Divorce : 1 enfant sur 5 ne voit jamais son père

Lorsque les parents sont séparés, les enfants perdent peu à peu contact avec leur père. Une étude de l'Ined fait le point.

Divorce : 1 enfant sur 5 ne voit jamais son père
© WavebreakmediaMicro - Fotolia.com

Lorsqu'un couple divorce, ce sont les enfants qui trinquent ! Quotidien à revoir, nouveau domicile, nouvelles habitudes et surtout absence systématique du père. De nouvelles habitudes qui aboutissent à une conséquence nette : les enfants finissent pas perdre contact avec leur papa. Cette réalité constatée régulièrement dans les familles fait l'objet d'une étude chiffrée menée par l'Institut national d'études démographiques (Ined).

divorce enfants 220
Près d'un enfant sur 5 de parents séparés ne voit jamais son père. © goodluz - Fotolia.com
En cause ? De nombreuses raisons aussi diverses que l'âge des enfants au moment de la séparation ou encore le niveau d'études du père !

Mais la principale raison, c'est que la garde des enfants étant généralement accordée aux mères (7 cas sur 10), les pères voient moins souvent leurs enfants. "En cas de séparation, l'exercice de la paternité est mis à l'épreuve par l'absence de vie quotidienne avec l'enfant", observe l'enquête. Résultat ? Près d'un enfant de parents séparés sur 5 ne voit jamais son père.
D'autres raisons viennent corroborer ces résultats : les majeurs par exemple sont plus nombreux à perdre contact avec leur papa : "l'absence de rencontre concerne près d'un enfant mineur sur dix, proportion qui atteint 19 % si l'enfant a entre 18 et 21 ans et 32 % s'il a entre 30 et 34 ans. Au total, pour 18 % des enfants (de 0 à 34 ans) de parents séparés, le père dit ne jamais les voir". Par ailleurs, l'âge de l'enfant au moment de la séparation est important aussi : "Plus l'enfant était jeune, moins il voit son père ensuite : plus d'un enfant sur quatre parmi ceux qui avaient moins de 3 ans au moment  de la séparation ne rencontre pas son père, contre un sur sept parmi ceux qui avaient au moins 8 ans".
Outre l'absence de liens au quotidien, c'est la nouvelle situation du père qui peut nuire au lien père-enfant. L'Ined note ainsi "qu'avec le temps, la situation du père peut aussi évoluer : remise en couple et, parfois, arrivée d'un nouvel enfant. La distension du lien avec l'enfant est alors plus forte : 14 % des enfants ne voient jamais leur père s'il vit seul contre 24 % s'il vit en couple et a eu un enfant dans le cadre de cette nouvelle union".
L'auteur de l'enquête montre également que la situation financière et professionnelle du père joue dans la balance. Si le père est peu diplômé ou son emploi peu stable, il verra moins ses enfants. A l'inverse, la proportion d'enfants ne voyant jamais leur père est bien moindre quand le revenu du ménage dans lequel il vit est élevé (8 % quand le revenu mensuel est de 3000 € ou plus contre 30 % pour un revenu inférieur à 1000 €). L'Ined observe alors : "un revenu élevé permet d'assurer les frais de transport liés aux visites et de disposer d'un logement suffisamment grand pour accueillir l'enfant."

Une solution : la résidence alternée

Devant de tels constats, quelles peuvent être les solutions ? Il semble que la résidence alternée permette davantage une équité des liens entre parents et enfants après une séparation. En effet, seulement 1 % des enfants ne voient plus leur père après une résidence alternée. Elle permet au père "de maintenir un lien régulier avec l'enfant, une certaine quotidienneté, mais d'autre part, elle est aussi la traduction de séparations plus consensuelles, moins conflictuelles", analyse l'Ined. Une option encore trop peu adoptée par les magistrats pour diverses raisons comme l'éloignement géographique des parents, les difficultés matérielles mais aussi les souhaits des parents eux-mêmes...

Source : Ined

A lire aussi :

Et sur le forum Maman :

 "Pourquoi certains papas sont-ils distants avec leurs enfants, après un divorce ?" se demande une internaute.