés de la dentelle.
  • Les finitions. Une fois la dentelle créée, une vérification permet d'identifier les défauts et de raccommoder les éventuels trous survenus au cours de la fabrication. La dentelle est ensuite envoyée en teinture afin de correspondre aux demandes des créateurs.  

La dentelle de Calais-Caudry étant tissée, elle permet aux créateurs de découper les différents motifs de la dentelle pour les intégrer dans leurs collections, sans que la dentelle ne s'abîme. 

Découpage d'un motif de la dentelle © Cécile Debise

Voici un exemple, avec le modèle Bagatelle de la nouvelle collection 2017 de Cymbeline.

Sofia, lors du shooting photo de Cymbeline, porte la robe de mariée Bagatelle de la collection 2017.
© Cécile Debise

Voir le shooting photo Cymbeline organisé à Caudry

 

Lire aussi