5 conseils avant de trouver sa nounou

La rentrée approche à grands pas, c'est le moment de trouver votre nounou, surtout si vous n'avez pas encore de place en crèche. Les conseils de Mina Zanat, Présidente de Family Sphere.

© Oksana Kuzmina

Trouver la nounou idéale est souvent un véritable casse-tête pour les parents. A l'approche de la rentrée des classes, ceux qui n'ont pas eu la chance d'obtenir une place en crèche, cherchent une autre solution de mode de garde pour leur bébé et se tournent vers la nounou. C'est d'ailleurs le bon moment, avant les vacances d'été, et particulièrement durant les mois de mai et juin, pour effectuer les recrutements et les démarches, rappelle Mina Zanat, Présidente de Family Sphere, une société spécialisée dans la garde d'enfants à domicile. 

Les règles d'or avant de recruter sa nounou

  • Une nounou qualifiée et expérimentée. Pour les parents qui font passer des entretiens, certains critères ne doivent pas être négligés. "Si votre enfant a moins de trois ans par exemple, la nounou doit absolument être habilitée et posséder son diplôme Petite Enfance. Elle doit également avoir une expérience minimum de deux ans auprès de jeunes enfants", précise Mina Zanat. "Pour les plus de trois ans, le diplôme n'est pas exigé mais l'expérience d'un ou deux ans est indispensable, avant de confier votre enfant". Autre qualification essentielle : le diplôme SST (Sauveteur - Secouriste du Travail), qui permet d'assurer la sécurité de votre enfant. "Évitez donc de confier votre bébé à n'importe qui et soyez prévoyant".
  • Contactez ses références en appelant
    ses anciens employeurs © Evgeny Atamanenko
    S'assurer de son parcours et tester ses connaissances. Avant même de recevoir votre future nounou en entretien, "renseignez-vous auprès de ses anciens employeurs en contactant les familles ou organismes auxquels elle fait référence sur son CV".  N'hésitez pas à lui demander un extrait de casier judiciaire, sans craindre de passer pour un détective privé. Pour tester ses aptitudes quant à la sécurité et à l'hygiène de bébé, posez-lui des questions en la mettant en situation. "Si vous devez donner un bain à mon bébé, quelle doit être la température idéale ? Comment réagiriez-vous si (telle situation se produisait)..." Ses réactions et réponses vous permettront de vous faire une idée, et de vous rassurer sur les points qui vous semblent importants.
  • Une nounou adaptée à l'enfant et aux parents. Chaque enfant est différent. C'est pourquoi il est nécessaire de trouver une nounou qui s'adapte à ses besoins. "Si votre petit est hyperactif par exemple, choisissez une nounou plutôt autoritaire, qui saura le canaliser si nécessaire", conseille la spécialiste. Mais la nounou doit aussi s'adapter aux besoins des parents. "La plupart d'entre eux cherchent avant tout une personne de confiance, mais aussi flexible et souple sur ses horaires. Les pères ou les mères qui rentrent parfois tard du travail ont besoin de se sentir rassurés sur ce point". N'hésitez donc pas à détailler le plus possible les critères que vous recherchez dans l'annonce initiale afin de mieux filtrer les candidatures.

Ce qu'il faut savoir avant de choisir une garde partagée 

"Il est essentiel de se mettre d'accord dès le départ 
avec l'autre famille afin d'éviter les conflits"
 © Ocskay Bence Mor

La garde partagée est un bon compromis entre une nounou et une crèche. L'enfant reste dans un cocon affectif et familier tout en se sociabilisant avec d'autres. Le principe ? Deux familles se partagent une nounou pour faire garder leur enfant respectif. Si vous optez pour la garde partagée, veillez néanmoins à poser vos conditions et à vous mettre d'accord avec les autres parents. A quel domicile la nounou gardera-t-elle les enfants ? Et si l'autre famille part en vacances ?... Ce mode de garde soulève de nombreuses questions. "Afin d'éviter les conflits, il est essentiel de vous mettre d'accord dès le départ sur : le lieu de la garde, le partage des frais quotidiens (matériel de puériculture, poussette double, couches, électricité et consommation)..." précise Mina Zanat. Il est également préférable, pour des questions pratiques, que les parents habitent proches l'un de l'autre. Enfin, par expérience et pour des raisons de sécurité, elle conseille de choisir une garde partagée à "deux familles maximum, avec au total, deux bébés, et éventuellement un autre enfant à récupérer à la sortie de l'école". 

Et si le contact passe mal avec ma nounou ?

"Il n'est pas évident pour des parents de savoir encadrer un salarié. Dans tous les cas, la communication est essentielle". Selon Mina Zanat, l'échange quotidien et constructif permet de mieux définir les attentes de chacun. Son conseil : tenir un cahier de liaison qui résume la journée de l'enfant. "Les parents peuvent chaque soir relire le programme de la journée, ce qui permet de les rassurer et de tisser un lien de confiance avec leur nounou". Si vous êtes pressés et que vous n'avez pas beaucoup le temps de discuter le matin, vous pouvez aussi écrire quelques consignes et exprimer vos souhaits pour votre bébé.

Passer par une agence, quels avantages ?

Embaucher une nounou demande une certaine rigueur et une organisation, tant pour l'entretien, que pour la rémunération et les papiers administratifs. "Le recrutement n'est pas le métier des parents", rappelle la Présidente de Family Sphere, qui assure de son côté un réel suivi lors de l'embauche. Les vérifications des candidatures sont effectuées avec sérieux, une visite à domicile a lieu pour les moins de trois ans, et les nounous choisies par les parents peuvent bénéficier d'une formation complémentaire pour mieux s'adapter au besoin des familles. En cas d'incompatibilité, et selon la période de l'année, la nounou est remplacée sous 48 heures, assure Mina Zanat. Par ailleurs, toutes les démarches administratives (contrat de travail, déclaration URSSAF, fiche de paie, congés payés, assurances…) sont prises en charge. 

Côté budget, il faut savoir que les parents qui embauchent une nounou bénéficient de certaines aides de la Caf et d'une déduction d'impôts à hauteur de 50 %. Pour autant, rappelons que ces frais doivent être avancés puisque la déclaration d'impôts ne se fait que l'année suivante. 

Lire aussi