A Paris, l'attribution des places en crèche manque de transparence

Le rapport de la Cour régionale des comptes d'Ile-de-France sur l'attribution des places en crèches pointe du doigt des incohérences et des discriminations. La mairie de Paris rappelle avoir mis en place une charte.

© Ian Allenden-123rf

Obtenir une place en crèche après la naissance de bébé n'est pas donné à tous les parents. Et c'est justement ce qui inquiète nombre d'entre eux au moment du passage des dossiers en commission. Car l'attribution des places en crèches est plutôt aléatoire, parfois discriminatoire, et manque de transparence, selon le rapport de la Cour régionale des comptes (CRC) d'Ile-de-France, qui a mené une enquête dans six arrondissements de la capitale. 

Des pratiques inégalitaires. En effet, malgré la mise en place du système d'information de la petite enfance (SIPE), un logiciel informatique permettant de mieux gérer les demandes de places en crèches, la CRC relève des pratiques inégalitaires."Le père n'est pas régularisé", "en instance de divorce du premier conjoint et séparée du deuxième conjoint", "deux mamans", "gros problèmes psy de la mère", "maman à 43 ans", "réfugiés politiques"... peut-on lire dans les mentions des dossiers "qui portent atteintes à la vie privée des familles". Parallèlement, d'autres dossiers peuvent être appuyés, notamment par des lettres de recommandations "y compris d'élue en charge de la petite enfance d'un arrondissement à celle d'un autre arrondissement", ou des mentions manuelles +++ et des signes avec des points rouges, pour favoriser certaines familles.

Un manque de fiabilité. En outre, les statistiques de la ville de Paris ne sont pas fiables, en raison de l'absence de saisie d'informations essentielles par les arrondissements, et d'un défaut de mise à jour des données. "Des informations périmées subsistent dans les fichiers, sur des enfants qui n'ont plus l'âge d'être en crèche, ou dont l'ancienneté dépasse la durée maximale de conservation des données" observe la Chambre régionale des comptes.

Une charte "priorité transparence". A la veille de la publication du rapport ce mardi, la mairie de Paris a annoncé la mise en place d'une charte "Priorité Transparence", pour harmoniser et améliorer les modalités d'attribution des places en crèches. "A ce jour, onze mairies (PS et EELV) ont signé cette charte. A contrario, 9 Mairies (LR) ont refusé de la signer", nous précise la Mairie de Paris, qui préconise par ailleurs "un recours plus rigoureux au logiciel de gestion de la Ville de Paris, et une harmonisation des processus et des critères d'attribution. Cette charte devrait permettre de mieux informer les parents sur l'accès aux modes de garde, accueillir un maximum d'enfants, notamment ceux en situation de vulnérabilité et de simplifier les démarches des familles, en leur proposant une solution alternative, en cas de non obtention d'une place en crèche. 

Lire aussi