Fécondation in vitro

Plusieurs milliers de bébés ont déjà vu le jour suite à une FIV. En quoi consiste cette technique ? À qui s'adresse-t-elle ? Toutes les réponses dans cet article.

Un peu d'histoire...

La toute première étude sur la fécondation in vitro (FIV) remonte à 1934 : l'expérience du chercheur Gregory Pincus, menée sur des lapins, fit alors l'effet d'une bombe. Si beaucoup la critiquèrent, d'autres au contraire s'en inspirèrent et décidèrent de mettre cette technique au point pour les humains. Il faudra attendre 1978 pour que le tout premier "bébé éprouvette", Louise Brown, voie le jour en Grande-Bretagne. Là encore, les réactions furent contrastées : les autorités religieuses de l'époque, notamment, ne voyaient pas toutes d'un très bon œil ce "miracle" de la science... En France, le premier bébé né par fécondation in vitro est aussi une petite fille : il s'agit de la petite Amandine, née en 1982. De nos jours, après des hauts et des bas, le recours à la FIV est entré dans les mœurs.

Une FIV : en quoi ça consiste exactement ?

On parle de fécondation in vitro parce que la fécondation a lieu à l'extérieur du corps de la femme, en laboratoire. Si vous souhaitez y avoir recours, sachez que cette technique nécessite plusieurs étapes : vous devrez tout d'abord suivre un traitement hormonal sous forme d'injections pendant quelques semaines. Votre ovulation sera ensuite déclenchée, puis vos ovocytes seront ponctionnés sous anesthésie locale. Les spermatozoïdes seront aussi recueillis. Vient ensuite la fécondation proprement dite : les spermatozoïdes et les ovocytes sélectionnés sont placés dans un milieu de culture reproduisant autant que possible les conditions naturelles. Après deux jours, si tout s'est bien passé, un à deux embryons sont "transférés" dans votre corps, dans l'espoir de déboucher sur une grossesse, ce qui arrive en moyenne une fois sur quatre. Comme vous pouvez le constater, il s'agit d'une méthode assez lourde, alors n'hésitez pas à demander de l'aide pour bien gérer votre FIV !

Qui peut y avoir recours ?

La FIV s'adresse bien sûr aux couples ayant du mal à avoir un enfant naturellement mais habituellement, des méthodes moins invasives sont tentées auparavant, comme l'insémination artificielle (le sperme est injecté dans l'utérus). Cependant, la fécondation in vitro reste souvent la technique de première intention si vous avez plus de 40 ans, ou si votre problème d'infertilité est lié à vos trompes de Fallope (une de vos trompes de Fallope est obstruée ou a été enlevée durant une opération). Cette technique est aussi préconisée lorsque les spermatozoïdes de votre conjoint ne sont pas assez nombreux, ou sont trop peu mobiles... Sachez aussi, au besoin, que vous pouvez faire appel à un don d'ovocytes ou de sperme pour une FIV.

Actualités FIV

Endométriose : un calvaire pour les patientes

Dossiers FIV