Quand le désir d'enfant n'est pas réciproque Essayer de persuader l'autre ? Pas une bonne idée...

vous l'avez convaincu de se raser la barbe mais avoir un bébé ce n'est pas tout
Vous l'avez convaincu de se raser la barbe mais avoir un bébé ce n'est pas tout à faire comparable. © Yuri Arcurs - Fotolia

Vous avez déjà réussi à le convaincre de se couper les cheveux, d'abandonner cette horrible paire de tennis et même de repeindre la chambre en mauve. Alors vous vous dites que vous réussirez bien à le convaincre de faire un bébé !

Peut-être, mais il ne vaut mieux pas s'y risquer, estime Caroline Kruse : "On n'est pas du tout dans le domaine de l'argumentation raisonnable. Il ne s'agit pas d'acheter une voiture ou un appartement. Si on en reste au niveau des raisons "invoquées", on n'y arrivera pas."

D'ailleurs, la thérapeute estime qu'il vaut mieux éviter de trop parler de ce sujet, du moins sans conseil extérieur. "Il ne faut surtout pas en parler tous les jours, ne pas culpabiliser son compagnon ou sa compagne, ne pas le mettre en position d'accusé ou lui suggérer qu'il est malade, anormal et qu'il ferait bien d'aller se faire soigner."

Travail des deux côtés
N'oubliez pas qu'il s'agit là d'une question de couple, où les deux personnes doivent travailler sur la question. C'est le désaccord sur le désir d'enfant qui pose problème, et non le non-désir d'enfant lui-même.

"D'ailleurs, renchérit Caroline Kruse, il peut être intéressant de se demander pourquoi on a voulu construire quelque chose justement avec une personne chez qui cette question de la maternité ou de la paternité est si problématique..." Et si finalement c'était vous, qui n'étiez pas si convaincue de votre désir ou de votre capacité à faire un enfant ?

Sommaire