Je suis enceinte et j'ai le blues...

Transformation physique, capacité à être mère… Certaines femmes ne ressentent pas la même euphorie que d'autres pendant leur grossesse.

© Wavebreak Media Ltd - 123RF

Est-ce que tout va bien se passer ? Vais-je aimer mon enfant ?… Devenir maman n'est pas toujours aussi simple que l'on peut se l'imaginer. Car si la grossesse est généralement un grand moment de joie, elle est aussi parfois source de doutes et d'angoisses. La femme enceinte peut alors ressentir un mal-être plus ou moins profond et plus ou moins durable. Et pour cause, l'arrivée d'un bébé nécessite quelques ajustements.

Le bébé au centre de toutes les préoccupations. Pendant la grossesse, le rapport de la femme enceinte à elle-même, mais aussi aux autres va changer. Par exemple, il arrive qu'elle prenne de la distance avec ses parents comme elle le fit lors de son adolescence. "La future mère désinvestit peu à peu le monde extérieur avec ses contraintes et ses valeurs au profit du bébé. Elle lui porte un intérêt quasi-constant", explique la psychologue-psychanalyste Fabienne Sardas dans son livre Maman blues. Elle va ainsi apprendre à s'occuper d'un autre qu'elle-même et s'adapter à ce nouvel état. Il n'empêche que la transformation physique n'est pas toujours facile à accepter.

Perte de contrôle de son corps. Chaque femme a ses propres capacités d'adaptation pour vivre sa grossesse en fonction de sa propre histoire, de sa relation avec sa propre mère… De nombreux paramètres biologiques, culturels, etc., entrent également en compte. La plupart des femmes enceintes vont "porter l'enfant dans un état de juste disponibilité et d'attention sur lui, sans trop sentir d'empiétement sur sa propre zone de confort", selon la psychologue. Mais ce n'est pas toujours le cas. Les futures mères peuvent en effet avoir l'impression de perdre le contrôle de leur corps. Accouchement, santé du bébé, capacité à être mère, allaitement maternel… Tout événement va alors devenir source de stress alors qu'ils seront vécus avec facilité par d'autres. Cela peut être dû à un manque de confiance en soi, mais aussi à une peur de ne pas y arriver.

Un lâcher-prise nécessaire. Il est tout à fait normal de se poser une multitude de questions et d'être sujette à diverses émotions lorsqu'on est enceinte. Si toutefois elles deviennent omniprésentes, il est essentiel que la future maman parle de ses angoisses à son conjoint et/ou à ses proches, dise ce qui ne va pas afin de chasser ses doutes et d'accepter ce corps qui change. Si les femmes enceintes ont parfois l'impression de ne pas être suffisamment entendues par le corps médical, il ne faut cependant pas hésiter à partager ses craintes avec son médecin, sa sage-femme… Cela permet à la future mère d'apprivoiser ses doutes, ses craintes, son anxiété et d'installer ainsi une nouvelle stabilité. Il est également important de lâcher-prise et de garder à l'esprit que cet état n'est que transitoire.

L'haptonomie, qui consiste à mettre en relation les parents et leur bébé avant la naissance par le toucher, et la préparation à l'accouchement sont aussi un bon moyen pour le développement réciproque de la relation à trois.

Maman blues de Fabienne Sardas aux Editions Eyrolles.

Lire aussi