Césariennes : dans quels pays d'Europe en pratique-t-on le plus ?

Une étude européenne publiée dans le journal des obstétriciens britanniques (BJOG) révèle de nombreuses disparités selon les pays. La France, avec 21 % de césariennes, se situe en dessous de la moyenne.

© marcomaccolini

Le taux d'accouchements par césarienne varie d'un pays à l'autre. Les chiffres de l'étude Euro-Peristat, analysés par des chercheurs de la City University de Londres, révèlent en effet de nombreuses disparités en Europe. En Islande par exemple, le taux de césariennes est de 14,8 % contre 52 % à Chypre ! 

Comme l'Islande, les pays qui se rapprochent des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (15 %) se situent plutôt dans le Nord : la Finlande (16,8 %) et les Pays-Bas (17 %). Parmi les "mauvais élèves" situés derrière Chypre, dont le taux de césariennes est le plus élevé, se trouvent l'Italie (38 %), le Portugal (36,3 %) et la Roumanie (36,9 %). Quant à la France, elle enregistre 21 % de césariennes programmées ou réalisées en urgence et se situe ainsi en dessous de la moyenne européenne.

Pourquoi tant de disparités entre les pays ? «Ces disparités ne peuvent pas s'expliquer par le profil des patientes, car il n'y a pas plus de naissances pathologiques en Italie qu'en France, alors que le taux de césariennes y est presque deux fois plus élevé», explique le Pr Philippe Deruelle (CHRU de Lille). Pour lui, un taux élevé signifie que les soins sont de mauvaise qualité. Selon les auteurs de l'étude, l'organisation du système de santé, le paiement, la formation des obstétriciens et des sages-femmes pourraient aussi expliquer ces différences entre les pays. Ils précisent également que les femmes ne choisissent pas elles-même d'avoir recours à une césarienne, contrairement aux idées reçues. "Dans de nombreux pays, seule une minorité de femmes ont exprimé le souhait d'accoucher par césarienne", ont-ils déclaré.

Lire aussi