Un lien entre le surpoids pendant la grossesse et l'épilepsie ?

Les femmes en surpoids ou obèses ont plus de risques de donner naissance à un enfant épileptique, selon une récente étude suédoise.

Un lien entre le surpoids pendant la grossesse et l'épilepsie ?
© Piotr Marcinski - 123RF

Le surpoids ou l'obésité pendant la grossesse augmenterait nettement le risque d'épilepsie chez l'enfant. C'est ce que révèle une étude suédoise menée sur plus de 1,4 million d'enfants nés entre 1997 et 2011 en Suède et publiée dans la revue médicale JAMA Neurology. Il apparaît en effet que ce risque augmente avec le poids. L'équipe de l'Institut de Karolinska à Stockholm a ainsi observé que les enfants dont la mère présentait un surpoids (indice de masse corporelle entre 25 et 30) pendant la grossesse voyaient leur risque d'épilepsie augmenter de 11%. Il était de 20% pour ceux dont la mère était obèse avec un indice de masse corporelle (IMC) compris entre 30 et 35, et de 40% lorsque l'IMC était compris entre 35 et 40. Ce risque atteignait même les 80% lorsque l'IMC de la mère était supérieur à 40, correspondant à une obésité morbide.

Parmi les 1,4 million d'enfants participant à l'étude, ils sont 7 592 à avoir été diagnostiqués épileptiques jusqu'en 2012, a affirmé le Dr Razaz, un des co-auteurs de l'étude, selon l'AFP. Pour expliquer le lien entre cette maladie neurologique et le surpoids, les chercheurs émettent deux hypothèses. L'obésité maternelle pourrait être en fait à l'origine de lésions cérébrales du fœtus. L'excès de poids de la mère pourrait par ailleurs provoquer des phénomènes inflammatoires à l'origine de dysfonctionnements au niveau du développement cérébral. "Etant donné le fait que le surpoids est un risque qu'il est possible de réduire, prévenir l'obésité chez les femmes en âge de procréer pourrait être une stratégie de santé publique importante pour réduire la fréquence de l'épilepsie" dans la population, affirment les auteurs.

L'épilepsie est la deuxième maladie neurologique en France avec 600 000 personnes épileptiques dont 100 000 enfants. Cette pathologie est liée à des décharges anormales et excessives d'influx nerveux dans le cerveau. Elle se traduit par des crises imprévisibles, soudaines et souvent brèves.

Lire aussi