Trisomie : les tests sanguins plus systématiques ?

Les tests ADN, plus fiables et moins invasifs que l'amniocentèse pour dépister la trisomie 21 sont disponibles depuis 2013. La SFMPP, en congrès ce vendredi, réclame plus d'accessibilité.

© subbotina

Lorsque la prise de sang ou l'échographie effectuées lors du suivi de grossesse révèlent un risque pour la santé du bébé, ou qu'il s'agit d'une grossesse tardive (au-delà de 38 ans), une amniocentèse de dépistage de la trisomie 21 est proposée à la future maman. Mais cette technique pratiquée à la quatorzième semaine de grossesse est souvent redoutée par les femmes enceintes. Cette technique, fiable à 85 %, présente surtout un risque de fausse couche (1 %), dans les dix jours suivant l'examen. "Pour 15 % de bébés qui passent à travers le diagnostic, 100 bébés sains ne naissent pas chaque année à cause de l'amniocentèse", précise au journal Le Parisien le professeur Pascal Pujol, oncogénéticien et président de la SFMPP.

Une prise de sang pour dépister la trisomie 21. Depuis 2013, les tests sanguins permettent d'analyser l'ADN circulant dans le sang de la femme enceinte dans le but de déterminer le risque d'anomalie chromosomique. Réservés aux futures mamans à risque, ils sont bien plus efficaces (99 %) que l'amniocentèse (85 %), et surtout moins invasifs puisqu'il s'agit d'une simple prise de sang. Sans oublier le coût, beaucoup moins élevé : il faut compter en moyenne 390 euros pour un test sanguin, contre 1000 à 1300 euros pour l'amniocentèse. Pourtant son utilisation n'est pas systématique. Bien qu'il soit inscrit depuis le mois de mai sur une liste d'examens autorisés et remboursés, toutes les femmes n'en bénéficient pas. C'est la cas des femmes enceintes suivies dans de petites structures, souligne le quotidien. C'est la raison pour laquelle la Société française de médecine prédictive et personnalisée (SFMPP), réunie en congrès ce vendredi, souhaite que le dépistage sanguin soit plus largement proposé aux futures mamans.

Vous avez pratiqué une amniocentèse ? Témoignez sur le journal des femmes.

 

Lire aussi