Toxoplasmose, listériose : quels risques pendant la grossesse ? Des prises de sang mensuelles pour s'assurer que tout va bien

une prise de sang mensuelle permet d'instaurer un traitement si la femme est
Une prise de sang mensuelle permet d'instaurer un traitement si la femme est infectée pendant sa grossesse. © Ovidiu Iordachi - Fotolia

En France, 56 % des femmes enceintes ne sont pas immunisées contre la toxoplasmose et courent donc un risque de la contracter pendant leur grossesse.

Depuis 1978, les autorités sanitaires françaises ont instauré un programme de prévention de la toxoplasmose congénitale. La réalisation d'un dépistage sérologique (par test sanguin) est systématique pour les femmes de moins de 50 ans avant ou en début de grossesse.

Un décret de 1992 impose aussi une surveillance sérologique mensuelle des femmes enceintes  non immunisées, depuis la déclaration de la grossesse jusqu'à l'accouchement.

Prévenir et éviter l'infection

Le nouveau-né est aussi testé à la naissance car des tests négatifs pendant la grossesse peuvent être des faux-négatifs et cacher une toxoplasmose congénitale (surtout quand la contamination a lieu en fin de grossesse).

Le premier objectif de ce dépistage précoce est de donner des conseils de prévention aux femmes non immunisées afin d'éviter une contamination pendant la grossesse.

Le second objectif est de surveiller, par une prise de sang mensuelle, ces femmes afin de dépister une contamination pendant la grossesse et de mettre en place un traitement le plus rapidement possible pour limiter la contamination du fœtus.Ce suivi régulier est indispensable car la toxoplasmose n'entraîne pas toujours de symptômes, elle pourrait donc passer inaperçue chez la femme mais atteindre le fœtus.

Sommaire