Punition : claques et fessées décriées

Claques et fessées, clouées au pilori par la nouvelle campagne de sensibilisation de la Fondation pour l'Enfance.

Punition : claques et fessées décriées
© Fondation pour l'Enfance

"Il n'y a pas de petite claque !", c'est le message de la Fondation pour l'Enfance qui lance une campagne sur la télévision et Internet pour lutter contre les "violences éducatives ordinaires", à partir du 22 juin.

Claques, gifles, fessées ou petites tapes, peu importe le nom qu'elles prennent, ces violences sont décriées par l'association qui déclare que "toute violence envers nos enfants peut avoir des conséquences sur leur santé physique et psychologique".

Stephan Valentin, docteur en psychologie, indique que "souvent, les parents ont reçu eux-mêmes ce type d'éducation qu'ils reproduisent spontanément. Ces mêmes parents se défendent souvent par un "Eh alors, moi aussi, on m'a souvent donné une fessée et cela ne m'a pas traumatisé pour autant !". Mais selon notre expert, "le terme "traumatisé" désigne aussi le fait de laisser des traces psychologiques négatives. Personne ne dira que la fessée était un moment "formidable" ou "agréable".".

Par ailleurs, les spécialistes de l'enfance avancent que la fessée n'est pas efficace, car ce n'est pas une punition éducative. "Pourquoi ne serait-elle pas éducative ? En fait, la fessée agit sur les mécanismes de la peur. L'enfant est donc plus dans la crainte que dans l'apprentissage des règles. Il apprend à obéir par la peur et cela ne l'aide pas à grandir et à s'autonomiser. Pour éviter la fessée, l'enfant commencera à mentir", explique Stephan Valentin.

Aujourd'hui, trente-deux pays ont interdit par la loi les violences éducatives ordinaires sur les enfants, mais la France n'y a pas encore souscrit.

VIDEO : Le film de la campagne de la Fondation pour l'Enfance.

A lire aussi :

 La chronique de Stephan Valentin "La fessée, même pas mal ?"

Et sur le forum Maman...

 Onja se demande comment punir efficacement...