Ne comparez plus vos enfants

“Et ta meilleure copine, elle a eu combien ?”, “Ton petit frère est sérieux, lui !”. Ces petites phrases a priori inoffensives peuvent avoir un impact bien plus puissant que ce que vous pouvez croire.

En comparant vos enfants, vous avez pour objectif de les remotiver d’une certaine manière, en leur faisant comprendre qu’ils peuvent, qu’ils doivent faire mieux. Malheureusement, la comparaison n’est pas un outil de motivation… au contraire !

Pourquoi la comparaison ne fonctionne pas ?

    •    Elle peut culpabiliser


Quand on utilise la comparaison, c’est souvent pour comparer avec quelqu’un qui est “mieux”, qui “réussit”, par opposition à celui qui n’en fait pas assez ou qui échoue.
En comparant vos enfants, vous leur donnez l’impression qu’ils sont moins bien que la personne à laquelle vous les comparez. Bien sûr, ce n’est pas là votre intention, mais le message reçu s’y apparente fortement. Les conséquences ? Votre enfant peut culpabiliser de ne pas être “suffisamment bien”. Cela peut aussi générer une perte de confiance. N’oubliez pas que votre parole de parent a une grande importance !

    •    Elle assimile des situations différentes


Chacun est unique, avec ses différences, ses spécificités et ses talents. En comparant deux élèves, par exemple, vous impliquez qu’ils “devraient” être capables des mêmes choses. Or, ils ont chacun leurs préférences : peut-être que votre plus jeune fils est très bon en maths, et le plus grand plus doué en langues. Cela n’a pas de sens de comparer leurs résultats dans ces deux matières !
En comparant deux personnes, vous perdez de vue les différences qui les séparent. Elles sont multiples : affinité avec un professeur, intérêt personnel, situation émotionnelle, etc.

    •    Elle dessert votre but


De manière générale, la comparaison ne répond pas à votre objectif qui est de stimuler votre enfant. En effet, elle provoque souvent chez lui de l’énervement, de la colère, voire de la tristesse et un certain abattement.
D’ailleurs, plus que le motiver pour se dépasser et atteindre de nouveaux objectifs, comparer votre enfant va avoir l’effet inverse : il risque de se “rebeller” pour affirmer son unicité et prouver que NON, il n’est pas son petit frère, son meilleur ami ou sa cousine éloignée…

Que faire à la place ?

    •    Il est unique : montrez-le lui !


Encouragez-le à remarquer et apprécier ses forces et ses spécificités. Concentrez-vous sur ses forces pour l’aider à surmonter les difficultés qu’il peut rencontrer. Ainsi, vous lui permettez de renforcer ses points forts, qui lui serviront toute sa vie ! De la même façon, apprenez à comprendre ses besoins : certains préfèrent travailler seuls par exemple, d’autres en groupe, ou avec de la musique. N’hésitez pas à l’encourager dans ce sens.

    •    Soutenez-le et faites-lui confiance !


Le meilleur outil que vous pouvez offrir à vos enfants est votre soutien et votre amour inconditionnels. Ainsi, ils savent que quoiqu’il arrive et quelles que soient les difficultés rencontrées, vous serez là pour eux et les aimerez tout autant. C’est comme ça que vous les aidez à renforcer leur confiance en eux et leur capacité à rebondir en cas de coup dur !