Une campagne pour prévenir le syndrome d'alcoolisation fœtale

A l'occasion de la journée internationale des Troubles Causés par l'Alcoolisation Fœtale qui a lieu le 9 septembre, SAF France lance le premier SAFTHON, une campagne pour sensibiliser et prévenir les risques pour la santé du bébé.

Une campagne pour prévenir le syndrome d'alcoolisation fœtale
© 123rf-Kamil Macniak

En France, 8 000 enfants sont touchés chaque année par le syndrome d'alcoolisation fœtale. Les Troubles Causés par l'Alcoolisation Fœtale (TCAF) concernent 1,3 million de personnes dans le monde. Pourtant, ces troubles sont la première cause de handicap d'origine non génétique entièrement évitable. A l'occasion de la journée mondiale des TCAF qui aura lieu le 9 septembre, et pour sensibiliser les futurs parents et les professionnels de santé, SAF France organise la première édition du SAFTHON les 8 et 9 septembre 2017. L'objectif : mieux accompagner et prendre en charge les femmes en âge de procréer en difficulté avec l'alcool, et le plus précocement possible les enfants atteints, et informer sur les risques d'une consommation d'alcool pendant la grossesse afin de lutter contre ce problème de santé publique.

Campagne "vous buvez un peu, il boit beaucoup" © Santé Publique France

Les Français, conscients des risques ? Dans le même temps, Santé publique France renouvelle sa campagne de communication durant le mois de septembre. Intitulée "Vous buvez un peu, il boit beaucoup", elle vise à promouvoir le principe de précaution bien connu : "Zéro alcool pendant la grossesse". Ce message semble être de mieux en mieux intégré par les Français qui sont 44 % à être conscients des risques de l'alcool sur la santé de l'enfant, contre 25 % en 2015, selon la dernière enquête de Santé publique France réalisée en mai 2017 auprès de 1000 personnes. 33 % (contre 20 % l'année précédente) savent aussi que ces risques sont présents tout au long de la grossesse. Les chiffres révèlent aussi que 64 % des sondés (contre 53 % en 2015) savent qu'un verre de vin ou de bière est tout aussi dangereux qu'un verre d'alcool fort. Néanmoins, certaines idées reçues persistent. 21 % des Français pensent en effet qu'il n'est pas interdit de boire un petit verre de vin de temps en temps pendant la grossesse. Malgré tout, le dispositif de communication semble avoir porté ses fruits depuis ces dernières années."Plus d'un tiers des Français jugent qu'il existe un risque pour le bébé dès le premier verre d'alcool consommé, contre moins d'un quart en 2015. Ces données montrent une meilleure connaissance du message zéro alcool pendant la grossesse et nous encourage à poursuivre nos efforts d'information et de pédagogie", analyse le Pr. François Bourdillon, directeur général de Santé publique France

Quels sont les risques d'une consommation d'alcool pendant la grossesse ? Pendant la grossesse, l'alcool peut être responsable, dans certains cas, de fausses couches ou de malformations, rappelle l'association SAF France. Après la naissance, l'alcoolisation fœtale peut entraîner un risque de prématurité, de retard de croissance, de déficit visuel et auditif, ou encore des troubles de l'alimentation. "L'alcool est un toxique tératogène (qui provoque des malformations), qui traverse très facilement le placenta et endommage les cellules en développement du bébé, notamment celles du cerveau", explique Denis Lamblin, président de l'association. "Dans la plupart des cas, les troubles ne sont pas visibles sur le bébé qui vient de naître mais apparaissent plus tard, au moment de l'entrée en crèche ou à l'école, parfois même plus tard, lorsque le cerveau devient plus mature, vers 6-8 ans", ajoute-t-il. Ainsi, entre 5 à 14 ans, les enfants ont un risque plus important de troubles de l'attention et peuvent rencontrer une rupture sociale et des difficultés à s'organiser ou à apprendre. Les Troubles Causés par l'Alcoolisation Fœtale auraient des répercussions jusqu'à l'adolescence avec des effets psychologiques et un risque accru d'alcoolisme ou de toxicomanie, etc. ". 

  • Le dispositif d'aide à distance Alcool Info Service permet de répondre à vos questions 7 jours sur 7, au 0 980 980 930. Plus d'infos sur alcool-info-service.fr

Lire aussi