Programmes scolaires : ce qui changera en 2016

La réforme sur les programmes scolaires pour la rentrée 2016 vient d’être publiée. Nouvelles approches d’apprentissage pour les élèves du CP à la 3e, professeurs plus autonomes, nouvelle matière… On fait le point.

© contrastwerkstatt

Vincent Peillon, l’ex-ministre de l’Education nationale, s’était engagé en 2013 à réviser tous les savoirs de la scolarité obligatoire de 6 à 16 ans. C’est le conseil supérieur des programmes (CSP) qui s’en est chargé et qui a rendu sa première version à la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette réforme bouleverse bien des repères. A partir de la rentrée 2016, les objectifs de connaissances à transmettre ne se feront plus année par année mais par cycle de trois ans. Le cycle 2 couvre la période du CP au CE2, le troisième va du CM1 à la 6e et le cycle 4, de la 5e à la 3e. Les enseignants auront ainsi pour chaque cycle, une feuille de route avec des objectifs précis à accomplir.

Mettre l’accent sur certaines matières. Ce qui importe dorénavant ce n’est plus ce qui doit être enseigné entre les mois de septembre et juin. La réforme met en effet l’accent sur ce que doivent avoir acquis les élèves à la fin du cycle. Durant le cycle CP-CE2, "la maîtrise des langages, et notamment de la langue française est la priorité". Du CM1 à la 6e, il faut apprendre aux élèves à "consolider les apprentissages fondamentaux" et leur "permettre une meilleure transition". Dès la 5e, l’enfant déjà familiarisé avec l’environnement du collège, continue à construire ses compétences et son projet d’orientation.

Des enseignants plus autonomes. Cette nouvelle réforme laisse les enseignants libres de "trouver les modalités les plus appropriées en exerçant leur expertise individuelle et collective". Ils auront en effet plus d’autonomie et de temps pour transmettre leurs connaissances. Des "repères de progressivité" seront par ailleurs mis en place chaque année. Il y aura en effet des "attendus de fin de cycle" c’est-à-dire des compétences et des connaissances que les enfants doivent maîtriser après les trois années.

De nouvelles approches pour chaque matière. En français, des "activités quotidiennes de lecture et d’écriture", la "production régulière de textes" ainsi que la pratique de l’oral sont prévues. Il y aura en mathématiques des exercices "conservant le plus souvent possible un caractère ludique". Ils concerneront aussi bien la "pratique régulière du calcul mental automatisé", la résolution de problèmes que l’étude des nombres. En histoire-géographie, l’approche restera chronologique. En plus des thèmes obligatoires, les professeurs pourront choisir d’autres sujets.

Le codage informatique fait son entrée. Une nouvelle matière vient d’apparaître dans le programme. Les élèves apprendront en effet dès le CE1 le codage informatique pour être ensuite capable de produire des algorithmes simples. Savoir chercher et analyser des informations trouvées sur Internet fait partie du programme du 3e cycle. Les enseignants doivent maintenant amender ces programmes. Ces derniers seront ensuite définitivement adoptés en septembre pour être appliqués à la rentrée 2016.

Lire aussi