Changer son nom après le mariage : pour ou contre ?

Vous allez vous marier, -peut-être venez-vous juste de le faire- et vous vous êtes forcément posée la question fatidique : « vais-je changer mon nom de jeune fille pour prendre celui de mon mari » ? Entre volonté d’afficher sa nouvelle affiliation (« je suis mariée YOUPI ! ») et impression de perdre voire renier sa réelle identité, la réponse n’est pas si évidente qu’il n'y paraît.

Adopter un nouveau nom de famille pour celui qu’on aime.

Enfin mariée. Vous l’aimez, il vous aime, votre joli livret offert par M. Le Maire en est témoin, vous êtes maintenant une famille, avec un chemin à dessiner, un avenir à écrire. Sur cette route, peut-être des enfants avec qui vous avez envie d’afficher votre lien de parenté. C’est aussi une question de pratique : porter le même nom pour éviter d’avoir toujours à se justifier.

Changer de nom et ne plus savoir qui on est.

Un patronyme, une identité, une histoire, un vécu, transmis de génération en génération. Adopter un nouveau nom de famille, au détriment de ses origines, que –quand la question s’est posée pour moi-, j’ai personnellement eu l’impression de renier. Ne pas se retourner quand on nous appelle par notre nom de femme mariée, bafouiller quand on nous le demande, bref : « mais comment je m’appelle ? ».

Ne pas changer de nom : une revendication féministe ?

Refuser. « Patronyme = « Pater » en latin : le père. Toujours porter le nom d’un homme que « Grand Chef » concède à nous donner, pour « appartenir » à son mari. Et puis décider de se marier et de garder son nom de jeune fille : je fais ce que je veux. Pour ma carrière, pour ma vie, car je t’aime, mais sans mon nom, j’ai l’impression de ne plus savoir qui je suis.

... Puis proposer… « Et toi, si tu prenais mon nom ? »

A lire sur La Mariée en ColèreChanger de nom après le mariage ou l’art de devenir schizophrène…