Débat autour de l'allongement du congé maternité

Le gouvernement vient de s'opposer au vote de l'Assemblée nationale qui s'était prononcé, en première lecture, en faveur de l'allongement de la durée du congé maternité.

© subbotina

La proposition de loi de la députée PCF de Seine-Saint-Denis Marie-George Buffet, visant à "agir concrètement en faveur de l'égalité professionnelle" en allongeant notamment la durée du congé maternité de 16 à 18 semaines, vient d'être rejetée par le gouvernement alors que l'Assemblée nationale avait donné son aval en première lecture ce jeudi. Néanmoins, en raison du coût que représenterait cette nouvelle mesure (environ 280 millions d'euros), Clotilde Valter, secrétaire d'Etat chargée de la formation professionnelle, a réclamé une seconde délibération suite aux débats, afin de supprimer cette proposition.

Finalement, un scrutin public a donné lieu à un vote égalitaire, avec 9 voix pour et 9 contre. Par conséquent, la suppression du gouvernement est bloquée. Le député Michel Issindou (PS) a alors proposé de voter cette proposition de loi "qui prospérera ou non en fonction de l'évolution de cette proposition au Sénat à la législature suivante, parce qu'elle ne reviendra pas devant nous avant de nombreux mois, et devant d'autres vraisemblablement que nous mêmes", a-t-il déclaré pour apaiser les tensions. L'allongement du congé maternité ne semble donc pas encore au goût du jour... 

Et le congé paternité ? Un amendement du groupe socialiste a par ailleurs porté le congé paternité de 11 à 14 jours pour permettre aux parents d'avoir plus de temps pour s'occuper de leur bébé. Initialement, le texte du Front de gauche souhaitait un allongement à 4 semaines pour les pères, mais cette durée n'a pas été jugée raisonnable par le député Michel Issindou.

Lire aussi