Comprendre et soigner la dépression post-natale Comment l'entourage doit-il réagir ?

le rôle des proches : écouter et réconforter la maman.
Le rôle des proches : écouter et réconforter la maman. © nyul - Fotolia.com

Quand on va mal, n'importe quel événement de la vie, y compris le plus anodin, peut prendre des proportions gigantesques et douloureuses. C'est pourquoi l'entourage joue un rôle à la fois primordial et extrêmement difficile auprès de la maman dépressive.

Au départ, bien souvent, il ne comprend rien. Une naissance où tout s'est bien passé, c'est un événement heureux. Difficile, donc, d'imaginer que la nouvelle maman puisse vivre cet événement de façon douloureuse. En outre, elle semble souriante et fait tout pour cacher son désarroi. Elle est fatiguée, certes, mais qui ne l'est pas après un accouchement ? "Le premier bon réflexe consiste donc à accepter que la dépression post-natale existe, insiste le Dr Dayan. Il faut admettre que l'on peut déprimer même lorsqu'il y n'a pas eu de catastrophe."

Savoir écouter 

 Une fois cet état de fait accepté, le premier bon geste consiste à offrir une oreille attentive. Se sentir écoutée et entourée peut déjà être d'un grand réconfort pour la maman. De même que pouvoir partager ses soucis et les soumettre à un regard extérieur peut l'aider à les relativiser un peu, ce qui devrait lui apporter un certain soulagement.

Faites-lui bien sentir que, même si vous n'êtes pas à sa place, vous acceptez qu'elle se sente mal et ne la jugez pas. Cela l'aidera à moins culpabiliser de cet état désemparé dans lequel elle se trouve.

 C'est aussi à l'entourage de sentir si la personne dépressive a besoin d'une aide extérieure. Il faut l'encourager à faire la démarche, voire l'aider à consulter, se rendre avec elle chez un spécialiste. Faute de quoi, il est possible qu'elle rechigne à le faire ou qu'elle n'ait tout simplement pas la force de pousser la porte du cabinet du médecin.

Sommaire