Changer de prénom sera bientôt plus facile

Un amendement étudié cette semaine à l’Assemblée prévoit de faciliter la procédure pour changer de prénom. Près de 3000 personnes sautent le pas chaque année.

© goodluz

Changer de prénom devrait bientôt être un jeu d'enfant. C'est en effet ce que prévoit une des mesures du projet de loi de modernisation de la Justice, qui est débattu cette semaine à l'Assemblée nationale.

Chaque année, près de 3 000 personnes demandent à changer de prénom que ce soit pour motif religieux ou parce qu'il est devenu difficile à porter. La procédure devrait bientôt être simplifiée. Le texte prévoit en effet que les personnes désirant changer de prénom ne soient plus obligées d'aller au tribunal pour abandonner leur nom de baptême. Celles-ci n'auront ainsi plus qu'à formuler leur demande auprès d'un officier d'état-civil, généralement le maire de la commune ou l'un de ses adjoints. En cas de difficulté, celui-ci pourra cependant saisir le procureur de la République.

Une procédure gratuite et plus rapide. Baptiste Coulmont, sociologue à l'université Paris-VIII, a affirmé au Parisien que "cela ne concerne que 2 600 à 2 800 demandes par an, mais c'est quand même une avancée importante". Et pour cause. Aujourd'hui, un individu qui souhaite changer de prénom doit tout d'abord prendre un avocat pour constituer un dossier dans lequel il doit notamment justifier l'emploi de façon courante et depuis longtemps, d'un autre prénom. C'est ensuite le juge des affaires familiales qui tranche, après un délai d'attente allant généralement de trois mois à un an. Si ces procédures sont pénibles et longues, elles ont aussi un coût. Les frais peuvent en effet atteindre les 1 500 euros. Mais avec cette nouvelle mesure, cela "sera gratuit et les délais seront réduits", a précisé au quotidien le sociologue. De quoi rassurer Malacky, Didro & co...

Lire aussi