Carole Gaessler : "J'applique les principes de Dolto au quotidien"

Journaliste et présentatrice du 19/20 sur France 3, Carole Gaessler animera le débat "Grandir après Dolto" le 30 mai prochain, suite à la diffusion d'un documentaire consacré à la célèbre psychanalyste. Rencontre avec cette maman de deux enfants pour qui bienveillance, dialogue et écoute ont toujours été au cœur de l'éducation.

Carole Gaessler : "J'applique les principes de Dolto au quotidien"
© LAURENT BENHAMOU/SIPA

Trente ans après sa disparition, le nom de Françoise Dolto, celle qui "parlait la langue des enfants comme d'autres parlent chinois", continue de résonner, tant auprès des professionnels de l'enfance que du grand public. Autonomisation progressive, "complexe du homard", importance du langage, du rôle du père, du "parler vrai"... Son influence en matière d'éducation des enfants a été telle qu'il y a eu un avant et un après Dolto. Le mercredi 30 mai prochain, France 3 diffusera un documentaire inédit intitulé "La révolution Dolto". Réalisé par Gérard Miller et Anaïs Feuillette, ce reportage proposera de revenir sur la vie, les principes, les engagements et l'héritage de cette militante du XXe siècle. Il sera suivi d'un débat sur le thème "Grandir après Dolto", animé par Carole Gaessler. Maman de Margaux (19 ans) et Arthur (16 ans), la journaliste, sensible aux principes mis en lumière par la célèbre psychanalyste, se confie sur l'éducation de ses enfants et sur son rôle de mère. Rencontre.

Quel est votre lien avec la façon de penser de Françoise Dolto ? 

Carole Gaessler : Je me rends compte que j'ai intégré assez naturellement des principes ou des conseils de la pratique de Françoise Dolto concernant l'éducation de mes enfants. Et ce, sans m'en rendre compte et surtout, sans l'intellectualiser. Cela a été très intuitif pour moi qui fait partie de cette génération de mamans qui ont grandi avec les idées véhiculées par Dolto. Des idées qui étaient révolutionnaires à l'époque et qui paraissent aujourd'hui comme des évidences ! Écouter un enfant, mettre les mots sur les difficultés traversées par une famille, ou encore, parler de la mort à un enfant même quand on a l'impression qu'il ne comprend pas, sont autant de préceptes que j'ai très vite appliqués.

Françoise Dolto attachait une importance particulière au dialogue avec l'enfant et notamment au fait de lui dire la vérité et de ne surtout pas lui mentir afin de le protéger. C'est ce qu'elle appelait le "parler vrai". Pour autant, sous prétexte de respecter les enfants, on a tendance à tout dire et à souvent se justifier. Ce trop-plein de dialogue n'est-il pas pesant pour les enfants ?

Carole Gaessler : Françoise Dolto était en quelques sortes une militante de la liberté car elle s'est rendue compte très jeune (lorsque ses parents lui ont caché le décès de sa sœur aînée) que les non-dits étaient plus destructeurs que bénéfiques. L'enfant a besoin de ne pas être épargné pour digérer et faire face à la réalité. Je suis donc tout à fait d'accord avec elle sur le fait de dire la vérité aux enfants. Je pense qu'il faut dire les choses - avec certes du tact et de la pudeur - mais il faut poser des mots sur ce qui peut faire mal. Tout est une question de moment et de façon de s'exprimer. Rien n'est pesant lorsque c'est bien amené.

Aujourd'hui on attend beaucoup des parents : qu'ils ne s'énervent pas, qu'ils se montrent toujours disponibles, qu'ils accompagnent les apprentissages... Il y a cette idée du parent parfait, qui doit répondre à des normes éducatives, mais qui, au fond, peut être culpabilisant. Comment le vivez-vous ?

Carole Gaessler : Attention, être à l'écoute de ses enfants ne signifie pas être un parent laxiste et dénué d'autoritarisme. Un enfant a besoin de se construire avec des barrières et des limites. L'idée est de le prévenir des dangers, de l'aiguiller, de lui parler de son propre vécu, de ses propres expériences. Mais il est aussi important de le laisser se tromper, prendre des risques, faire des bêtises et parfois mal agir. Je crois à la "part d'expériences" pour s'autonomiser. En revanche, tout ce qui concerne la drogue, la vitesse au volant ou tout ce qui pourrait avoir des conséquences irréversibles est totalement interdit ! Le plus difficile est de faire preuve d'autorité tout en laissant ses enfants grandir et s'émanciper. On ne va pas se mentir : appliquer les principes de Dolto est compliqué au quotidien. Cela implique d'agir à tâtons, d'expérimenter des choses et d'accepter de se tromper parfois…

Comment combinez-vous vie professionnelle et vie de maman ? 

Carole Gaessler : La journée, chacun a sa petite vie et un rythme différent : notre métier pour mon mari et moi, et les études pour mes deux ados. Mais on adore se retrouver tous les quatre au dîner et au déjeuner les weekends. Ce sont des moments où on parle de notre famille, des choix professionnels, des amitiés, des difficultés ou des doutes de chacun. On essaye de faire en sorte que ces instants soient pleins et entiers. Même si ce n'est pas toujours facile, le soir quand on a la tête "farcie" de sa journée de travail, de se montrer disponible. Il faut aussi savoir dire "là, je ne suis pas disponible" ou "je préfère qu'on en parle plus tard".

Vous avez deux enfants de 16 et 19 ans. On dit que la crise d'ado est surtout une crise des parents, comment l'avez-vous envisagée ? Respectez-vous leur jardin secret ?

Carole Gaessler : Chaque période de la vie de l'enfant suscite des interrogations. Évidemment, l'adolescence a été une période un peu moins intuitive pour moi. L'ado se rebelle, bouscule les règles de la maison, nous questionne souvent... Ce qui fait naître des doutes et parfois, nous déboussole. Mais en même temps, je trouve cette période très stimulante pour les parents. C'est une remise en question, oui, mais qui est positive ! Ce fut un moment pendant lequel on a beaucoup parlé. Mais je leur ai toujours laissé leur jardin secret, je ne m'immisce jamais dans leur intimité, sauf quand ils me demandent un conseil. Je suis persuadée qu'au fond, les ados aiment quand on leur parle de nos propres expériences…

D'une tolérance et d'une largesse d'esprit hors du commun, Françoise Dolto a toujours poussé ses trois enfants à faire le métier de leur choix. Par exemple, elle a toujours encouragé son fils (le chanteur Carlos) dans sa vie d'artiste, a priori un peu "moins stable" et "plus bohème" que celle de ses deux autres enfants, architecte naval et médecin. Qu'en pensez-vous ?

Carole Gaessler : Bien sûr, comme toutes les mamans, j'ai envie que mes enfants soient heureux et qu'ils subissent le moins possible la pression de la société. J'ai d'ailleurs toujours dit à mes enfants : "faites ce que vous voulez dans la vie, avec votre père, nous le respecterons… A condition que vous soyez heureux". J'aimerais qu'ils choisissent un métier qui les passionne et qui les fait vibrer. Toutefois, je n'oublie pas de les remettre dans le droit chemin lorsqu'ils s'égarent : la société a des codes et des règles que mes enfants doivent absolument respecter !

Autonomisation progressive, alternatives à la punition, échanges basé sur l'affectif et l'émotionnel… Les principes de Dolto font finalement écho à l'éducation bienveillante, un concept dont on entend beaucoup parler depuis quelques années. Que pensez-vous de cette méthode éducative ?

Carole Gaessler : Même avant que cette "éducation" soit à la mode, j'ai toujours bien aimé le mot "bienveillance". D'ailleurs, la bienveillance ne devrait-elle pas être dans tous les aspects de notre vie ? Car finalement, la bienveillance est le fait d'écouter l'autre, de recevoir son message avec indulgence, tolérance, compréhension et parfois empathie, mais cela n'empêche pas de débattre ou de montrer son désaccord. Pour moi, la bienveillance est juste une façon d'amorcer le débat. Attention, il ne faut pas basculer dans un schéma de "l'enfant-roi" : l'enfant, à chaque étape de sa vie, a certes des droits, mais aussi des devoirs comme ranger sa chambre, être poli, travailler à l'école, faire ses devoirs… D'ailleurs, je mets un point d'honneur à ce que mes enfants écoutent et respectent les règles de la famille !

Françoise Dolto © France TV
Réalisé par Gérard Miller et Anaïs Feuillette, le documentaire "La Révolution Dolto" sera diffusé le mercredi 30 mai 2018 à 20h55 sur France 3. A travers des images d'archives et des témoignages, psychologues, psychanalystes, historiens et journalistes reviendront sur la vie de Françoise Dolto, expliqueront ses idées et son oeuvre qui a révolutionné notre regard  et notre rapport à l'enfant. Le documentaire sera suivi du débat "Grandir après Dolto" animé par Carole Gaessler.

Lire aussi :