Fausses couches : ce qu'il faut savoir "Il faut laisser le temps à la femme de se retrouver"

un blocage psychologique des règles peut avoir lieu après une fausse couche, une
Un blocage psychologique des règles peut avoir lieu après une fausse couche, une consultation peut aider à le débloquer. © James Peragine - Fotolia

La question d'un suivi psychologique après la fausse couche est à discuter : "C'est à voir selon les femmes. L'après fausse couche constitue quoi qu'il arrive une période de reconstruction pour la femme. Elle doit faire un deuil.

Certaines femmes sentent le besoin de voir un psy, d'autres d'en parler avec les soignants qui l'entourent (médecins, infirmières, etc.)", précise le Dr Harvey.

Suite à une fausse couche, la femme peut développer une aménorrhée psychogène (un blocage psychologique des règles). Le fait de revoir son gynécologue environ un mois après permet notamment de s'assurer que le retour de couche a bien eu lieu et que la femme n'a pas ce blocage. Si c'est le cas et que la femme en ressent le besoin, un suivi psychologique peut être envisagé.

Cependant, "la prise en charge psychologique de la femme qui vient de faire une fausse couche n'est pas à envisager d'emblée, il faut lui laisser le temps de se retrouver. Si elle n'y parvient pas on peut lui proposer une consultation", précise le Dr Thierry Harvey.

Il existe des associations qui viennent en aide aux femmes après leur fausse couche. Il ne faut pas hésiter à demander les contacts au gynécologue ou à la maternité.

Sommaire