Accouchement : 10 choses à savoir sur le déclenchement

L’accouchement peut être déclenché par convenance ou pour des raisons médicales. Mais comment cela se passe-t-il ? Quels sont les inconvénients ?... Découvrez les 10 choses à savoir.

© Friday

Parfois, le bébé n'est pas pressé de voir le jour. Il faut alors aider un peu la nature pour éviter toutes complications aussi bien pour le bébé que la maman. Les professionnels de santé peuvent ainsi décider de réaliser un déclenchement artificiel afin de provoquer le travail. Voici 10 choses à savoir sur le déclenchement de l'accouchement.

  • Aider à l'ouverture du col de l'utérus

Le déclenchement de l'accouchement a un objectif : provoquer les contractions qui contribueront à l'ouverture du col de l'utérus.

  • L'accouchement peut être déclenché pour des raisons médicales

Le déclenchement de l'accouchement est envisagé s'il y a un risque pour la santé du bébé et/ou de la maman. C'est par exemple le cas si des anomalies du rythme cardiaque du fœtus apparaissent ou si le bébé présente un retard de croissance. A partir de la 39e semaine de grossesse, lorsque le terme de la grossesse est dépassé, le déclenchement est recommandé. C'est aussi le cas, entre autres, si la future maman a du diabète gestationnel, une infection au niveau de liquide amniotique ou encore un risque de pré-éclampsie.

  • Le déclenchement de convenance

Dans ce cas, l'accouchement est déclenché pour des raisons organisationnelles. Parmi les raisons possibles, il y a les impératifs liés à l'organisation de la maternité, les obligations professionnelles du conjoint mais aussi les problèmes familiaux, la fatigue… Si la future maman habite trop loin de la maternité, les professionnels de santé peuvent également choisir de déclencher son accouchement. Il est toutefois nécessaire que la future maman soit proche du terme, que le col soit prêt pour la dilatation et que le fœtus se présente bien.

  • Recours à l'ocytocine

Pour déclencher l'accouchement, il existe différentes méthodes. La première est d'injecter de l'ocytocine à la future maman. Sécrétée naturellement par le corps, l'ocytocine est une hormone qui stimule le travail. Lorsque celle-ci n'est pas suffisamment produite, c'est une ocytocine de synthèse qui est administrée par voie intraveineuse à la femme enceinte afin de déclencher artificiellement les contractions. L'objectif est que des contractions d'intensité normale apparaissent. A cette injection d'ocytocine, il est fréquent d'associer une anesthésie péridurale qui permettra de faciliter le déroulement du travail.

Tout déclenchement
nécessite une
surveillance. © anna
  • Utilisation de prostaglandines

La seconde méthode pour provoquer le travail est l'application d'un gel de prostaglandines dans l'utérus. Afin de favoriser la maturation et l'amincissement du col et déclencher ainsi les contractions, un gel de prostaglandines peut en effet être introduit dans le col de l'utérus. Les professionnels de santé vont avoir tendance à privilégier cette méthode lorsque le col est immature. Si celui-ci est mature, ils choisiront indifféremment les prostaglandines ou l'ocytocine pour favoriser le déclenchement du travail.

  • Le décollement des membranes

Méthode moins fréquente , le décollement des membranes peut être aussi envisagé pour provoquer le travail. En effet, si un déclenchement sans raison médicale urgente est envisagé, la femme enceinte peut se voir proposer cette technique. Le décollement des membranes ne permet toutefois pas de déclencher systématiquement l'accouchement. Elle peut parfois être douloureuse et "entraîner une fréquence plus grande de saignements lors des touchers vaginaux", selon un document de la Haute Autorité de Santé (HAS). Sachez que cette pratique vous est obligatoirement proposée avant d'être réalisée. Votre consentement est en effet nécessaire.

  • Les inconvénients

Le déclenchement peut provoquer une médicalisation plus importante de l'accouchement. Le travail peut quant à lui être plus long et les contractions, plus douloureuses. Il apparaît par ailleurs que le taux de césarienne est sensiblement plus élevé lorsque l'accouchement est déclenché. Par ailleurs, le fait de déclencher un accouchement n'entraînerait pas plus de risques pour le bébé que lors d'un accouchement "normal".

  • Surveillance du déclenchement

Tout déclenchement nécessite une surveillance de la femme enceinte mais aussi du fœtus. Le déclenchement d'un accouchement doit ainsi être réalisé à proximité d'une salle de césarienne, et ce quelle que soit la méthode utilisée.

  • Des contractions pas systématiques

Il faut savoir que même si les professionnels de santé choisissent de déclencher l'accouchement, cela ne va pas nécessairement provoquer le travail. En effet, il arrive parfois qu'il n'y ait pas de contraction. Le gynécologue-obstétricien pourra alors choisir de pratiquer une césarienne.

  • Déclencher naturellement la naissance de bébé

Il existe beaucoup de méthodes de grand-mères plus ou moins efficaces pour déclencher un accouchement. Marcher, faire le ménage, manger épicé… Malheureusement, cela n'a aucun effet sur l'arrivée de bébé. En revanche, Chantal Birman, sage-femme libérale interviewée par le Journal des Femmes, affirme qu'un "rapport sexuel peut aider à déclencher l'accouchement. Mais la condition, c'est de ne pas se doucher et de faire en sorte de garder en soi le liquide séminal (qui contient des prostaglandines) pendant au moins deux heures".

Voir aussi le guide des maternités

Lire aussi