Présidentielle 2017 : que proposent les candidats pour l'éducation ?

L'éducation tient une place importante dans le programme des candidats à la Présidentielle 2017, mais aussi dans le choix des électeurs. Le point sur leurs propositions à 3 jours du premier tour.

Présidentielle 2017 : que proposent les candidats pour l'éducation ?
© SIPA

[Mise à jour du 20/04/2017]. Les onze candidats à la Présidentielle ont tous présenté leurs projets aux Français. Benoît Hamon, François Fillon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Jacques Cheminade, Jean Lassalle, François Asselineau ont notamment abordé ce qu'ils prévoyaient pour nos enfants. A J-3 du premier tour prévu le dimanche 23 avril, quel est leur programme sur l'éducation ? On fait le point.

Le programme éducation de Nathalie Arthaud

Dans son programme, Nathalie Arthaud pointe du doigt le "gel des budgets et de la suppression de dizaines de milliers de postes dans les services publics". La candidate de la lutte ouvrière souhaite ainsi que l'argent public serve à embaucher et à investir dans les services publics, notamment dans l'éducation.

Le programme éducation de François Asselineau

Le candidat prévoit un plan sur cinq ans qu'il appelle "Lecture pour tous" afin d'abaisser à 10 % le nombre d'enfants qui présentent des difficultés de lecture lors de l'entrée au collège (actuellement 40 %). François Asselineau souhaite également rétablir "l'ascenseur social de la République" en imposant aux jeunes la connaissance de leur histoire, de la langue française, de la lecture et des mathématiques.

Le programme éducation de Jacques Cheminade

Le candidat du parti Solidarité et Progrès Jacques Cheminade propose une meilleure communication entre les parents et les établissements. Le candidat est même favorable à la création d'une "école des parents" pour apprendre le français à ceux d'origine étrangère qui ne maîtrisent pas la langue. Jacques Cheminade prévoit, pour les enseignants, une revalorisation de 20% de leur salaire sur deux ans, avec une prime pour ceux qui exercent dans les établissements prioritaires. Il recommande également un meilleur accompagnement des professeurs durant leur première année ainsi qu'une formation destinée aux débutants. Par ailleurs, avant d'être affectés dans des établissements difficiles, ces derniers devront justifier de trois années de fonction. Il souhaite enfin en finir avec le décrochage et l'échec scolaire, en renforçant l'apprentissage des fondamentaux (revenir à un minimum de 13 heures de français au CP, enseigner le calcul mental le plus tôt possible "comme un jeu", mettre l'accent sur la géométrie, la poésie et la musique...). Jacques Cheminade compte aussi accompagner les élèves au collège lors de leur passage en seconde, et limiter le nombre d'écolier à moins de 25 enfants par classe. "Il est indispensable de réhabiliter les fameuses 4e et 3e technologiques et que le Bac Pro revienne à quatre ans", ajoute-t-il pour les élèves qui suivent une filière professionnelle. Le candidat valorise également le soutien scolaire : au moins 2 heures d'études pendant 4 jours dans les collèges et lycées, renforcement des réseaux d'aides spécialisés aux élèves en difficulté, création d'un service public d'aide scolaire et d'un pôle public de l'orientation. En outre, Jacques Cheminade déplore le coût des équipements numériques pour les élèves ainsi que la nocivité pour les plus jeunes, et s'oppose à l'utilisation des écrans avant six ans. "Au primaire : pas de cours sur tablettes ni écran numérique", assure-t-il.

Le programme éducation de Nicolas Dupont-Aignan

Pour Nicolas Dupont-Aignan, chaque élève doit parfaitement maîtriser les fondamentaux à la fin de l'école primaire. En plus d'abroger la réforme du collège, le candidat de Debout la France propose d'abandonner la réforme des rythmes scolaires et d'utiliser le temps ainsi dégagé pour l'aide personnalisée aux devoirs. Il veut également supprimer définitivement l'enseignement des langues et des cultures d'origine et éveiller les enfants à la connaissance du patrimoine national et à l'art dès l'école primaire. Pour améliorer l'orientation des élèves, il prévoit par ailleurs de leur présenter les métiers deux heures par mois à partir de la quatrième. S'il laisse le choix aux écoles primaires et aux collèges du port ou non de l'uniforme, le candidat propose de réintroduire la Marseillaise et des symboles de la république dans les écoles et les collèges. Nicolas Dupont-Aignan veut par ailleurs sanctuariser les établissements scolaires afin de les prémunir de la menace terroriste et plus largement de toute forme de violence. De plus, il souhaite "faire du harcèlement scolaire une grande cause" en excluant les élèves coupables et supprimer les allocations familiales de leurs parents, est-il précisé sur son site Internet. D'ailleurs, il propose de conditionner le versement des allocations familiales à l'assiduité scolaire. Il prévoit par ailleurs de rétablir la réduction du prix de la cantine pour les familles de trois enfants et plus. Le candidat assure par ailleurs vouloir mieux former et rémunérer les enseignants.

En ce qui concerne les étudiants, le candidat de Debout la France propose de limiter le nombre de redoublements autorisés par filière et par année universitaire pour éviter que les étudiants ne persévèrent dans l'échec. Il souhaite par ailleurs plafonner les frais de scolarité de l'enseignement supérieur et multiplier les logements étudiants. Enfin, Nicolas Dupont-Aignan propose qu'il n'y ait pas de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les établissements d'enseignement supérieur publics, comme c'est déjà le cas pour les écoles, collèges et lycées publics.

Le programme éducation de François Fillon

Pour le candidat LR, l'école doit s'attacher en premier lieu à transmettre les savoirs fondamentaux (français, mathématiques, histoire-géographie), mais aussi à enseigner une ouverture au monde (langues, éducation civique, enseignements artistiques…). Pour que les enfants y aient accès dès le plus jeune âge, le vainqueur de la primaire de la droite veut avancer le début de la scolarité obligatoire à 5 ans au lieu de 6 ans. En plus d'instaurer une tenue vestimentaire spécifique à l'école et au collège, il prévoit d'évaluer le comportement (assiduité, politesse…) des collégiens. Il affirme par ailleurs vouloir revaloriser l'enseignement professionnel et l'apprentissage afin d'améliorer l'orientation des jeunes et de lutter contre le chômage.

S'il veut mettre fin à la réforme du collège, François Fillon souhaite laisser les collectivités territoriales revenir, si elles le souhaitent, sur la réforme des rythmes scolaires et favoriser un temps pour les devoirs après la classe. Elles pourront ainsi décider de l'organisation du temps scolaire à l'école primaire. Enfin, François Fillon veut renforcer la formation et la présence des enseignants dans l'établissement. Il prévoit également de mettre en place une part "mérite" dans leur rémunération.

Le programme éducation de Benoît Hamon

Pour lutter contre les inégalités, Benoît Hamon a annoncé qu'il recruterait au total 37 000 postes d'enseignants, dont 20 000 pour le primaire, afin de limiter le nombre d'élèves par classe (25 maximum au CP, CE1 et CE2 et 20 maximum dans les REP et REP+). Le candidat est également favorable à la scolarisation dès 2 ans, dans les REP, pour les parents qui le souhaitent, et consacrera 15 000 postes pour la formation continue des enseignants. Dans son programme, le candidat PS à l'élection présidentielle 2017 met aussi l'accent sur davantage de mixité sociale à l'école, sur l'amélioration des conditions de travail des professeurs et sur un meilleur accompagnement des élèves. Il souhaite ainsi créer un soutien scolaire au sein des établissements afin de limiter les devoirs à faire à la maison et compte mettre fin aux discriminations liées à l'orientation des élèves de troisième en valorisant toutes les filières. L'autre accompagnement mis en place sera celui des élèves en situation de handicap. Benoît Hamon propose une formation des enseignants, et un effectif suffisant dans les écoles pour favoriser l'accueil et la réussite de tous les élèves. En ce qui concerne les activités périscolaires, l"ex-ministre de l'Éducation nationale propose une augmentation de 25 % du budget d'aide. Il souhaite enfin valoriser la culture à l'école avec son programme "Arts pour tous à l'école" qui sera développé en partenariat avec les collectivités locales.

Le programme éducation de Jean Lassalle

Jean Lassalle veut que l'école enseigne langue et culture, transmette le savoir-faire et prépare à un métier. Pour cela, il propose que chaque élève soit suivi attentivement tout au long de sa scolarité, par un petit groupe d'enseignants. Ces derniers devront ainsi être attentifs à repérer ses talents et auront pour mission de le mettre en situation de réussir ce qu'il entreprend, selon le programme du candidat. Il veut également que l'école éveille un futur adulte responsable. Pour le candidat à la présidentielle 2017, "la découverte du travail de la ferme dès l'enfance, l'alternance bien avant 16 ans, les classes spécialisées pour les artistes ou les sportifs, participeront à rendre ou entretenir le goût d'apprendre". Enfin, Jean Lassalle souhaite que les écoliers soient formés à produire et à créer, mais aussi qu'ils maîtrisent parfaitement Internet et les outils de communication.

Le programme éducation de Marine Le Pen

Marine Le Pen veut assurer la transmission des connaissances par le renforcement des apprentissages fondamentaux. Pour ce faire, la candidate du Front National veut réserver la moitié du temps d'enseignement au français et supprimer "l'enseignement des langues et cultures d'origine" à l'école primaire. Elle veut également y instaurer le port d'un uniforme. Marine Le Pen veut par ailleurs revenir sur la réforme des rythmes scolaires et la réforme des collèges. Dans une interview accordée à l'Etudiant, Marine Le Pen a en effet fait part de sa volonté de supprimer le principe d'interdisciplinarité au collège et au lycée, et de redistribuer les heures au profit des fondamentaux. La candidate souhaite également que le bac redevienne "un diplôme de sélection et d'orientation". Marine Le Pen veut aussi "garantir la liberté de scolariser ses enfants selon ses choix, tout en contrôlant plus strictement la compatibilité avec les valeurs de la République des enseignements dispensés dans les établissements privés hors-contrat", est-il précisé dans son projet présidentiel. La candidate propose par ailleurs de développer massivement l'alternance dans l'artisanat, le secteur public et privé. Elle propose notamment de lancer un grand plan national de création de filières des métiers d'art dans les lycées et universités. Marine Le Pen souhaite également autoriser l'apprentissage dès 14 ans afin de revaloriser le travail manuel.

Le programme éducation d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a dévoilé, jeudi 2 mars, les mesures de son mouvement "En Marche !". Le candidat affirme vouloir donner la priorité à l'acquisition des fondamentaux (lire, écrire et compter) en maternelle et en primaire. Il souhaite par ailleurs diviser par deux les effectifs des classes de CP et de CE1 en REP et REP+  (avec au plus 12 élèves par classe), afin de donner à chacun la possibilité de réussir. Par conséquent, entre 6 000 et 10 000 postes parmi les 60 000 créés au cours du quinquennat de François Hollande seront réorientés, et entre 4 000 et 5 000 nouveaux postes seront créés. En outre, aucun professeur ne sera plus affecté durant ses trois premières années d'enseignement en zone prioritaire, et ceux qui le seront ensuite, seront mieux accompagnés et recevront une prime annuelle supplémentaire de 3 000 euros nets. Emmanuel Macron compte également favoriser l'accompagnement des collégiens, notamment après la classe, en proposant des stages de remise à niveau pour les élèves en difficulté. Pour les lycéens, l'accent est mis sur la poursuite de leurs études, ou de leur insertion professionnelle (avec des formations pour ceux n'ayant aucune qualification ni activité), et le développement de filières en alternance dans tous les lycées professionnels. Il encourage enfin l'autonomie des établissements scolaires de manière à ce que chaque école s'adapte aux besoins des élèves. En d'autres termes, les écoles primaires pourront "organiser le temps périscolaire sans contrainte", les collèges "pourront rétablir le parcours bilangues en 6ème et les parcours européens", et au lycée, la forme du baccalauréat pourra être revue avec "4 matières obligatoires à l'examen final et le reste en contrôle continu". Autre mesure : le téléphone portable, déjà interdit dans les classes, sera désormais prohibé dans toute l'enceinte des écoles primaires et des collèges.

Le programme éducation de Jean-Luc Mélenchon

Le candidat de "la France insoumise" prévoit, dans son programme "L'Avenir en commun" de se concentrer sur l'enseignement supérieur, avec l'accès à l'université gratuite dès la rentrée scolaire 2017, la rénovation d'universités et la construction de 15 000 logements étudiants par an, ainsi qu'une "allocation d'autonomie de 800 euros par mois sur trois ans sous condition de ressources pour les jeunes engagés dans une formation qualifiante". En ce qui concerne les écoles primaires et les collèges, il s'oppose au financement d'établissements non laïques, souhaite "abolir la réforme du collège" et revoir les rythmes scolaires. Par ailleurs, il tient à mettre en place des pédagogies alternatives et développer des programmes d'enseignement et de formation à la "culture numérique". Enfin, Jean-Luc Mélenchon propose de rallonger le bac professionnel à 4 ans et de valoriser l'orientation des jeunes en créant notamment un service public de l'orientation.

Le programme éducation de Philippe Poutou

Philippe Poutou veut "une école gratuite où apprentissages techniques, manuels et intellectuels sont pensés en complémentarité". Pour cela, il veut abroger les réformes des rythmes scolaires et du collège et mettre à la place un accueil éducatif et ludique pour les élèves. Encadrés par des fonctionnaires, ils pourront ainsi apprendre, jouer et se reposer, selon son programme. Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) souhaite également instaurer des "pédagogies émancipatrices" qui permettront aux élèves d'acquérir davantage de connaissances et de mieux comprendre le monde qui les entoure. Par ailleurs, pour que les écoliers puissent apprendre dans de bonnes conditions, le candidat à la présidentielle 2017 souhaite limiter les effectifs à 20 élèves par classe, mais aussi créer des postes de fonctionnaires et titulariser tous les précaires. Pour ce qui est des écoles privées, Philippe Poutou veut mettre fin aux subventions publiques. Il veut également une université gratuite et sans sélection.

Tableau comparatif des candidats
  François Fillon Benoît Hamon

Marine Le Pen

Emmanuel Macron Jean-Luc Mélenchon
Suppression des rythmes scolaires Selon les collectivités territoriales Non Oui Au choix des établissements Oui
Supprimer la réforme du collège Oui Non Oui Au choix des communes Oui

Nouvelles valeurs à l'école

Evaluer le comportement des collégiens + tenue vestimentaire _ Port de l'uniforme Interdiction du téléphone portable _
Nombre d'enfant par classes limité _ 25 maximum au CP, CE1, CE2 et 20 dans les REP et REP+ _ Au plus 12 élèves par classe _
Programmes scolaires Réécriture des programmes d'histoire et de français au collège Valoriser la culture à l'école Suppression des langues et cultures d'origine en primaire Rétablissement des cours bilangues en 6e Formation à la culture numérique
Limiter les devoirs à la maison Oui Oui _ _ _
Baccalauréat : nouveau format ? _ _ Relever le niveau du bac 4 matières obligatoires Rallongement du bac pro à 4 ans
Etudes supérieures Revaloriser l'enseignement professionnel et l'apprentissage Réforme du premier cycle Création de filières des métiers d'art Accent sur la poursuite des études Accès à l'université gratuite 

Lire aussi