Famille recomposée : comment apaiser les tensions ? La place du beau-père/ belle-mère : quelle autorité ?

quelle autorité pour les beaux-parents ?
Quelle autorité pour les beaux-parents ? © WavebreakmediaMicro - Fotolia

Avant toute chose, il est essentiel de comprendre que recomposer une famille ne va pas de soi. Chaque membre va devoir trouver une nouvelle place et s'y habituer. Ainsi l'aîné de la famille va peut-être se retrouver le cadet dans la seconde et devra donc faire le "deuil" de cette place perdue. Mais la question la plus délicate concerne votre nouveau (nouvelle) conjoint (e) et le statut que vous allez lui accorder auprès de vos enfants : "Il s'agit de bien réfléchir avec votre conjoint(e) pour déterminer s'il est mieux qu'il (elle) éduque avec vous votre enfant ou qu'il (elle) se contente d'une cohabitation bienveillante en cherchant à éviter les conflits" explique ainsi Sylvie Cadolle, sociologue, dans son livre "Familles recomposées, un défi à gagner".

Si vous souhaitez qu'il s'implique pleinement dans l'éducation de vos enfants (et que l'autre parent biologique est d'accord), il vous faudra alors cautionner entièrement les principes qu'il pose (du moins devant l'enfant). Si vous ne souhaitez pas lui confier un rôle éducatif, "expliquez-lui qu'il (elle) ne refera pas l'éducation de votre enfant, et que c'est vous qui vous en chargez." complète Sylvie Cadolle. Dans tous les cas, Béatrice Copper-Royer, psychologue, rappelle "ne forcez pas les sentiments, comprenez bien vite que les enfants n'ont aucune obligation d'amour, mais une obligation de respect, ce qui est différent."

Sommaire