Combien de kilos doit-on prendre pendant la grossesse ?

Régulièrement, pendant vos examens de grossesse à la maternité, vous passerez à la pesée et votre poids fera l'objet d'une vraie surveillance. Pourquoi ? Combien de kilos devez-vous prendre ? Réponses de spécialistes.

Combien de kilos doit-on prendre pendant la grossesse ?
© Belchonock - 123RF

[Mis à jour le 03/07/18] Si les femmes enceintes sont nombreuses à surveiller leur poids, c'est aussi important qu'elles y soient attentives avant de tomber enceinte. En effet, le poids influe sur la fertilité. Celle-ci serait diminuée lorsque la femme est en surpoids mais aussi en sous-poids. Il est donc "préférable d'aborder la grossesse avec un poids santé", assure Béatrice Benavent-Marco, diététicienne. Pendant la grossesse, le poids est également à surveiller. Si la prise de poids lors de la grossesse se situe aux alentours de 11 à 16 kg en moyenne, il faut savoir qu'une femme en surpoids doit avoir une prise de poids minimale afin d'éviter toute complication. Par ailleurs, les femmes diabétiques ou ayant d'autres pathologies doivent également faire particulièrement attention à leur poids. Dans tous les cas, lors de vos rendez-vous à la maternité, vous passerez automatiquement à la pesée : la sage-femme notera attentivement votre poids et le nombre de kilos que vous prenez. Mais à quoi sert ce contrôle ? Combien de kilos peut-on prendre ? Doit-on adapter notre alimentation ? Que faire pour ne pas trop grossir ? Le point avec des experts.

Prise de poids idéale pendant la grossesse

Pourquoi prend-on du poids pendant la grossesse ? Cette prise de poids est liée au développement du fœtus dans le ventre, du poids du placenta, du cordon ombilical, des membranes et du liquide amniotique. Mais cela est aussi dû à l'augmentation normale du volume sanguin maternel, du sein et de l'utérus, et parfois à la rétention d'eau. Les calories sont aussi ingérées différemment pendant la grossesse.

"Il n'y a pas de recommandation française, mais celle qui fait foi est celle de l'Institut de Médecine (USA) de 2009 qui préconise une prise de poids située entre 11 et 16 kilos pour une femme de poids normal. Plus généralement, on dit que la prise de poids doit être adaptée au poids antérieur à la grossesse, c'est-à-dire en fonction de l'IMC de la femme. Dans le cas d'une femme obèse par exemple, on recommande plutôt une prise de poids de 5 à 9 kilos." explique le Dr. Philippe Deruelle, gynécologue-obstétricien et secrétaire général du CNGOF (Collège National des Gynécologues et Obstétriciens de France). Vous êtes enceinte de jumeaux ? En moyenne, une prise de poids entre 12 et 16 kg est considérée comme "normale". Toutefois, discutez-en avec votre médecin.

© American Institute of Medecine (2009)

Répartition des kilos : prise de poids mois par mois

La prise de poids doit être la plus régulière possible et augmenter progressivement jusqu'à votre accouchement. Mais surtout, tout dépend de votre poids d'avant la grossesse. N'hésitez pas à aborder ce sujet lors de votre premier rendez-vous avec votre gynécologue ou votre sage-femme. Le premier trimestre, il est conseillé de prendre entre 0 et 1 kg par mois. Pour le deuxième trimestre de grossesse, la femme (avec un IMC normal (compris entre 18.5 et 24.9), donc hors surcharge pondérale, maigreur ou obésité) peut prendre jusqu'à 1.5 kg par mois. Enfin au troisième trimestre, les besoins du bébé sont plus conséquents, une prise de poids d'environ 2 kg par mois peut-être normale. 

Calculez votre IMC avec notre calculateur.

Mois Nombre de kilos "autorisé" en moyenne 
(pour une femme avec un IMC normal)
1er mois 1 kg maximum
2e mois 1 kg maximum
3e mois 1 kg maximum
4e mois 1.5 kg maximum
5e mois 1.5 kg maximum
6e mois 1.5 kg maximum
7e mois 2 kg maximum
8e mois 2 kg maximum

A noter : La prise du poids varie en fonction du métabolisme de chaque femme. Il n'y a donc pas de "modèle" de prise de poids à respecter (le tableau ci-dessus donne simplement une idée de la répartition du poids tout au long de la grossesse) : certaines femmes enceintes prendront un peu plus de poids au début de leur grossesse et un peu moins à la fin ; tandis que pour d'autres, c'est le contraire et cela n'est pas forcément "grave". Le plus important est d'avoir une alimentation équilibrée et de se faire suivre par un professionnel de santé pendant sa grossesse. C'est lui qui déterminera si votre prise de poids est normale ou non. 

Alimentation : faut-il manger plus ?

Une femme enceinte doit couvrir ses besoins nutritionnels qui sont différents des autres personnes d'un point de vue qualitatif. En revanche, "ses besoins ne sont pas tellement plus importants en termes de calories. Elle n'a donc pas besoin de manger pour deux", assure la diététicienne. Il est essentiel d'avoir une alimentation variée, saine et équilibrée, et cela est d'autant plus vrai pendant la grossesse. "La future maman doit manger de la viande pour l'apport de fer ainsi que des fruits et légumes pour les vitamines. Afin de couvrir ses besoins en calcium, c'est important qu'elle consomme du lait, du fromage ainsi que d'autres produits laitiers. Si elle ne les tolère pas, elle peut compléter ses besoins grâce aux eaux riches en calcium. Les huiles riches en oméga 3 sont également à privilégier. Le thé et le café sont quant à eux à proscrire en fin de repas pour éviter la fuite en fer", avertit Béatrice Benavent-Marco. qui déconseille par ailleurs de consommer des aliments complets car ils contiennent de l'acide phytique qui empêche l'absorption de certains micronutriments.

Astuces pour éviter de prendre trop de poids 

Envie de fraises, de chocolat ou de glace ? Si la grossesse peut vous donner envie de succomber à de nombreuses tentations gourmandes, il n'est pas forcément sage de toujours y céder. Les bons réflexes pour ne pas prendre trop de poids pendant la grossesse.

  • Mangez deux fois mieux. "Comme les besoins énergétiques de la femme enceinte sont les mêmes qu'en temps normal, excepté à la fin de la grossesse, où ils sont augmentés de 100 à 200 calories, l'essentiel n'est pas de manger deux fois plus, mais deux fois mieux !", conseille Florence Pujol, nutritionniste.
  • Mangez quand vous avez (vraiment) faim. "Le plus important pour les futures mères : apprendre à manger lorsque vous en ressentez le besoin et arrêtez-vous si vous n'avez plus faim, et ce même si vous n'avez pas fini votre assiette. Puis, pour éviter la prise de poids dite de "surconsommation" tout en conservant un équilibre alimentaire, obligez-vous à manger lentement en reposant la fourchette toutes les trois bouchées, pour que le corps ait le temps d'exprimer au cerveau sa satiété. Veillez aussi à faire de plus petits morceaux", recommande Florence Pujol.
  • Evitez les grignotages. En cas de fringale, vous pouvez fractionner les repas, mais sans les additionner ! Ce qui vous évitera les grignotages, souvent faits de sucreries et autres aliments caloriques.
  • Quid des barres de céréales ? La diététicienne les déconseille. Pourquoi ? Elles contiennent des sucres rapides qui favorisent la production d'insuline, donc la prise de poids. Elle recommande de consommer plutôt des "collations plus saines telles qu'un laitage (yaourt, fromage blanc), une tranche de pain avec un peu de beurre afin de ralentir la digestion des glucides contenus dans le pain, une compote sans sucre ajouté, des fruits avec ou sans fromage blanc…"

Risques 

  • En cas de trop forte prise de poids. Une forte prise de poids se traduit généralement par un diabète gestationnel, voire des risques de maladies cardiovasculaires. Le bébé, quant à lui, a des risques de naître en surpoids (syndrome du gros bébé, de 4 kilos et plus), en cas de diabète gestationnel. Il arrive alors que les accouchements soient déclenchés avant terme, par césarienne, avec également un risque d'étranglement avec le cordon ombilical. Mais cela se fait rare car les femmes enceintes sont aujourd'hui très suivies par leur gynécologue et parfois même par des nutritionnistes.
  • En cas d'une trop faible prise de poids. En dessous de 5 kilos pris pendant la grossesse, on dénombre plus de prématurés, de bébés plus petits à la naissance et sur le long terme, des problèmes de santé chroniques. Les femmes qui ne prennent pas assez de poids ont quant à elles un risque de carence. En effet, le bébé va puiser dans les réserves de la maman. Celle-ci peut par exemple avoir des problèmes dentaires si elle manque de calcium.

Grossesse et régime

"Des bébés restreints pendant la grossesse ont plus de risques, adultes, de développer du diabète ou une obésité par exemple. Pour la maman, le risque est relativement limité si elle n'a pas de carence majeure. A moins d'une perte de poids pendant la grossesse (ce qui peut arriver chez les femmes qui ont subi une chirurgie bariatrique par exemple) qui peut entraîner des carences vitaminiques, on observe peu d'effets très dangereux. Ce qui peut ressortir toutefois c'est un manque d'énergie pour pousser pendant l'accouchement et des difficultés à allaiter", avertit le Dr Deruelle.

La nutritionniste Florence Pujol, complète : "Je rencontre parfois des femmes enceintes qui souhaitent maigrir. Pour une personne ayant un IMC bas, un régime serait dangereux, avec des risques de dénutrition, de troubles du développement du fœtus, voire de perte du bébé, dans le pire des cas. Par contre, pour une personne ayant un IMC normal, un "équilibre alimentaire" personnalisé, établi au préalable avec un spécialiste, ne présente aucun risque. Enfin, pour une femme ayant un IMC important, seul cet équilibre alimentaire peut suffire pour une perte poids de 3 kg en début de grossesse et une prise de poids minimisée par la suite."

Perdre après l'accouchement

Il est indispensable de prendre en compte si la jeune maman allaite ou non. En effet, "si elle allaite, ses besoins nutritionnels sont plus importants. Ce n'est donc pas le moment de débuter un régime puisque l'alimentation doit couvrir ses besoins. Pour autant, il est important qu'elle ne prenne pas de poids. D'autant plus que les jeunes mamans allaitantes perdent souvent du poids naturellement", assure Béatrice Benavent-Marco. De manière générale, les jeunes mamans qu'elles allaitent ou pas, sont souvent anémiées, ce qui n'est pas idéal pour démarrer un régime. Il est donc "important de les laisser récupérer un peu avec une alimentation adaptée afin qu'elles puissent avoir par la suite une perte de poids durable", selon la diététicienne. "Une perte de poids rapide entraîne forcément des carences et des frustrations. Je nuancerais toutefois avec le cas de certaines femmes qui vont perdre naturellement du poids après l'accouchement et ressortir de la maternité avec un petit ventre... mais cela est dû à leur nature humaine" conclut le Dr. Deruelle.

Lire aussi :