Pas de compléments alimentaires pendant la grossesse sans suivi médical

Les femmes enceintes doivent éviter de consommer des compléments alimentaires pendant la grossesse, notamment ceux qui contiennent de la vitamine D et de l'iode.

Pas de compléments alimentaires pendant la grossesse sans suivi médical
© 123RF - Dmytro Zinkevych

Entre 2009 et janvier 2016, plus d'une quarantaine de cas d'effets indésirables potentiellement associés à la prise de compléments alimentaires pendant la grossesse ont été rapportés à l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation (Anses). Suite à ces signalements, l'Agence a réévalué les risques liés à prise de compléments alimentaires qui contiennent de l'iode et de la vitamine D. Dans l'avis publié aujourd'hui, elle met en garde les femmes enceintes et les professionnels de santé contre la multiplication des sources de vitamines et minéraux en l'absence de carences.

Le travail de l'Anses s'est porté sur deux nutriments présents dans les compléments alimentaires : la vitamine D et l'iode. Si la vitamine D ne représente pas de risques particuliers pour une femme enceinte ou un fœtus sain, elle apparaît plus problématique lorsque la mère témoigne d'une hypersensibilité génétique à la vitamine D. Par ailleurs, même si un apport suffisant en iode est indispensable au bon fonctionnement de l'organisme du nouveau-né, l'iode consommé en excès pendant la grossesse amplifie considérablement les risques d'hypothyroïdie, d'hyperthyroïdie ou de goitre chez le bébé.

L'avis d'un médecin est obligatoire. L'Anses avertit donc les femmes enceintes qu'il est important "d'éviter de multiplier les sources de vitamines et minéraux en l'absence de besoins établis" sans prescription médicale ni suivi régulier et leur recommande "de signaler à leur médecin, pharmacien ou sage-femme la prise de tout produit (médicament ou complément alimentaire), qu'il soit délivré sur prescription ou pris en automédication". 

Lire aussi :