Prise de poids et grossesse : ce qu’il faut savoir

Pendant la grossesse, il est essentiel que la future maman surveille sa prise de poids tout en couvrant ses besoins nutritionnels. Conseils de Béatrice Benavent-Marco, diététicienne.

Prise de poids et grossesse : ce qu’il faut savoir
© Piotr Marcinski

Si les femmes enceintes sont nombreuses à surveiller leur poids, c'est aussi important qu'elles y soient attentives avant de tomber enceinte. En effet, le poids influe sur la fertilité. Celle-ci est diminuée lorsque la femme est en surpoids mais aussi en sous-poids. Il est donc "préférable d'aborder la grossesse avec un poids santé", assure Béatrice Benavent-Marco, diététicienne. Si la prise de poids lors de la grossesse se situe en moyenne entre 9 et 13 kg, il faut savoir qu'une femme en surpoids doit avoir une prise de poids minimale afin d'éviter toute complication. Les femmes diabétiques ou ayant d'autres pathologies doivent également faire particulièrement attention à leur poids.

Quels sont les risques d'une prise de poids trop importante ou au contraire, trop faible ?

Une trop grande prise de poids augmente les risques de complications. Par exemple, "si la maman a du diabète gestationnel, il y a des risques pour que le bébé fasse plus de 4 kg ou qu'il soit en hypoglycémie à la naissance". Les femmes qui ne prennent pas assez de poids ont quant à elles un risque de carence. En effet, le bébé va puiser dans les réserves de la maman. Celle-ci peut par exemple avoir des problèmes dentaires si elle manque de calcium.

Les besoins nutritionnels sont-ils plus importants pendant la grossesse ?

Une femme enceinte doit couvrir ses besoins nutritionnels qui sont différents des autres personnes d'un point de vue qualitatif. En revanche, "ses besoins ne sont pas tellement plus importants en termes de calories. Elle n'a donc pas besoin de manger pour deux", assure la diététicienne.

Faut-il changer son alimentation ?

Il est essentiel d'avoir une alimentation variée, saine et équilibrée, et cela est d'autant plus vrai pendant la grossesse. "La future maman doit manger de la viande pour l'apport de fer ainsi que des fruits et légumes pour les vitamines. Afin de couvrir ses besoins en calcium, c'est important qu'elle consomme du lait, du fromage ainsi que d'autres produits laitiers. Si elle ne les tolère pas, elle peut compléter ses besoins grâce aux eaux riches en calcium. Les huiles riches en oméga 3 sont également à privilégier. Le thé et le café sont quant à eux à proscrire en fin de repas pour éviter la fuite en fer", avertit Béatrice Benavent-Marco. Celle-ci déconseille par ailleurs aux femmes enceintes de consommer des aliments complets car ils contiennent de l'acide phytique qui empêche l'absorption de certains micronutriments.

Que manger en cas de petites faims ?

La diététicienne déconseille les barres de céréales. La raison ? Elles contiennent des sucres rapides qui favorisent la production d'insuline, donc la prise de poids. Elle recommande de consommer plutôt des "collations plus saines telles qu'un laitage (yaourt, fromage blanc), une tranche de pain avec un peu de beurre afin de ralentir la digestion des glucides contenus dans le pain, une compote sans sucre ajouté, des fruits avec ou sans fromage blanc…"

Quand débuter la perte de poids après la grossesse ?

Il est indispensable de prendre en compte le fait que la jeune maman allaite ou non. En effet, "si elle allaite, ses besoins nutritionnels sont plus importants. Ce n'est donc pas le moment de débuter un régime puisque l'alimentation doit couvrir ses besoins. Pour autant, il est important qu'elle ne prenne pas de poids. D'autant plus que les jeunes mamans allaitantes perdent souvent du poids naturellement", assure Béatrice Benavent-Marco. De manière générale, les jeunes mamans qu'elles allaitent ou pas, sont souvent anémiées, ce qui n'est pas idéal pour démarrer un régime. Il est donc "important de les laisser récupérer un peu avec une alimentation adaptée afin qu'elles puissent avoir par la suite une perte de poids durable", selon la diététicienne.

Lire aussi