Devenir maman : prête à avoir un bébé ? Témoignages : Elles sont devenues mamans

Pour comprendre les enjeux de la maternité, rien ne vaut le récit des mamans. Leur expérience est riche et donne de nombreux enseignements.

 Marilyne, Machemont : "J'ai eu la chance d'être mariée à un papa !"
"Mon mari était déjà père de deux grandes filles quand je l'ai rencontré. Nous avons même vécu avec elles un moment. Sans parler des enfants de ma soeur dont je m'occupais souvent avec plaisir. Bref, je voulais être maman plus que tout. Un enfant représentait pour moi la cerise sur le gâteau de notre couple. L'avantage de vivre avec un papa, c'est qu'il avait déjà de l'expérience dans cette situation et connaissait bien les pièges à éviter. Il m'a mise en garde contre une relation trop fusionnelle avec le bébé, m'a conseillé de garder du temps pour moi et pour lui, a été patient et attentionné à mon retour de la maternité... En même temps, il a fait comme s'il découvrait tout avec moi, pour ne pas que je me sente seule dans cette aventure. Ce qui m'a le plus surprise, c'est de voir à quel point ce qui m'intéressait le plus avant la naissance de ma fille m'a soudain paru complètement superficiel. Au boulot, je ne pensais qu' à une seule chose : la retrouver le soir et en attendant, appeler la nounou pour m'assurer que tout allait bien. Je n'arrivais plus à me concentrer. C'était un manque physique. 80 cm de haut, et ma vie n'est plus la même. Aujourd'hui, j'ai mis ma vie professionnelle entre parenthèses. Je crois que j'étais vraiment faite pour devenir maman. La preuve : je n'ai plus besoin de chercher sans cesse la reconnaissance des autres pour être heureuse, j'ai pris confiance en moi."

 Françoise, Montpellier : "Tout est devenu plus difficile"
"En devenant maman, ma vie a été complètement bouleversée. J'étais coquette, je suis devenue adepte des joggings et des jeans par peur de me salir. Je me souviens d'un dimanche matin où j'avais mes deux gamins tout près de moi, je m'étais habillée un peu n'importe comment et mon mari m'a clairement fait comprendre que je manquais de sex-appeal... Le plus dur pour moi a été de retrouver une vie intime, de redevenir une amante tout en étant une mère. J'avais un tempérament d'artiste, très détaché des aspects matériels et j'ai dû m'astreindre à cuisiner trois fois par jour, à abandonner mon travail, ce que je regrette encore aujourd'hui ! Sans compter que je manquais de confiance en moi. Étant la petite dernière de la famille et mon mari l'aîné de trois enfants, je me sentais nulle auprès de mes fils. A la moindre maladresse, j'essuyais des reproches. L'allaitement m'épuisait : j'avais l'impression de donner sans jamais recevoir. Non, ce n'est pas dans la maternité que je me suis épanouie. J'ai fait des choses beaucoup plus difficiles et plus profondes dans ma vie comme reprendre des études à 35 ans et m'investir dans une thèse que j'ai soutenue avec succès. J'estime que j'ai fait mon devoir de citoyenne en mettant de nouveaux êtres humains au monde et, d'ailleurs, c'était un choix de ma part. Mais j'ai concédé une partie de ma liberté. "

 Sophie, Boulogne-Billancourt : "Ça m'a complètement épanouie"
devenir maman, un épanouissement pour certaines.
Devenir maman, un épanouissement pour certaines. © Monkey Business - Fotolia.com

"Ma vie est devenue plus saine et moi plus active ! Finies les grasses mat', place aux balades ! Finies les fêtes trop arrosées qui se terminent au milieu de la nuit et place aux "dîners lits pliants" entre jeunes parents ! Quant à notre couple, il est encore plus solide aujourd'hui qu'hier. Notre fils représente notre plus beau point commun. Ses yeux nous renvoient l'image d'une relation idéale. Et devenir parent a renforcé notre complicité. Alors bien sûr, c'est la course permanente et il faut tout prévoir à l'avance. J'ai divisé mon temps de travail en deux (mon patron a été vraiment arrangeant), le petit est en garde alternée et mon mari m'aide beaucoup. Niveau intendance, c'est moi qui gère mais des petits rituels père-fils existent déjà... Le moment du repas ou du bain me laissent par exemple du temps pour m'occuper de la maison tranquillement. De temps à autre, ma soeur s'occupe du petit et on peut passer une soirée en tête à tête. Mais, ce qui me manque le plus, c'est de pouvoir prendre soin de moi. En même temps, je suis tellement plus épanouie, posée et confiante qu'avant que je me dis "c'est la vie !" C'est un tel aboutissement. J'en veux déjà un deuxième ! Pour autant, je sais bien que je n'aurais pas du tout le même discours si je n'avais pas profité de ma jeunesse pleinement et si j'avais abandonné ma carrière d'avocate."

 Angélique, Liège : "Toute notre vie tourne autour de notre fils"
"Ce qui a changé radicalement, c'est notre mode de vie. Avec un enfant, il faut respecter des horaires. L'heure des repas, de la sieste, du bain, du couché, du levé. Plus question de manger vite fait sur un coin de table ou de sortir le soir avec des copines. De toutes façons, quand le petit dort, je dois m'occuper de la vaisselle, du ménage et du linge avant de me coucher. Et puis, au niveau de mon métier, j'ai dû me stabiliser. J'étais déléguée commerciale, je bougeais donc beaucoup, ce qui n'est pas vraiment pratique pour s'occuper d'un bébé... Alors j'ai trouvé un poste plus fixe et je suis au bureau de 9 heures à 18 heures. Je suis aussi devenue plus prudente. J'aimais les voitures de sport et leur vitesse, j'ai acheté une familiale... J'habitais un quartier de fêtards, j'ai déménagé dans une zone plus résidentielle, au vert, avec plus d'espace. J'étais très sportive, je n'ai plus du tout le temps de m'entraîner. Pour moi, tous ces changements ne sont pas des sacrifices, j'avais prévu d'avoir cette vie. Mon mari a un peu plus de mal, il se sent vieillir. Ce qui pose problème actuellement, c'est notre vie de couple. Nous ne passons plus de moment à deux. Et mon conjoint utilise tout son temps libre pour le petit. Il est tellement focalisé sur lui qu'il ne me voit plus. Même si moi aussi je vis une relation fusionnelle avec mon fils, c'est dur à accepter. J'espère que nous allons retrouver un équilibre. Justement, je pars bientôt en voyage seule pour mon travail et je compte beaucoup sur cette petite séparation pour que les choses se remettent à leur place."



 

Sommaire