Le nombre de césariennes programmées diminue en France

Pour la première fois depuis 2011, les jeunes mamans ont davantage accouché par voie basse que par césarienne, selon un rapport de la Haute Autorité de Santé.

© Patryk KoÅ›mider-123rf

En France, près d'une femme sur cinq donne naissance à son enfant par césarienne, qu'elle soit programmée ou réalisée en urgence. Mais les recommandations de la Haute Autorité de Santé visant à réduire le taux de césarienne et limiter les abus, semblent avoir porté leurs fruits. En 2011, 19 % des naissances s'effectuaient par césarienne et 56 000 étaient programmées. Face à ce constat, les femmes enceintes et professionnels de santé ont été mieux informés des risques et des bonnes pratiques lors de l'accouchement. Entre 2013 et 2014, la HAS a par ailleurs mené une expérimentation auprès de 162 maternités volontaires de France. Chacune d'entre elles devait suivre les recommandations officielles en vigueur dans le but de réduire au mieux le taux de césarienne et améliorer ainsi la qualité des soins. Selon le rapport de la HAS publié le 15 octobre, "le taux national annuel de césarienne à terme est en baisse de 0,3 points", entre 2011 et 2014.

La Haute Autorité de Santé montre également que les maternités engagées dans cette expérimentation ont pu faire évoluer leurs taux de manière plus marquée que les 344 autres maternités de France. Entre 2011 et 2014, on compte en effet une diminution de -0,6 points dans les maternités participantes au programme, alors que cette part est en baisse de seulement 0,4 point dans les autres maternités. Aussi, en suivant les recommandations de la HAS, les professionnels de santé ont non seulement réduit le recours à la césarienne, mais ils ont aussi retardé cette intervention en la programmant en fin de grossesse. 

Consultez notre guide des maternités

Lire aussi