Nos conseils pour obtenir une place en crèche

Obtenir une place en crèche, c'est le casse-tête de tous les parents. Voici quelques conseils pour mettre toutes les chances de votre côté.

Nos conseils pour obtenir une place en crèche
© Alena Ozerova

Dès la grossesse, se pose la question de l'obtention d'une place en crèche. Comment sont-elles attribuées ? Quand s'inscrire et comment mettre toutes les chances de son côté ? Nos conseils. 

Les facteurs favorables à l'obtention d'une place en crèche

Vivre dans les grandes métropoles. Une étude de l'Ined publiée en 2014 se penchait sur le profil des enfants qui avaient le plus de chance d'obtenir une place en crèche. Il en ressortait, sans surprise, que l'offre de places en crèche était inégale entre les zones rurales et les zones urbaines. En d'autre terme, il est préférable d'habiter dans les grandes métropoles et particulièrement à Paris, "où le nombre de places atteint 38 pour 100 enfants de moins de 3 ans, tandis que la moyenne nationale n'est que de 16".

Etre né en début d'année (de janvier à avril) augmenterait aussi les chances des enfants d'être accueillis en crèche par rapport à ceux nés entre octobre et décembre, selon l'Ined. Pour l'Institut, cela serait dû au départ des enfants en maternelle qui libèrent des places en septembre : ces places bénéficieraient en priorité aux nouveau-nés du premier et deuxième trimestre.

Plus difficile pour un premier enfant ? Selon l'Ined, un aîné a moins de chances d'obtenir une place en crèche qu'un benjamin. "Le troisième enfant est plus fréquemment accueilli dans les structures collectives que le premier ou le deuxième, signe d'une volonté d'aider les mères de familles nombreuses à conserver leur activité professionnelle", explique l'Institut. Ainsi, si vous avez une famille nombreuse, des jumeaux ou des triplés, vous serez prioritaires. Par ailleurs, les femmes au chômage et les jeunes mamans ont une chance sur deux d'avoir une place en crèche. En conclusion, les parents vivant à Paris, ceux dont les enfants sont nés en début d'année, ainsi que les familles nombreuses auraient plus de facilités. 

Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici quelques conseils :

Soyez motivé(e). Montrez que cette place en crèche est indispensable pour vous permettre de reprendre le travail, votre vie sociale et payer vos factures. Faire preuve de motivation est essentiel pour que votre dossier retienne davantage l'attention que celui des autres. Pour les parents, ce parcours du combattant est aussi difficile que de décrocher un job et certains d'entre eux n'hésitent pas à envoyer un dossier sous forme de CV avec la photo de leur enfant pour sortir du lot. N'oubliez pas de glisser une lettre de motivation dans votre dossier d’inscription, en expliquant bien pourquoi vous pensez que la crèche est le meilleur mode de garde qui soit, pour vous et pour votre enfant.

Renseignez-vous auprès de votre mairie dès le 6e mois de grossesse pour préparer votre pré-inscription. © georgerudy

Ayez un bon relationnelFinalement, la directrice de la crèche et le personnel de la mairie peuvent jouer un rôle dans l'acceptation de votre dossier. A chaque rendez-vous, lorsque vous vous déplacez, ou que vous téléphonez pour prendre des renseignements, usez de votre capital sympathie pour vous faire apprécier au maximum. On ne sait jamais, avoir un bon relationnel vous donnera plus de chances qu'un parent antipathique et froid...

Soyez persévérant(e). N'abandonnez pas et n'ayez pas peur d'insister, de téléphoner, de vous déplacer et de prendre des nouvelles régulièrement, sur l'avancée de votre dossier. Selon les villes, des commissions siègent une à plusieurs fois par an afin de sélectionner les dossiers demandeurs. Il est parfois possible d'obtenir une place en dehors de ces événements, quand l'une d'elle se libère en cours d'année, par exemple lorsque la famille d'un enfant déménage. Si vous n'avez pas obtenu de place et que vous souhaitez poursuivre la demande, informez-vous sur les modalités auprès de votre ville afin que votre dossier passe à nouveau en commission.

Ne tardez pas à vous inscrire. Certaines crèches conseillent de préparer votre pré-inscription dès le 6e mois de grossesse, voire d'appeler votre mairie dès que vous apprenez que vous êtes enceinte, afin de connaître le bon moment pour effectuer les démarches. De plus, cela sera l'occasion d'établir un premier contact, éventuellement à l'occasion d'un rendez-vous avec le service Petite Enfance de votre mairie. Vous devrez ensuite confirmer votre demande d'inscription après l'accouchement, en présentant un certificat de naissance auprès de la mairie. N'hésitez pas également à demander les papiers nécessaires à l'inscription, et si vous devez vous rendre en mairie ou directement auprès de la crèche pour vous inscrire, car les communes ne fonctionnent pas toutes de la même manière. Enfin, il est recommandé de faire une pré-inscription dans plusieurs crèches proches de chez vous, au niveau de la commune et du département.

Pensez aux autres types de crèches. Si vous n'avez pas encore obtenu de place en crèche, pas de panique ! Il existe d'autres types de mode de garde et de crèches qui ne font pas partie du réseau des mairies, telles que les crèches associatives, les crèches parentales ou encore les crèches inter-entreprises, qui peuvent être des solutions alternatives. Cela ne vous empêche pas ensuite, à proposer de nouveau votre dossier et tenter de nouveau votre chance. 

Maman freelance ou chômage, comment faire ?

Si vous êtes freelance ou auto-entrepreneure, une place en crèche est pour vous tout aussi indispensable que les mères salariées qui reprennent le chemin du travail après leur congé maternité, de la même manière que les parents en recherche d'emploi. En effet, vous avez aussi besoin de temps pour vous occuper de vos clients ou vous rendre à vos entretiens d'embauche, même si vous travaillez ou postulez de chez vous. Pour autant, comment faire pour ne pas passer après les autres ? Si certaines crèches exigent des justificatifs prouvant que les deux parents sont en poste, cela ne signifie pas que vous vous tournez les pouces. 

- Les crèches à vocation d'insertion professionnelle (VIP) pour les demandeurs d'emploi. Elles sont destinées à faciliter l'accès à l'emploi des parents de jeunes enfants (0-3 ans) en proposant l'accueil des tout-petits et un accompagnement dans la recherche de poste. Les familles monoparentales et au chômage sont ici prioritaires, mais les crèches VIP s'adressent aussi aux parents ayant des horaires de travail décalés puisque ces crèches proposent des plages horaires plus larges. En outre, Pôle Emploi développe des partenariats sociaux et professionnels, notamment avec le réseaux de crèches collectives People and Baby depuis 2014, qui met à disposition 10 000 journées d'accueil dans les crèches à tarif préférentiel pour permettre aux parents de se rendre à leur entretien d'embauche, voire d'obtenir une place dans une crèche privée ou associative, pendant leur période d'essai. Renseignez-vous auprès de votre conseiller Pôle Emploi. 

- Rappelons que toutes les crèches ne demandent pas de documents justifiant que vous êtes en poste. A Boulogne-Billancourt par exemple, dans les Hauts-de-Seine, les parents doivent fournir l'avis d'imposition, un justificatif de domicile, le livret de famille et, pour finaliser l'inscription, l'acte de naissance du bébé. Deux commissions sont prévues chaque année, en septembre et en mai. Les dossiers sont donc évalués au cas par cas. Il est donc conseillé de justifier l'importance, selon votre activité professionnelle, de bénéficier d'une place en crèche. Parfois, des temps partiels peuvent être proposés ou des places dans des jardins d'enfants. Renseignez-vous auprès de votre commune, et de votre crèche.

Une journée à la crèche: comment ça se passe ?

Une journée à la crèche © Cécile Debise/Journal des Femmes

Mais que font les enfants à la crèche ? Pour le savoir, le Journal des Femmes a suivi pendant une journée Adrien, Astarté, Gabriel, Elise, Antoine, Jade, Dimitri, Sohan... Tous sont en moyenne section dans une crèche du groupe Babilou en région parisienne. Il est 9h30 : la crèche est ouverte depuis 8h30 pour accueillir parents et enfants. Dernier moment d'intimité pour Gabriel, 14 mois, et sa maman. 

Le départ des parents : "Adrien a-t-il bien dormi ? Bien mangé ?" Chaque matin, les puéricultrices se renseignent auprès des parents pour savoir comment s'est passée la nuit de leur enfant, à quelle heure il a mangé le matin... Tout est noté sur le cahier de transmission. 

Le jeu de la semoule © Cécile Debise

Première activité: 10h : tout le monde est là, les équipes sont au complet. Les enfants vont pouvoir participer à des activités par groupe de 4-5. Les activités sont proposées, jamais imposées : si un enfant ne veut pas jouer avec les autres, il peut s'amuser tout seul avec d'autres jeux mis à sa disposition. Pendant que certains vont s'amuser avec des gommettes, Gabriel, Elise, Astarté et Dimitri vont mettre les mains dans... la semoule. Remplir, transvaser, toucher, goûter, jeter... tout est permis pour explorer les sens à travers ce jeu ! 

Rangement et organisation. Chaque enfant dispose d'un casier personnalisé. Utile, cette méthode de rangement est aussi pédagogique car les enfants apprennent vite à reconnaître leurs affaires et à les ranger eux-mêmes grâce aux couleurs et aux formes des boîtes par exemple. Quant aux jouets, ils sont rangés dans de grandes caisses pour libérer de la place pour manger. Par ailleurs, les principales informations concernant chaque enfant, comme par exemple l'heure du change, sont annotées sur un grand tableau afin de pouvoir les restituer aux parents le soir venu. 

Le coin lecture © Cécile Debise

Le coin lecture. Pour occuper les petits pendant que les autres auxiliaires préparent le repas, Kathia entreprend de lire une histoire. Une manière de les occuper en attendant de passer à table. 

L'heure du repas. 11h30 : Des plats sains et simples, où les couleurs et les textures suscitent autant l'intérêt que le goût, sont servis aux enfants qui frétillent d'impatience. La moyenne section, c'est l'âge où l'on commence à manger seul. En effet, si certains mangent déjà des repas avec des aliments en morceaux, d'autres dégustent encore des purées. Le rythme des enfants est respecté pour un accompagnement en douceur.  Le plus important reste d'apprendre à manger seul ! L'heure du repas est aussi celui de la socialisation. Les enfants prennent un véritable plaisir à communiquer. Enfin, prendre l'habitude de se nettoyer la bouche et les mains après le repas (surtout quand on mange encore parfois avec les doigts !), fait partie des règles de vie enseignées à la crèche

Derniers jeux avant la sieste © Cécile Debise

Derniers jeux avant la sieste. Le repas est fini. L'équipe encadrante s'occupe de nettoyer et de débarrasser la table. Pendant ce temps, les enfants s'amusent et prennent parfois un malin plaisir à détourner la vocation première des objets et jouets. 12h15 : distribution de tétines et au dodo ! Tous les enfants sont mis en body pour faire une bonne sieste. Ils sont ensuite couchés un à un, suivant un ordre bien rodé que les puéricultrices et auxiliaires ont appris d'expérience. Tandis que les plus petits dorment encore dans des lits à barreaux, les plus grands sont couchés sur de petits lits. Pour assurer leur endormissement, les dames de la crèche vont rester avec eux et apaiser ceux qui en ont besoin. 

Le réveil. 15h : les enfants se réveillent progressivement depuis 14h. Certains dorment une heure, d'autres deux, d'autres encore se réveillent vite pour connaître un moment de calme privilégié en compagnie des puéricultrices et auxiliaires de petite enfance. 

L'heure du goûter © Cécile Debise

Le goûter. 15h30-16h : il est l'heure de goûter. Même enthousiasme qu'avec le repas, même apprentissage de la vie en communauté : attendre, rester assis, manger seul, ne pas jeter la nourriture... 

Petit tour dans le jardin. 16h15 : les enfants qui le souhaitent peuvent sortir dans le jardin pour prendre l'air et se dégourdir les jambes. Il ne fait pas encore trop froid et il ne pleut pas. Il faut donc en profiter. On se couvre bien pour aller courir ou faire du toboggan dehors. 16h30 : pic d'activité chez les enfants qui délaissent doudous et tétines pour faire les fous. 

Premiers départs. 17h30 : c'est l'heure des premiers départs... Les enfants commencent à guetter l'arrivée de leurs parents. 18h : certains enfants montrent parfois des signes de fatigue ou ont besoin d'un petit câlin. Les puéricultrices n'hésitent pas à les prendre dans les bras si les enfants le demandent. Lorsque les parents arrivent, un petit compte-rendu de la journée leur est fait : durée du sommeil, appétit, selles, humeur et autres leur sont rapportés scrupuleusement pour les aider à prendre la relève.  

En route pour la maison. 18h15 : il est temps de rentrer chez soi, en compagnie des parents ou des grands-parents. Les retrouvailles sont un véritable plaisir pour tout le monde. Confortablement installée dans sa poussette, Elise quitte la crèche en compagnie de sa mamie ! 

Trouver la crèche la plus proche de chez vous et la contacter, consulter notre annuaire des crèches.


Lire aussi